En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 13 min 59 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 6 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 21 min 44 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 11 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 19 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 55 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 17 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 59 min
© Capture d'écran vidéo Youtube
© Capture d'écran vidéo Youtube
Glaçant

"J'ai vu des parents forcés d'assister à la décapitation de chacun de leurs enfants par ordre de taille" : les révélations d'un ancien djihadiste de l'Etat islamique

Publié le 12 novembre 2014
Abu Abdullah, ancien garde du corps d'un commandant de l'Etat islamique à l'est de la Syrie raconte une scène horrible et indique que tout ce qui intéresse les dirigeants du groupe est "de devenir puissant".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abu Abdullah, ancien garde du corps d'un commandant de l'Etat islamique à l'est de la Syrie raconte une scène horrible et indique que tout ce qui intéresse les dirigeants du groupe est "de devenir puissant".

La scène se passe il y a quelques mois. Saddam Jamal pointe une arme sur un couple et les force à regarder le massacre de leurs enfants par ses camarades djihadistes. Le commandant de l'Etat Islamique n'a ressenti aucun remord après avoir tué cette famille syrienne, a raconté son ancien garde du corps, qui se fait appeler Abu Abdullah, dans une interview donnée au Telegraph. Il ne croyait pas non plus accomplir l'œuvre de Dieu en commettant ces atrocités : pour lui, faire partie du groupe extrémiste était une affaire d'argent, pas de religion. "Commençant avec un garçon de 13 ans, ils ont aligné les fils en fonction de leur taille et les ont décapité dans cet ordre", relate Abu Abdullah au Telegraph, qui a déserté l'EI, ne pouvant plus supporter tant de violence. "Après quoi, ils ont accroché les têtes des garçons sur la porte de l'école où la famille s'était cachée". Cette interview montre bien que l'EI est bien moins religieusement "pur" que sa propagande veut le faire croire.

Le weekend dernier, les Etats-Unis ont effectué de nombreuses frappes aériennes en Irak, touchant probablement le leader de l'EI dans le pays, Abu Bakr al-Baghadi. Toutefois, lundi 10 novembre, le Commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom) n’était pas en mesure de confirmer si le chef terroriste était bien présent sur le site des  frappes, qui ont “détruit un convoi de véhicules formés de 10 camions armés de l’EI”. Selon les analystes, la mort du "Calife" porterait un coup dur au moral des troupes. Malgré tout, l'EI survivrait, dirigé par les "ministres" à qui  Abu Bakr al-Baghadi a délégué une partie de son autorité.

Les soldats qui combattent pour l'EI viennent tous de milieux différents, certains d'entre eux viennent même de l'armée démantelée de Saddam Hussein, raconte Abu Abdullah. A l'origine, Saddam Jamal était un trafiquant de drogue. Puis quand la guerre civile a débuté en Syrie, il a rejoint l'armée libre, soutenue par les Occidentaux avant de rejoindre l'EI et de suivre l'exemple des autres "émirs" qui dirigent en faisant régner la terreur. "Ils kidnappent des gens et les tuent. Ils détruisent des immeubles entiers pour tuer une seule personne, se fichant de savoir si ces immeubles sont habités par des femmes et des enfants", explique Abu Abdullah. Par ailleurs, "Beaucoup de leurs soldats étrangers fument mais si jamais ils attrapent un civil en train de faire de même, ils l'enferment, le fouettent et le forcent à faire du service communautaire .C'est toujours, deux poids, deux mesures."

Si Saddam Jamal est aujourd'hui le sous-commandant militaire de l'EI dans l'est de la Syrie, l'année dernière il était encore dirigeait encore le conseil militaire suprême de la FSA (Free Syrian Army), un corps coordonnant les groupes rebelles recevant de l'argent et des groupes d'aillés occidentaux avec le soutien de la CIA. Mais cette entité, Liwa Allah Akbhar, était une branche d'Ahfad al-Rasoul, dont l'EI s'est violement séparé l'année dernière avant de déménager ses bases à Abu Kamal, à l'est de la Syrie. "L'EI a fait exploser la maison de Jamal, tuant l'un de ses frères. Il a kidnappé un autre de ses frères et l'a tué également. Après quoi, Jamal a disparu", raconte Abu Abdullah.

Puis, en novembre 2013, Jamal a réapparu dans une vidéo où il prêtait allégeance à l'EI et qualifiait les rebelles de la FSA d'apostats. Les mois suivants, il a développé son pouvoir dans la région d'Abu Kamal, tuant des centaines de membres de la tribu locale des Shaitat qui avait essayé de se soulever contre l'EI. C'est notamment là qu'a eu lieu le massacre des garçons raconté précédemment. "Cela prendrait des jours pour vous raconter la violence à laquelle j'ai assisté", déclare Abu Abdullah. Mais ce qui l'a le plus horrifié n'est pas le massacre de ces enfants mais quand il a vu l'émir d'une ville voisine, Abu Abdullah al-Qahtani forcer son fils de huit ans à trancher la gorge d'un prisonnier accusé d'avoir organisé des attaques sur l'EI. 

Alors, Abu Abdullah a réalisé qu'il ne pouvait plus supporter toute cette violence. Il a donc décidé de partir avec deux autres groupes de gardes du corps. Quatre de ces hommes ont été tués après avoir révélé leurs intentions. Selon le garde du corps, de nombreux soldats étrangers, à l'origine "attirés par les promesse du djihad sacré" ont également voulu partir après avoir assisté aux violences pérpétrées par le groupe. Ils n'ont pas pu non plus. "Bien sûr, il y en a aussi qui croient vraiment que tuer et fouetter est la manière correcte de répendre l'islam", explique Abu Abdullah. "Mais cela n'intéresse pas Jamal de savoir si sa mission répand l'islam. Tout ce qui l'intéresse c'est de devenir puissant. Maintenant, si une organisation plus puissante émerge, il la rejoindra. Et beaucoup d'hommes sont exactement comme lui".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 14/11/2014 - 09:45
@ ELLENEUQ
Le problème, c'est que ces pourris, kidnapent des filles dans les collèges, les obligent à se marier, afin de leur faire un maximum d'enfants qui seront prêts à prendre la "relève" dans très peu de temps, car ils les formeront aux tecniques des atrocités dès qu'ils marcheront. Et comme chaque génération est plus avancée que la précedante...
pale rider
- 13/11/2014 - 08:37
@jg euh si
Quand on se bat contre ce genre de gens .... Je suis croyante , mais tendre la joue gauche ce n est pas mon credo....
vangog
- 13/11/2014 - 00:15
À votre avis, qu'elle sera la réaction de ces "touristes revenus
déçus de leur "excursion jihadistes", parcequ'ils n'ont y trouvé que des guides dépravés avides de pouvoir et d'argent, alors qu'ils pensaient rejoindre le summum de la spiritualité combattante? Ils vont revenir dans leurs "pays d'accueil" respectifs et étancher leur frustration de n'avoir pu combattre efficacement, en étudiant de nouveaux moyens de lutte plus efficaces, plus axées sur les institutions que les innocents, plus "pures"...ils s'en prendront à des soldats, à des élus, à des fonctionnaires, à des symboles de la Démocratie qu'ils veulent atteindre au cœur...et nos faibles et laxistes pays occidentaux regorgent de symboles qui ne tiennent déjà plus qu'a un fil, après l'ouragan gauchiste...ces barbures voyageurs auront l'embarras du choix et la satisfaction égoïste d'être les "plus efficaces dans leur cause", ce qui est une autre forme de pouvoir...