En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 5 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 14 heures 15 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 16 heures 15 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 18 heures 4 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 4 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 17 heures 34 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Mauvais chemin

Grèce : "on a transformé un petit problème en un énorme problème" affirme Romano Prodi

Publié le 21 juillet 2015
L'ancien président de la commission européenne pointe du doigt les erreurs d'hier et d'aujourd'hui sur la construction de l'Europe.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien président de la commission européenne pointe du doigt les erreurs d'hier et d'aujourd'hui sur la construction de l'Europe.

Plus les jours passent, plus il est difficile de trouver un grand défenseur de l'accord trouvé entre la Grèce et les pays européens. Et ce n'est pas l'ex-chef du gouvernement italien et président de la la Commission européenne entre 1999 et 2004 Romano Prodi qui le fera. Interrogé par Le Monde, il donne sa vision de l'accord dont les conditions "ont été imposées de la pire manière qui soit" selon lui. "On a transformé un petit problème en un énorme problème. Si on avait fait preuve de bonne volonté dans un contexte de solidarité qui prévalait autrefois, tout aurait été plus facile. (...) Nous avons évité le pire, mais nous avons créé le mal."

Dans son viseur, les pays du nord et notamment l'Allemagne. "Elle a su profiter de l’euro. Je m’attendais de sa part à une plus grande attention à l’intérêt commun, vu que ses intérêts nationaux ont été satisfaits. Mais l’opinion publique allemande a beaucoup changé. Quand les Américains ont pris le leadership sur le monde à la fin de la seconde guerre mondiale, ils ont lancé, eux, le plan Marshall. Non pas par charité chrétienne, mais comme une conséquence naturelle de leur puissance", souligne-t-il.

Mais l'Allemagne n'est pas seule responsable. "Il faudrait aussi évoquer la frilosité des gouvernements français, toujours rétifs à aller de l’avant" note-t-il. "Quand nous avons décidé de lancer l’euro, nous étions tous d’accord pour dire que cette construction reposait sur deux piliers : le pilier monétaire et le pilier économique et fiscal. Malheureusement, seul le premier pilier a été érigé. L’Europe est un pain à moitié cuit. Le pain mal cuit est difficile à mastiquer, à avaler."

Pour Romano Prodi, l'avenir de l'Europe ne passe pas par l'axe franco-allemand. "Ce moteur est complètement déséquilibré. L’Allemagne dispose de plus de puissance, de plus de cylindrée ; en comparaison, la France paraît bien plus faible" explique-t-il. "Il y a un an, j’ai proposé une plus grande collaboration entre l’Italie, la France et l’Espagne, dont les intérêts sont identiques. Mais cette idée n’est pas encore politiquement mûre."

Désormais, il faut surtout réformer les règles de la zone euro comme le pacte de stabilité jugé "stupide" par l'ancien patron de la commission. "Parce qu’il y a des années où il faut avoir des budgets excédentaires et d’autres où il faut faire du déficit." Reste que Roman Prodi se veut optimiste sur l'avenir de l'Europe. "Oui, j’y crois parce que, à chaque fois que nous sommes arrivés au bord du précipice, la sagesse des peuples, même si elle était dictée par la peur, nous a de nouveau réunis."

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 22/07/2015 - 06:56
le petit probleme ?
C'est que tout ceux qui ont fait l'Europe savait très bien la situation de la Grèce,ils l'ont voulu par idéologie, comme ils ont élargie a la Roumanie et a la Hongrie en sachant aussi très bien qu'il y aurait un problème avec les Roms . Mais ça ne leurs sert pas de leçon non des leçons ils n'en attendent de personne c'est maintenant la Turquie qu'ils veulent faire entrer dans l'a UE.Vivement le FN au pouvoir pour enfin dire non !
jurgio
- 21/07/2015 - 21:11
Les problèmes grossisssent quand il s'agit de 2017 !
Après, il paraît que tout s'arrangera ! Dixit le seul Pinocchio dont le nez ne se rallonge pas ! Certains disent qu au contraire il se rétracte...
FIGAROCB
- 21/07/2015 - 18:50
L'EURO !
La création de cette monnaie européenne a été mise en place trop tôt. Il eu fallu d'abord unifier les systèmes économiques de tous les états souhaitant faire partie de la zone EURO, ensuite, mettre l'euro en place. Les responsables ont mis la charrue avant les boeufs !
Personne ne parle des "parités" des monnaies antérieures à l'euro ? Si l'euro n'avait pas été mis en place, il est clair que le fort différentiel entre les politiques économiques et sociales entre l'Allemagne et la France, par exemple, aurait obligatoirement entraîné une dévaluation du Franc ! Idem entre la France et la Grèce, etc .. Un jour, si rien n'est fait pour rétablir cet équilibre, l'euro cessera d'exister et nous retrouverons notre ancienne monnaie avec, au passage, une perte d'au moins 20% par rapport à la parité d'origine ! Cela entraînera, certes, un moyen de booster nos exportations, mais nos importations, elles nous couterons beaucoup plus chères !!!!! Sans parler de la perte de nos patrimoines et l'augmentation systématique de l'encours de notre dette qui sera alors encore plus difficilement supportable et remboursable. Nos politiques sont nuls en économie, même ceux qui se croient forts : l'ENA !!!!