En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Accusations

Selon Poutine, la Turquie cherche à protéger le trafic de pétrole de l’Etat islamique

Publié le 30 novembre 2015
Le président russe affirme qu’Ankara importe massivement du brut, extrait dans les territoires tenus par les terroristes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président russe affirme qu’Ankara importe massivement du brut, extrait dans les territoires tenus par les terroristes.

Entre la Russie et la Turquie, c’est un véritable jeu de dupes. Les deux pays sont en froid diplomatique depuis l’attaque de l’armée turque contre un avion russe qui, selon Ankara, avait franchi son espace aérien plusieurs fois. Si la Turquie a bien tenté de calmer le jeu, Vladimir Poutine n’en a aucune envie et s’en est pris au Turcs, en marge de la COP21. ‘’Nous avons toutes les raisons de penser que la décision d'abattre notre avion a été dictée par la volonté de protéger ces chemins d'acheminement de pétrole vers le territoire turc’’ a ainsi expliqué le président russe. ‘’Nous avons reçu des informations complémentaires qui confirment malheureusement que ce pétrole, produit dans les endroits contrôlés par l'EI et d'autres organisations terroristes, est acheminé massivement, de manière industrielle, vers la Turquie.’’ Les Etats-Unis, de leur côté, estiment que le principal destinataire est Bachar al-Assad via des interlocuteurs…russes.

Vladimir Poutine a, par ailleurs, accusé les Américains de jouer un double jeu. ‘’Les Etats-Unis, qui dirigent une coalition dont fait partie la Turquie, connaissaient le lieu et le moment du passage de nos avions, et c'est précisément à cet endroit et à ce moment que nous avons été frappés’’ a-t-il ainsi renchérit. Alors que tous les chefs d’Etat de la planète sont réunis à Paris, Vladimir Poutine a refusé de rencontrer son homologue turc. Ankara a, en effet, fermement refusé de présenter ses excuses. "Aucun pays ne peut nous demander des excuses car nous n'avons fait que notre devoir" avait ainsi expliqué le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte1776
- 01/12/2015 - 18:24
L assasinat d Homere
Rien a ajouter aux commentaires de @vangog
Le Cheval de Troie a l envers. Et l UE qui va donner des visas aux Turcs. Mais en fait, l ennemi, il est aussi intérieur, pas extérieur. Ce sont nos elites qui sont en train d ouvrir nos frontières, avec notre argent. Il est urgent de les remettre de leurs fonctions pendant les elections.
C était pas difficile d envoyer des garde-cotes espagnols, français, italiens, grecs le long de la cote turque, pour renvoyer les canots vers la Turquie. Aaaah mais j oubliais, Renault a de gros intérêts la bas. Et aussi toute l économie allemande. Ach so. L appat du gain finira par oblitérer notre culture millénaire, au profit de l Islam, et de son idéologie médiévale. Votons massivement pour sortir les "mous furieux" qui nous ont conduit a la catastrophe depuis 30 ans.
langue de pivert
- 01/12/2015 - 16:51
Fourberies mahométanes !
Qui veut de ce pétrole pourri vendu en partie (Turquie) et consommé sur place par E.I. (Irak, Syrie) ? Personne ! Je ne pense pas que les States aient donné d'information (pourquoi ce risque inutile d'envenimer des relations déjà tendues et pour quel bénéfice ?) les F 16 Turcs devaient être en vol et en "embuscade". Protéger un acheminement de pétrole de contrebande, sans doute, mais surtout protéger les terroristes anti-Assad et les filières d'approvisionnement en armes de la Turquie vers les islamistes ! Le fourbe veut envenimer les relations de la coalition anti-islamique en profitant de son appartenance à l'OTAN qu'elle sert si mal ! Non seulement la Turquie ne doit pas rentrer dans L'U.E. mais elle doit être sortie de l'OTAN !
bjorn borg
- 01/12/2015 - 10:08
vangog
qui devient réaliste, Poutine n'est plus son ennemi ! Bachar est , même, son ami ! Il faut choisir entre un monde unipolaire ou multipolaire comme le propose Vladimir ! Les Américains ont fait leur temps en mettant le chaos partout.