En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Chaos en Méditerranée

L'Etat islamique menace d'envoyer 500 000 migrants en Europe : la nouvelle arme psychologique du groupe djihadiste

Publié le 20 février 2015
Le groupe terroriste utilise cet avertissement pour empêcher l'Europe d'intervenir en Libye.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe terroriste utilise cet avertissement pour empêcher l'Europe d'intervenir en Libye.

"Si vous engagez des forces armées en Libye, nous vous envoyons 500 000 migrants." C'est, en substance, le message adressé par la branche libyenne de l'Etat islamique à l'Italie. C'est ce qu'indiquent des écoutes téléphoniques que le quotidien italien Il Messagero a pu se procurer, raconte Le Figaro. De fait, le pays, à 350 kilomètres seulement des côtes libyennes, est en première ligne. "Nous avons le risque d'un exode sans précédent", avait averti lundi le ministre italien des Affaires étrangères Angelino Alfano.

Concrètement, le groupe djihadiste envisage d'envoyer à la dérive en direction des côtes italiennes "des centaines de barques remplies de migrants, dès le moment où notre pays évoquerait une intervention armée en Libye", écrit Il Messagero. En occassionnant un désastre humanitaire, l'Etat islamique entend déclencher le chaos en Méditerranée. 

Un scénario qui n'est pas sans rappeler la funeste prédiction faite par Mouammar Kadhafi peu de temps avant sa mort. "L'Occident a le choix entre moi ou le chaos terroriste", avait déclaré l'ancien dictateur libyen dans une interview au JDD.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 21/02/2015 - 13:41
Pardon
Et "petits", écoutez les "grands".
assougoudrel
- 21/02/2015 - 13:06
@ mado83
Pendant que j'écrivais mon article, vous m'avez devancé, concernant Troy et les femmes enceintes. Vous êtes quelqu'un qui a du bon sens. Un proverbe antillais dit: "grands", écoutez les "petits" et écoutez les grands", mais nos énarques, gonflés d'orgueil, du haut de leur nuage, n'écoutent pas les "sans dent". Cordialement.
assougoudrel
- 21/02/2015 - 12:59
Concernant les frontières
Fin des années 80, à cause d'attentats sur le territoire, les militaires ont pris comme renfort pour la PAF (Police de l'Air et des Frontières). Les contrôles étaient au faciès; tout basané était arrêté. J'étais sur la frontière suisse, près de Genève, côté Ain. Pour 300 points de passage susceptibles d'être emprunté par des clandestins, il n'y avait que 2 patrouilles et deux 304 Peugeot à bout de souffle, rafistolées avec du fil de fer. A mon avis, avec ce danger imminent, il serait plus judicieux d'installer nos troupes qui sont en Afrique (inutilement), pour assurer la surveillance de nos frontières, avec des ordres clairs et précis. Attention à ces fumiers qui, connaissant la faiblesse des dirigeants occidentaux (lâcheté pour les notres), enverraient femmes enceintes, enfants et ados en premières lignes. La royale, pour mission, au niveau des eaux territoriales, devrait faire faire demi tour à toute embarcation suspecte. Quand aux italiens, ça m'étonnerait qu'ils voudraient des chevaux de Troy chez eux. Mais pour ça, il faut des moyens et finis les faibles de gauche de Bruxelles. N'oublions pas que, quand les dirigeants sont faibles, les militaires prennent les choses en main.