En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Après-remaniement

Université d'été du Medef : "J'aime l'entreprise" promet Valls devant les patrons

Publié le 27 août 2014
Au lendemain de l'annonce du gouvernement Valls 2 et de l'arrivée d'Emmanuel Macron à Bercy, le Premier ministre est l'invité de l'université d'été du Medef qui se tient ce mercredi à Jouy-en-Josas.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de l'annonce du gouvernement Valls 2 et de l'arrivée d'Emmanuel Macron à Bercy, le Premier ministre est l'invité de l'université d'été du Medef qui se tient ce mercredi à Jouy-en-Josas.

"Osez les réformes." C'est sous un tonnerre d'applaudissements que Pierre Gattaz a accueilli Manuel Valls, principal invité de l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas. Le Premier ministre, lui même salué par une standing ovation d'une assemblée qui aura rarement été aussi comble, a rappelé que l'invitation datait d'il y a déjà plusieurs semaines, avant donc le remaniement de son gouvernement.

"La venue du Premier ministre à #uemedef14 est un signal important envoyé à tous les entrepreneurs. Je veux y voir une reconnaissance de leur rôle" a noté le président du Medef, qui avait accueilli favorablement le changement de cap économique du gouvernement Valls 2.

"La croissance n'est pas qu'affaire de chiffres, elle dépend aussi d'un environnement de confiance qu'il faut mettre en oeuvre" #uemedef14

— MEDEF (@medef) August 27, 2014

>> A lire aussi sur le même sujet : Université d’été du Medef : 5 idées faciles à mettre en place que les entreprises auraient tout intérêt à réclamer (et beaucoup moins chères que le Pacte de responsabilité)

"Cessons d'opposer systématiquement Etat et entreprise, chef d'entreprise et salarié" a d'abord expliqué le Premier ministre, intervenu à partir de 15 heures. Il a d'ailleurs à cette occasion rappelé que le premier déplacement qu'il avait réalisé en tant que Premier ministre s'était déroulé dans une entreprise à Gennevilliers (92) : "Moi, j'aime l'entreprise".

"Le gouvernement est au travail pour accélérer le rythme des réformes" a-t-il insisté : "Le retour de la croissance passera d'abord par le soutien des entreprises, ce sont les entreprises qui créent les emplois", allant même plus loin en assénant qu'"il est absurde de parler de cadeaux faits aux patrons : ce langage n'a aucun sens" - sous les applaudissements de l'assistance.

"Il faut baisser le coût du travail dans notre pays, il y a un problème avec le coût du travail !" s'est-il enflammé, insistant sur le besoin de redonner de la compétitivité aux entreprises françaises - notamment avec le pacte de responsabilité : "A l'extérieur, notre droit du travail est perçu comme contraignant". Il n'hésite pas à signaler d'ailleurs que certaines règles pourraient être revues ou allégées, "dont celles relatives au travail du dimanche".

"La France ne peut plus agir seule comme elle le fait depuis 30 ans", rappelant que la zone euro est la zone à la croissance la plus faible au monde actuellement : "La Commission européenne doit s'engager en faveur de l'investissement public et privé". Et d'asséner : "Nous vivons dans notre pays au-dessus de nos moyens depuis 40 ans. Depuis 2008 notre déficit est au-dessus de 4%", rappelant ici son objectif de réduction des dépenses publiques.

Waouh, ce discours de @manuelvalls aux entrepreneurs à l' #uemedef14 ! Quelque chose est peut-être en train de changer ! @medef

— Bertrand Bigay (@BBigay) August 27, 2014

Est-ce Pierre Gattaz qui a écrit le discours de Manuel Valls ? #uemedef14

— Thomas Wieder (@ThomasWieder) August 27, 2014

Il a par ailleurs réaffirmé son soutien à la filière nucléaire, "une filière d'avenir", et déclaré ne pas douter "du soutien de la majorité qui sera au rendez-vous des textes budgétaires", rappelant ses propos offensifs lors de son passage au JT de France 2 ce mardi soir. Il a également annoncé un "grand plan de mobilisation" pour la construction, dévoilé ce vendredi.

"Vous êtes attendus sur l'utilisation que vous ferez des 40 milliards du CICE et du Pacte de responsabilité" a-t-il conclu. "Ce gouvernement agit pour les entreprises", mais rappelle sa vigilance : "Les Français n'admettraient pas que les dividendes versés pour les plus hautes rémunérations explosent". De même, s'adressant à Pierre Gattaz, il a déclaré attendre des différentes branches patronales d'accélérer ses négociations avec les organisations salariales dans le cadre du Pacte, au point mort depuis plusieurs mois.

Vous me confirmez bien que Valls est socialiste ? Parce que là je le sens bien pour la présidence du MEDEF #uemedef14

— Bertrand Duperrin (@bduperrin) August 27, 2014

A noter enfin qu'à cette occasion, après près de deux ans et demi de silence complet, le compte Twitter de Manuel Valls a été relancé (et délesté de l'ensemble de ses tweets durant la campagne présidentielle) :

La France a besoin de toutes ses entreprises. Elles produisent, innovent, génèrent des richesses qui doivent profiter à tous. #uemedef14

— Manuel Valls (@manuelvalls) August 27, 2014

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 28/08/2014 - 07:53
AH puis j' oubliais !
en 1981 : 1 million de chômeurs , Mitterrand devait lui aussi réduire le chômage et tout les autres après; Résultat des courses 35 ans plus tard 5 millions de chômeurs ,8 M de pauvres ,10 M d'immigrés et pas assez de places dans les prisons !
Comme disait la mère de NAPOLEON "pourvou qué sa doure!
winnie
- 28/08/2014 - 07:46
il aime l'entreprise !
Au fait ,y a il travailler lui dans une entreprise ce monsieur ?
le Gône
- 27/08/2014 - 17:44
Ah Nom de Dieu....
alors donc le CAC 40 est heureux!! ..quand aux autres entreprises les 85% a qui on a pompé 40 milliard dans les deux dernières années..elles sont sans doutes heureuses de n'en retrouver aucun ..car franchement ou donc le "mata-mort de rire" vas t il trouver le fric dont il parle !! j'en ris d'avance!!.;et l'autre gugus Gattaz qui applaudit quel cirque.