En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Dans la rue
Education nationale : journée de grève pour une partie des enseignants
Publié le 03 février 2015
Cette mobilisation pour de meilleurs salaires est plutôt faible, entre 10 et 22 % de grévistes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette mobilisation pour de meilleurs salaires est plutôt faible, entre 10 et 22 % de grévistes.

Les enseignants seront dans la rue ce mardi 3 février. Si la mobilisation ne devrait concerner que 10 à 22 % des professeurs, plusieurs manifestations auront lieu dans les grandes villes françaises, à l'appel de la FSU, première fédération de l'Education nationale.

Pour les grévistes, il s'agit de protester contre les classes surchargées et leur rémunération considérée trop faible. "Les personnels ont perdu en 15 ans 17 % de pouvoir d'achat, soit l'équivalent de 2 mois de salaire par an" alerte la FSU. "Il faut donner aux enseignants et à tous les personnels les moyens d’apporter des améliorations aux conditions de scolarisation des élèves et leur permettre de travailler dans de bonnes conditions." La fédération n'a pas réussi à s'entendre avec les autres syndicats comme le Sgen-CFDT qui lui reproche son "appel régulier à la grève, sans concertation, sans objectifs et sans espoir", selon l'AFP.

Cette grève intervient un mois après les attentats de Charlie Hebdo et les débats qui ont suivi sur le rôle de l'école dans l'apprentissage des valeurs, même si celle-ci a été décidée avant la survenue de ces évènements.

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 03/02/2015 - 12:52
Minimum syndical ? ☺
C'est là qu'on comprend mieux le pouvoir de nuisance des syndicats en France : un minimum syndical pour la forme (et pour quelques % de parts de représentativité entre syndicats concurrents) quand la gauche est aux manettes (faut pas que ça se voit trop qu'ils sont "maqués" à gauche ! :-) Et un sabotage méthodique, organisé, planifié de l'économie et de la paix sociale, coordonnée avec une gauche d'opposition quand la droite est au pouvoir. Le tout payé par l'ensemble des contribuables ! § "Il faut donner aux enseignants et à tous les personnels les moyens d’apporter des améliorations aux conditions de scolarisation des élèves et leur permettre de travailler dans de bonnes conditions." § Ce n'est pas qu'une question de salaire et pas du tout une question d'effectif, seulement une question d'organisation et une remise à plat de la façon de travailler dans l' E.N. depuis 1968 !
Anguerrand
- 03/02/2015 - 08:36
Classes surchargées avec un moyenne inférieure à 25 élèves
144 jours de travail dans l'année, moins 23 jours de maladie, 4 ou 5 de grève, les vacances en même temps que leurs enfants, etc, et des enfants qui ne savent pas lire, écrire, compter, avec 20//22 élèves quand il y en avait le double dans les années 60/70, une retraite qui tient compte du nombre de leurs propres enfants et 75% de leur dernier salaire le tout vers 53 ans et des cotisations inférieures au privé.