Tahrir, le retour

Egypte : vers la fin du pouvoir militaire ?

Publié le 27 novembre 2011
Le candidat à la présidentielle Mohammed El-Baradei a proposé de former un gouvernement civil de salut national pour mettre fin à la flambée de violence entre manifestants et pouvoir militaire.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat à la présidentielle Mohammed El-Baradei a proposé de former un gouvernement civil de salut national pour mettre fin à la flambée de violence entre manifestants et pouvoir militaire.

Le nouveau Premier ministre égyptien Kamal Ganzouri demandait du temps : il n'en aura peut-être pas. Sa nomination le jeudi 24 novembre par le Conseil supérieur des forces armées (CFSA), organe militaire qui dirige le pays depuis la chute de Moubarak, a en effet échoué à calmer les dizaines de milliers de manifestants de la place Tahrir, qui réclament la fin du pouvoir militaire.

La promesse de Mohamed Hussein Tataoui, chef du CFSA, de quitter le pouvoir et d'organiser des élections présidentielles d'ici juin prochain ainsi que le choix de Kamal Ganzouri pour diriger un cabinet de "salut national" suite à l'éviction du Premier ministre Essam Charaf n'ont pas mis fin aux violences qui ont fait 42 morts la semaine dernière.

Les manifestants reprochent à M. Ganzouri d'avoir été le Premier ministre de Moubarak, de 1996 à 1999. A la veille du début d'élections législatives censées se tenir sur une période de 4 mois, une nouvelle manifestation de protestation était donc prévue dimanche.

La solution pourrait venir de Mohamed El-Baradei, ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Figure forte de la révolution égyptienne, il s'est dit prêt à renoncer à sa candidature à l'élection présidentielle pour diriger un organe civil de "salut national" qui superviserait la préparation des élections en lieu et place du CFSA. Une proposition soutenue par de nombreux militants pro-démocratie et plusieurs organisations de jeunes, malgré quelques réticences à le voir prendre la conduite des affaires : certains craignent que ses nombreuses années d'exil à l'étranger l'aient éloigné de la réalité égyptienne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

05.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Risque terroriste : British Airways et la Lufthansa suspendent des vols vers l'Egypte

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lorrain
- 27/11/2011 - 17:52
militaires au pouvoir...
le gros soucis est qu' une fois les militaires partis, la seule force vraiment structurée qui reste dans le pays, c'est les frères musulmans.
question démocratie, c' est assez croustillant...
Chamaco
- 27/11/2011 - 13:03
ce serait une vraie révolution !
si l'armée renonçait au pouvoir, ce serait un bel écroulement pour l'Egypte !
en façade peut-être, moins exposée, mais son pouvoir économique restera énorme.
l'armée vient de "suggérer" à El Baradei de soutenir le nouveau 1er ministre.
les militaires ne partiront pas, ils resteront présents en coulisses.