En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Alliance
Jean-Luc Mélenchon dit "travailler à une coalition" à gauche en vue de 2017
Publié le 20 janvier 2015
Le fondateur du Parti de gauche a vanté la progression du parti grec Syriza, dont il a participé au meeting de soutien, lundi soir à Paris.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fondateur du Parti de gauche a vanté la progression du parti grec Syriza, dont il a participé au meeting de soutien, lundi soir à Paris.

Jean-Luc Mélenchon a affirmé ce mardi sur BFMTV "travailler" à la formation d'une "coalition" qui pourrait réunir EELV, l'aile gauche du PS, et le PCF. Dans l'optique des prochaines échéances électorales de 2015 et 2017, Jean-Luc Mélenchon affirme vouloir "tourner la page de l'austérité"  et dénonce "ce modèle qu'on a appelé social libéral" comme "une catastrophe en France et en Europe".

"Ils sont hors course, ils ne comprennent plus, ils sont épuisés, on en a assez de les voir (...) Il ne faut pas se contenter de critiquer, il faut proposer quelque chose, quelque chose d'ample, qui ne soit pas étroitement boutiquier et partisan" a déclaré le fondateur du Parti de Gauche, affirmant une volonté "d'être unis en tant qu'organisation politique, mais en même temps (...) trouver le moyen de faire intervenir les citoyens dans le choix des candidats, la détermination du programme".

"Au meeting de soutien pour (le parti grec) Syriza, il y avait Mme Duflot(EELV), Pierre Laurent(PCF), moi-même (PG), Clémentine Autain(Ensemble), tous les dirigeants du Front de Gauche, des Verts, et il y avait trois socialistes: Liem Hoang-Ngoc l'économiste, M. Guillaume Balas qui est député européen, et M. Pouria Amirshahi, qui est député national" a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, précisant que ce projet d'alliance sera "une coalition" et "pas un parti". 

"Regardez bien la séquence: Syriza peut gagner en Grèce en janvier. En mai, nos amis espagnols peuvent gagner, et nous, nous arrivons au mois de décembre 2015, avec une élection générale à la proportionnelle, donc on a nos chances" prévoit Jean-Luc Mélenchon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 20/01/2015 - 21:44
Oui
Il pourra prendre comme 1er ministre Marine Le Pen!