En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Hommage

Charleston pleure ses 9 victimes sur fond de polémique autour des armes à feu

Publié le 20 juin 2015
L'auteur présumé du massacre aurait admis un crime "raciste" après avoir tiré sur les paroissiens noirs d'une église de la ville.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur présumé du massacre aurait admis un crime "raciste" après avoir tiré sur les paroissiens noirs d'une église de la ville.

"Je ne pourrais plus jamais la tenir dans mes bras, mais je te pardonne." La fille d'une des victimes de la fusillade tente de se remettre du décès de sa mère, abattu par le suspect numéro 1 de cette attaque, Dylann Roof.

A Charleston (Caroline du Sud), des centaines de personnes se sont réunies dans le stade couvert de l'université pour une veillée. On y trouve des blancs et des noirs qui refusent de céder à la violence provoquée par l'auteur présumé des coups de feu. Ce dernier aurait admis un crime "raciste" contre la communauté afro-américaine.

A LIRE AUSSI - Tueur isolé ou massacre terroriste à Charleston : ce qui se cache derrière les mots qu’on emploie

Et comme lorsqu'il se passe un nouveau drame aux Etats-Unis, la question sur la libre-circulation des armes refait surface. Barack Obama a de nouveau réclamé une réforme mais l'Amérique, qui autorise le port d'armes à feu dans sa constitution, reste chaque fois inflexible. Surtout dans les Etats du sud. Sur internet, un juriste de Houston et membre du comité exécutif national de la NRA (le lobby des armes) résume cet état d'esprit : "Huit des paroissiens, qui pourraient encore être vivants si le pasteur les avait expressément autorisés à porter des armes dans l'église, sont morts". Les propos ont scandalisé et ont été supprimés depuis.

Un autre symbole attaqué, c'est celui du drapeau confédéré, qui n'a pas été mis en berne, contrairement à la bannière étoilée. Emblème du sud, il est aussi perçu comme un vestige de l'esclavage et de la ségrégation raciale. Reste à savoir si ce nouveau massacre va faire bouger les lignes de l'Amérique conservatrice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 21/06/2015 - 21:16
effectivement ily a
un problème d'armes à feu aux USA mais surtout un gros problème de racisme. Et là depuis quelques mois je ne sais pas comment ils vont faire car la société américaine se dégrade et à part quelques noirs ayant intégré la bourgeoisie c'est encore parmi eux qu'il y a le plus de déshérités. Et pourtant la fin de l'apartheid avec l'abolition des lois raciales commencent à dater
clint
- 20/06/2015 - 19:34
Quand une religion d'amour n'est pas un vain mot !
J'ai été très admiratif de voir ces parents et proches des victimes qui en plus de prier pour les victimes priaient aussi pour l' âme du tueur. Le christianisme n'usurpe pas en certaines circonstances le message de Jésus. Merci à eux de cette leçon d'amour.