En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© wikipédia
Faites le bon choix

Université : le taux de réussite en fonction des baccalauréats dévoilé

Publié le 19 mars 2016
Alors que seuls 39% des jeunes bacheliers réussissent leur premier année à la fac, le pourcentage passe à 6% chez les titulaires d'un bac professionnel.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que seuls 39% des jeunes bacheliers réussissent leur premier année à la fac, le pourcentage passe à 6% chez les titulaires d'un bac professionnel.

C'est une petite bombe que dévoile Le Parisien ce samedi : les taux de réussite nationaux dans les universités pour les étudiants en première année en fonction de leur bac. Ces chiffres n'ont jamais été publiés, puisque officiellement, tous les bacs se valent et permettent d'entrer à l'université.

Général, technologique, professionnel... Le bagage a pourtant un impact très important sur le taux de réussite en première année, selon ces données du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Derrière le taux de 39 % de réussite seulement en première année des nouveaux entrants à l'université, le niveau de difficulté de chaque section n'est pas le même selon qu'on arrive avec un bac S - qui apparaît être le véritable passe-partout des études supérieures - ou avec un bac professionnel, qui laisse sur le carreau l'immense majorité (94 %) des étudiants.

Les bacheliers scientifiques auront ainsi le plus de difficultés en Sciences de la vie, de la terre et de l'univers (45% de réussite), mais seront une majorité à passer en deuxième année dans les autres sections : jusqu'à 62% de réussite en sciences humaines et sociales.

Les bacheliers littéraires auront logiquement le plus de difficultés en sciences fondamentales (19% de réussite) et en sciences de la vie (19,6), mais aussi en droit, en sport-études et en administration économique et sociale, où le taux de réussite n'est que d'un tiers. Il est de 50,9% en lettres (contre 57% pour les bacheliers scientifiques !).

Les titulaires d'un bac ES s'en sortiront en lettres (53,6%) et en sciences humaines et sociales (55,4%), mais pas en sciences de la vie (9,1%) et en sciences fondamentales (23,1%). 

Pour les bacs technologiques, le taux de réussite ne dépasse pas 33,5% (en lettres). C'est la débandade pour les bacheliers professionnels : le taux de réussite est de 13,8% maximum. En lettres également.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

07.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lafayette 68
- 20/03/2016 - 14:39
@kaprate
Vos 3 dernières phrases montrent que vous avez tout compris.Autorité , présence des profs accrue et motivation( salaire ? statut?) , travail sans idéologie socialiste.
kaprate
- 20/03/2016 - 00:11
Nivellement par le fond
Dramatique. "Pas l'excellence pour quelques uns mais la réussite pour tous" disaient Vincent Peillon et autres socialistes en 2012 en fermant la moitié des internats d'excellence ouverts sous Sarko et permettant aux élèves issus de zones urbaines sensibles (50% au moins des élèves accueillis) d'accéder aux filières sélectives. Ma fille y est en terminale. L'internat ressemble aux écoles du 93 par sa mixité et l'origine des élèves qui sont arrivés avec locks, tissages, baggy, rap et langage fleuri mais en 2015, ce fut, en uniforme et à 20 par classe, 100% de réussite au Bac toutes filières confondues, 1 entrée à Sciences Po, 4 à Dauphine, 2 à Assas, 15 en prépa notamment dans des établissements parisiens de prestige... Le proviseur est implacable et les enseignants, volontaires, sont là tous les jours, parfois le week-end et sur les vacances pour des stages de soutien... Preuve que si on veut, on peut. Ce sont les socialistes qui sacrifient nos jeunes sur l'autel de l'idéologie.
clint
- 19/03/2016 - 21:11
Mais rien de nouveau sous le soleil !
Avant c'était beaucoup plus franc, au moins on savait que les bac blablateux ne menaient à rien et se traduisaient par des échecs en fac. Le système actuel en plus de niveler par le bas génère des jeunes ayant "la haine" : je ne suis pas du XVIème, je suis noir, je suis arabe, j'ai un nom musulman, etc, etc