© Reuters
Cible

Syrie : la Turquie bombarde des positions kurdes

Publié le 14 février 2016
Depuis samedi, la Turquie bombarde des secteurs du nord de la Syrie contrôlés par les forces kurdes, dans la région d'Alep.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis samedi, la Turquie bombarde des secteurs du nord de la Syrie contrôlés par les forces kurdes, dans la région d'Alep.

L'armée turque a tiré ce dimanche matin plusieurs obus de l'autre côté de la frontière syrienne. Elle a visé des secteurs contrôlés par les forces kurdes dans la province d’Alep, dans le nord de la Syrie, à une dizaine de kilomètres de sa frontière. C'est le deuxième jour consécutif que la Turquie bombarbe ce secteur. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), l’artillerie turque a attaqué samedi des secteurs que les Unités de protection du peuple kurde (YPG), la branche armée du Parti kurde de l’union démocratique (PYD), ont récemment repris à des rebelles syriens, notamment le secteur de la base aérienne de Minnigh.

Ces bombardements interviennent quelques jours après une déclaration du premier ministre turc, qui a menacé de lancer une action militaire en Syrie contre le Parti kurde de l’union démocratique, considéré par Ankara comme une organisation terroriste. Le pays craint en effet que les Kurdes fassent la jonction entre les trois régions qu’ils contrôlent dans le nord de la Syrie : Hassaké, au nord-est, la ville de Kobané et ses environs, et le nord d’Alep. Cela leur permettrait de contrôler une bande de plusieurs centaines de kilomètres le long de la frontière avec la Turquie.

Pour le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahmane, ces tirs montrent que pour Ankara, le véritable ennemi sont les Kurdes et non pas les jihadistes de l’organisation Etat islamique. En effet, le YPG combat l'Etat islamique et a conclut un pacte de non-agression avec Bachar al-Assad. 

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 14/02/2016 - 21:47
Le double,le triple jeu d'Ankara
Faire semblant de combattre l'E.I, mais ne rien faire. Faire semblant de stopper les immigrés vers l'Europe, mais ne rien faire.Appartenir à l'OTAN mais jouer un jeu strictement Turc. Erdogan n'est pas un allié fiable, il est fourbe et défend les frères musulmans. Il n'y a rien à en attendre. A. Merkel va payer cher son irresponsabilité dans l'afflux massif et continu des immigrés.
langue de pivert
- 14/02/2016 - 17:55
Foutez moi ça dehors ! ☺
Ils utilisent leur appartenance à l'OTAN pour faire leur cuisine et essayer des tensions entre l'OTAN et la Russie ! C'est déjà assez tendu comme ça ! Ras le bol de ces fourbes. Je me sens plus proche d'un Russe que d'un Turc ! Ni dans l'Europe ni dan l'OTAN les Turcs ! Basta !
arcole 34
- 14/02/2016 - 15:47
NI L'INVASION DES FRONTISTES SUR ATLANTICO
La preuve ci dessus .