En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 31 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Etude

Compte pénibilité : 40% des employés ont un travail "pénible" et non pas 20%

Publié le 15 décembre 2014
Selon une étude réalisée par le ministère du Travail, plus de 8 millions de salariés sont soumis à au moins un facteur de pénibilité dans le cadre de leur travail, contrairement à ce qu'estimait le gouvernement à la rentrée 2013.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude réalisée par le ministère du Travail, plus de 8 millions de salariés sont soumis à au moins un facteur de pénibilité dans le cadre de leur travail, contrairement à ce qu'estimait le gouvernement à la rentrée 2013.

A partir du 1er janvier 2015, chaque salarié disposera d'un compte pénibilité mesurant son degré d'exposition à un risque professionnel.  Selon une étude réalisée par le service statistiques du ministère du Travail, la Dares, publiée en fin de semaine dernière, plus de 8 millions de salariés, soit près de 40 % des salariés en France sont concernés. Cela ne sinifie toutefois pas que 40% des salariés vont bénéficier de points sur le futur compte pénibilité. En effet, l'étude s'appuie sur une enquête Summer de 2010, dont les seuils d'exposition diffèrent des seuils retenus dans le décret du 9 novembre 2014. En efet, à la rentrée 2013, le gouvernement estimait que la réforme de la pénibilité concernerait 20% des salariés et a donc calculé son coût sur cette base : 500 millions d'ici à 2020, puis 2 milliards par an en 2030. Mais les seuils et les durées d'exposition n'ayant pas été déterminés précisément, "le coût de la réforme reste donc très flou", note Les Echos ce lundi 15 décembre.

Selon l'étude de la Dares, 70% des ouvriers sont exposés à au moins un facteur de pénibilité, contre 12% des cadres. Et plus d'un quart de la première catégorie professionnelle cumule au moins trois expositions à un facteur de pénéibilité. Les ouvriers non qualifiés sont majoritairement exposés à la manutention de charges lourdes ou à des postures difficiles tandis que les ouvriers qualifiés sont surtout soumis à des vibrations mécaniques, aux agents chimiques dangereux et au bruit nocif. Toutefois, les employés de services sont également concernés par l'exposition aux produits chimiques : 26 % des aides-soignants, 36 % des agents des services hospitaliers et 54 % des coiffeurs et esthéticiens sont en effet concernés. Autre point important : la construction est le secteur le plus touché par les facteurs de pénibilité (66% de ses effectifs).

Enfin, la moitié des salariés de moins de 25 ans sont soumis à au moins un facteur de pénibilité (50,3%), contre moins d'un tiers pour les plus de 55 ans(31,9%). Les hommes sont en général plus exposés que les femmes (46% contre 31%) car ils occupent souvent des emplois plus éprouvants physiquement parlant. Les femmes sont toutefois largement majoritaires dans les emplois répétitifs.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 15/12/2014 - 21:33
S'il restait une chance de creer de l'embauche dans
les PME....eh ben c'est fini...entre ca et les seuils sociaux la messe est dite.....
quesako
- 15/12/2014 - 21:08
Dès le début j'ai pensé que cette ineptie était pire que les 35H
Il suffisait de connaitre les entreprises pour savoir que ce sera impossible à gérer car la notion de pénibilité est beaucoup trop flou. On entend d'ailleurs maintenant qu'il faut prendre aussi les burn out qui ont tellement de causes différentes et très souvent étrangères au travail. Mitterand ce fut la retraite à 60 ans qui nous plombe, Jospin les 35H et la dernière aberration la pénibilité. Bintôt on demandera aussi de naturaliser plus tôt les étrangers exerçant un travail dit pénible !