© Bild
Dans le détail

Merkozy refonde l'Europe

Publié le 02 décembre 2011
Pour sortir de la crise, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ne font désormais plus qu'un. Leur premier objectif : l'union budgétaire.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour sortir de la crise, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ne font désormais plus qu'un. Leur premier objectif : l'union budgétaire.

Merkozy : le mot est sur toutes les lèvres en Allemagne, comme l'atteste cet article du Bild.

"Merkozy est sans aucun doute un moteur fort, pour sortir de la crise. Mais un moteur fort ne donne pas l'assurance que l'avion va dans la bonne direction", soutient Viviane Reding, vice-présidente de la commission européenne.

"La France et l'Allemagne ont une conduite responsable", affirme de son côté Wolfgang Schaüble, ministre allemand des Finances.

Un peu moins d'une heure pour "dire la vérité", convaincre et rassurer : voilà l'objectif que s'était fixé Nicolas Sarkozy pour son discours de Toulon, jeudi soir.

Trois ans après "Toulon I", Nicolas Sarkozy reconnaît que "la vie d'un grand nombre de Français est plus difficile aujourd'hui, après trois ans de crise"."Je sais que malgré toutes les mesures qui ont été prises, beaucoup de Français ont souffert et continuent de souffrir. Chacun a dû faire des efforts, chacun a dû faire des sacrifices".

- La vérité et la peur
La vérité... Nicolas Sarkozy l'invoque à de nombreuses reprises. C'était le leit-motiv de son discours. La vérité, selon Nicolas Sarkozy, c'est que les Français ont peur.


Nicolas Sarkozy à Toulon : "la peur est revenue" par lefigaro

Verdict de la socialiste Martine Aubry : tout cela n'est pas suffisant.

- La crise
Pour Nicolas Sarkozy, dire la vérité, c'est aussi dire la crise. "Nier la crise c'est s'interdire toute perspective d'avenir." "Ce que l'on appelle la crise de la dette souveraine frappe l'Europe de plein fouet (...) C'est la crise de la dette privée qui se prolonge en crise de la dette publique. C'est la même crise, qui après avoir frappé les banques, frappe les États."

- Une solution : refonder l'Europe
Nicolas Sarkozy a constaté l'échec du traité de Maastricht face à l'urgence de la crise. Il a réaffirmé le lien entre la France et l'Allemagne, et recevra d'ailleurs Angela Merkel lundi à Paris pour faire des propositions sur la réforme de l'Euro. "La France et l'Allemagne ont fait le choix de la convergence. Je ne reviendrai jamais sur ce choix. Cela ne veut pas dire que l'une veut se mettre à la remorque de l'autre, ni que les deux veulent renoncer à leur identité jusqu'à se confondre."

Le président de la République propose une réforme institutionnelle de l'Union.

"L'Europe a besoin de plus de solidarité. Mais plus de solidarité exige plus de discipline", a expliqué Nicolas Sarkozy. "C'est le premier principe de la refondation de l'Europe."

 Vive réaction de Marine Le Pen : "Nicolas Sarkozy décrit l'Europe à la schlague." Une Europe "sous les ordres d'Angela Merkel", estime la présidente du Front National, qui voit dans le discours de Toulon l'abandon de la souveraineté, "la fin de la France libre".

- Règle d'or budgétaire et BCE
Nicolas Sarkozy s'est rallié à l'Allemagne sur la question de la règle d'or. Il prône "des sanctions plus rapides plus automatiques et plus sévères pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements", "des dispositifs de prévention pour que les dérives que nous avons connues ne se reproduisent plus" et "une règle d'or qui inscrira dans son ordre juridique l'objectif d'équilibre budgétaire."

 Une proposition que la candidate d'Europe Ecologique-Les Verts n'estime "pas à la hauteur de la crise traversée par l'Europe". "Plus de discipline budgétaire en échange d'un peu plus de solidarité : ce sera un coup d'épée dans l'eau si nous n'y ajoutons pas l'harmonisation fiscale et l'approfondissement de la démocratie européenne", a déclaré Eva Joly après le discours.

Nicolas Sarkozy souhaite aussi accroître le rôle de la Banque centrale européenne sur les marchés, tout en soulignant son indépendance. "Je suis convaincu que face au risque déflationniste qui menace l'Europe la Banque Centrale agira. A elle de décider quand et avec quels moyens. C'est sa responsabilité."

- L'emploi
Nicolas Sarkozy a annoncé la tenue, en janvier, d'un "sommet sur l'emploi pour que chacun puisse apporter des solutions, faire des propositions. Il faudra avoir le courage d'affronter les grandes questions et de lever les tabous sur les freins à la compétitivité française."

- Les piques envers le PS
Le président a parfois pris des accents de candidat UMP à la présidentielle. "La retraite à 60 ans et les 35 heures ont été des fautes graves dont nous payons aujourd'hui lourdement les conséquences et qu'il nous a fallu réparer", a-t-il notamment déclaré.

Réaction de Pierre Moscovici : "Ce n'est pas forcément le rôle du président de la République que d'attaquer constamment, sur les deniers de l'Etat, la gauche et les socialiste. Ce n'est pas respectueux, le président doit d'abord porter l'intérêt général." D'après le directeur de campagne de François Hollande, "le discours de Toulon II avant d'être volontariste est un discours d'austérité".

Alors, président ou candidat ? Les deux, estime le politologue Olivier Duhamel.


Sarkozy, entre deux feux par Europe1fr

- Les autres réactions
Jean-Luc Mélenchon
(Front de Gauche) : Ce discours était celui d'un "homme perdu et dépassé par la situation", un "spectacle déplorable de dissertations socio-économiques devant une foule excitée de réactionnaires".

Jean-Louis Borloo (Parti radical) : "J'ai entendu quelque chose qui me paraît aussi important, c'est le sommet pour l'emploi avec les partenaires sociaux en janvier. La relance sociale dans la crise est aussi importante que de sécuriser les marchés."

François Baroin (Ministre de l'économie) :


François Baroin, ministre de l'Economie, des... par rtl-fr

Et pour ceux qui souhaitent voir -ou revoir- l'intégralité du discours, la vidéo est ici :


Discours de Nicolas Sarkozy en direct de Toulon par LCP

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Agnès Saal, condamnée pour des frais de taxi, a été suspendue de sa Légion d'honneur

07.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 03/12/2011 - 20:59
C'était à la BCE de sauver les banques et pas le rôle des PIIGS!
En Suisse, la BNS (60 milliards CHF) et la FED (160 milliards USD) ont sauvé l'UBS, et se sont fait rembourser. La confédération ne s'est pas retrouvé sur-endettée comme les Etats Européens! Aux USA, la FED a sauvé les banques Américaines (7'700 milliards USD), et des banques systémiques comme UBS! La FED s'est fait rembourser par les banques sauvées! Les dettes PIIGS explosent après 2008, rappel!