© Reuters
Suite
Swissleaks : HSBC mise en examen en France
Publié le 09 avril 2015
La banque britannique a annoncé la nouvelle, ce jeudi 9 avril, dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de fraude fiscale impliquant sa filiale suisse de banque privée pendant la période 2006-2007.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La banque britannique a annoncé la nouvelle, ce jeudi 9 avril, dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de fraude fiscale impliquant sa filiale suisse de banque privée pendant la période 2006-2007.

C'est maintenant au tour de la France de poursuivre la banque HSBC. Ainsi, le groupe bancaire HSBC Holdings a annoncé jeudi avoir été mis en examen par la justice française dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de fraude fiscale impliquant sa filiale suisse de banque privée pendant la période 2006-2007. Les détails ne sont pas encore connus, mais le parquet national financier français avait requis un renvoi en correctionnelle pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illicite, en mars dernier.

"HSBC Holdings estime que la décision des magistrats français est dénuée de tout fondement juridique et que la caution est imméritée et excessive", se défend le groupe, qui entend faire appel. Cette mise en examen est assortie d'une caution d'un milliard d'euros, précise HSBC dans un bref communiqué.

Cela fait évidememnt suite à l'affaire "Swissleaks". La banque HSBC s’est retrouvée début février au coeur d’un vaste scandale financier, après qu’une investigation internationale de plusieurs médias l’a accusée d’avoir fait transiter quelque 180 milliards d’euros de riches clients entre novembre 2006 et mars 2007 sur des comptes en Suisse, afin de leur éviter d’avoir à payer des impôts dans leurs pays respectifs.

En février dernier, le patron de la maison mère avait publié une lettre "à tous les clients de HSBC, aux actionnaires et aux employés" dans plusieurs grands quotidiens britanniques. "Nous n'avons aucunement l'intention de faire des affaires avec des clients qui se soustraient à l'impôt et ne respectent pas nos exigences en matière de lutte contre les délits financiers" a expliqué Stuart Gulliver soulignant que la filiale suisse avait été "complètement réorganisée."

Si le vol des données date maintenant de 8 ans et qu'il faut remettre "dans leur contexte" les informations des médias, le directeur général a néanmoins reconnu la nécessité de "montrer que nous comprenons que les gens que nous servons attendent davantage de notre part" note-il. "C'est pourquoi nous présentons nos excuses les plus sincères."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires