En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Adaptation

Royaume-Uni : l'impôt sur les sociétés va descendre à 17% d'ici 2020

Publié le 16 mars 2016
Lors d'un discours de présentation du budget de l'Etat britannique à la Chambre des communes, le conservateur George Osborne a annoncé une baisse de la prévision de croissance pour 2016.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'un discours de présentation du budget de l'Etat britannique à la Chambre des communes, le conservateur George Osborne a annoncé une baisse de la prévision de croissance pour 2016.

Le chancelier de l’Echiquier britannique George Osborne présentait ce mercredi son budget annuel devant la Chambre des communes, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale. 

"Les marchés financiers sont turbulents. La croissance de la productivité de l’Occident est trop faible. Les perspectives pour l’économie mondiale sont médiocres. Cela donne un cocktail de risques dangereux", a déclaré le ministre britannique des finances. 

La croissance britannique a ainsi été revue à la baisse pour 2016, à 2% au lieu de 2,4 %, soit toujours "la meilleure croissance des grands pays développés", rappelle le ministre qui espère obtenir un surplus budgétaire pour l’année 2019-2020 (le déficit pour 2016-2017 doit être de 2,9 %). 

Parmi les nombreux changements annoncés, figure donc la baisse de l’impôt sur les sociétés (IS), dont le taux était de 28% quand George Osborne est arrivé à son poste, avant de descendre à 20 %. Ce taux devra désormais passer à 17 % d’ici 2020 pour se rapprocher de celui de l'Irlande (12%).

>>>> À lire aussi : Pourquoi le Royaume-Uni a intérêt à quitter l'Union européenne

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Pourquoi le ralentissement économique occidental n'a que peu de liens avec la guerre commerciale sino-américaine

07.

Comme Richard Ferrand, nous appelons à un « sursaut collectif contre la violence ». Oui, mais contre toutes les violences !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires