En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Main dans la main

Yanis Varoufakis et Arnaud Montebourg lancent un parti européen

Publié le 13 janvier 2016
"Il ne s'agit pas de créer un club qui s'annoncerait comme le sauveur de l'Europe, mais de mener une politique ouverte à tous", explique l'ancien ministre grec des Finances.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Il ne s'agit pas de créer un club qui s'annoncerait comme le sauveur de l'Europe, mais de mener une politique ouverte à tous", explique l'ancien ministre grec des Finances.

Lors d'un entretien accordé à la chaîne suisse RTS, l'ancien ministre grec des Finances a annoncé la création d'un parti politique européen "transnational", qui devrait être dévoilé à Berlin le 9 février. Cette formation politique comptera notamment dans ses rangs Arnaud Montebourg, l'ex-ministre des finances de la France. "Berlin est au cœur de la zone euro, de l'Europe continentale, un État-ville paneuropéen. Grecs, Allemands, Français, Espagnols, Britanniques, Danois... nous sommes tous dans le même bateau, que l'on soit dans la zone euro ou non d'ailleurs. Nous faisons partie d'une Union européenne, et nous devons commencer à essayer de la ranimer depuis son cœur", a déclaré Yanis Varoufakis.

L'ancien ministre grec assure que cette formation sera destinée à tous ceux qui "souhaitent se joindre à nos principes de base qui sont établis dans notre manifeste, qu'ils viennent de la gauche, du centre gauche de la droite néolibérale". "Ce n'est pas un parti politique, mais un rassemblement de personnes pour essayer de trouver une solution", ajoute-t-il.

"Il ne s'agit pas de créer un club qui s'annoncerait comme le sauveur de l'Europe, mais de mener une politique ouverte à tous (…) Je pense que le monde économique, quels que soient les conflits idéologiques, veut de bonnes idées de citoyens du monde pour surmonter cet héritage de la crise économique de 2008, dont nous n'avons pas su nous remettre en tant qu'Européens", explique également le leader du combat contre l'austérité, proche du parti Syriza. 

 
Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spotter
- 13/01/2016 - 20:58
Montebourg toujours dans le secteur privé ?
Si Montebourg veut créer un nouveau parti politique c'est que sa réussite dans le secteur privé laisse peut être à désirer.
En politique on est pas obligé de réussir pour y faire carrière.
de20
- 13/01/2016 - 18:17
Borsalino avec des tartes a
Borsalino avec des tartes a la crème.
arcole 34
- 13/01/2016 - 16:49
L'ALLIANCE DE LA CARPE ET DU LAPIN
Nous allons aller loin avec ces deux là . Ils ne leurs reste plus qu'à ce pacser avec podemos et le FN au parlement européen , et la boucle sera bouclée . tsoin , tsoin ...