En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Controverse

James Foley : les ravisseurs du journaliste réclamaient une rançon de 100 millions d'euros, Washington a refusé

Publié le 22 août 2014
Le Global Post a publié un email envoyé par les membres de l'Etat islamique à la famille de James Foley. Dans ce message, les djihadistes expliquent notamment que "d'autres gouvernements" ont accepté "des transactions en liquide" pour obtenir la libération d'otages.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Global Post a publié un email envoyé par les membres de l'Etat islamique à la famille de James Foley. Dans ce message, les djihadistes expliquent notamment que "d'autres gouvernements" ont accepté "des transactions en liquide" pour obtenir la libération d'otages.

Les ravisseurs de James Foley réclamaient 100 millions d'euros pour sa libération. Par ailleurs, une semaine avant de diffuser la vidéo de l'exécution du journaliste, ils ont envoyé un email à sa famille dans lequel ils menaçaient de le tuer. C'est ce qu'a annoncé jeudi 21 août le Global Post, l'un des employeurs de la victime. Le journal a publié l'email en question dans son intégralité. Dans ce message, les djihadistes de l'Etat islamique expliquent que "d'autres gouvernements" ont accepté "des transactions en liquide" pour obtenir la libération d'otages. Ils affirment aussi avoir proposé d'échanger James Foley contre Aafia Siddiqui, une Pakistanaise emprisonnée aux Etats-Unis pour avoir tenté de tirer sur des soldats américains en 2008 en Afghanistan, alors qu'elle était détenue pour ses liens présumés avec al-Qaïda. Par ailleurs, le PDG du GlobalPost, Philip Balboni a confirmé que "que la première rançon exigée par les ravisseurs de Jim Foley était de 100 millions d'euros".

Jim Foley travaillait pour le GlobalPost quand il a été enlevé en novembre 2012 en Syrie. Mercredi 20 août, Philip Balboni avait déclaré avoir été en contact, ainsi que la famille Foley, avec les djihadistes de l'Etat islamique qui, selon lui, avaient "exprimé au départ le désir de négocier" la libération du journaliste. Interrogé par CNN, Balboni a expliqué que "les ravisseurs n'ont jamais réellement négocié" sur la somme demandée. Ils ont simplement fait part de leurs exigences au cours d'une dizaine de contacts. "Nous n'avons jamais pris cette somme de 100 millions d'euros au sérieux", a-t-il expliqué. Il a toutefois précisé qu'il avait essayé, avec la famille du journaliste, de réunir les fonds équivalent aux montants qui auraient été versés pour obtenir la libération de plusieurs otages européens plus tôt cette année. Or les sommes évoquées (aucun gouvernement n'a reconnu le paiement de rançons) étaient "très inférieures" à ce que réclamaient les djihadistes en échange de James Foley. Les négociations ont donc stagné et les ravisseurs se sont tus jusqu'à ce message envoyé à la famille la prévenant que leur fils allait être tué. Puis, le 13 août, ils ont diffusé cette vidéo montrant l'exécution du journaliste de 40 ans.

A cette occasion, la porte-parole du département d'Etat Marie Harf a rappelé que le gouvernement américain "ne faisait pas de concessions aux terroristes"."Nous ne payons pas de rançons" afin de ne "pas financer le terrorisme", a insisté la responsable américaine, évaluant à "des millions de dollars" la manne des rapts perçue en 2014 par les djihadistes de l'EI. "Nous appliquons cette politique depuis très longtemps. Pour protéger nos ressortissants à l'étranger et aussi pour ne pas fournir aux terroristes les financements dont ils ont besoin pour perpétrer leurs actes odieux", a expliqué Marie Harf.

Fin juillet, le New York Times dénonçait cette politique, révélant que la France avait donné des millions d'euros à Al-Qaïda pour libérer ses otages. Mais comme l'a expliqué jeudi 21 août le journaliste et ex-otage Nicolas Hénin, les journalistes américains "vivent la détention de façon différente. Pour eux, la crainte est beaucoup plus forte. Ils savent que contrairement à nous leur gouvernement ne négocie pas".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/08/2014 - 13:09
Oui, la lâche diplomatie française accepte de "récompenser"
les islamistes pour leurs prises d'otages et est devenu le troisième pourvoyeur en fonds des islamo-fascistes, derrière le Qatar et l'Arabie Saoudite... Les anglo-saxons, plus intelligents et moins lâches, ne l'ont jamais accepté...du moins en direct!