En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
C'est dit

Affaire Tapie : Guéant accuse l’Elysée et parle d'"un scandale d’État", l'Elysée lui répond

Publié le 01 juin 2014
Quatre jours après la levée de sa garde à vue dans le cadre de l'affaire Tapie, l'ancien ministre de l'Intérieur a affirmé dimanche au micro d'Europe 1 être victime d'une "machination politique".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre jours après la levée de sa garde à vue dans le cadre de l'affaire Tapie, l'ancien ministre de l'Intérieur a affirmé dimanche au micro d'Europe 1 être victime d'une "machination politique".

Claude Guéant lance un pavé dans la mare. Quatre jours après la levée de sa garde à vue dans le cadre de l’affaire Tapie, l’ancien ministre accuse. Invité d’Europe 1, il incrimine en effet l’Élysée d'être à l'origine de ce qu’il appelle "un scandale d’État". "Il est tout à fait anormal que la présidence d'aujourd'hui livre des archives du précédent président", a déclaré l’ex-secrétaire général de l’Elysée  au "Grand Rendez-Vous iTélé/Europe 1/Le Monde", estimant que "les archives appartiennent à la personne qui en est détenteur ou aux archives nationales". Selon une source proche du dossier, les juges d'instruction ont demandé à l’Élysée, en mars 2013, de leur envoyer "tous documents" conservés à la présidence de la République en lien avec le litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais.

Toujours selon la même source, l’Élysée répondait en avril 2013 que concernant Claude Guéant, son "fonds d'archives papier" n'avait pas été versé aux Archives nationales et qu'il n'en avait pas été trouvé trace à la présidence de la République. Mais la présidence de la République a bien fait parvenir aux juges divers documents, comme ceux-ci le lui demandaient.

Mais cela n’empêche pas Claude Guéant d’asséner au micro d’Europe 1 : "Nous savons aujourd'hui, qu'il y a au sein de l’État, une organisation qui est faite à coup de violation du secret de l'instruction et de l'enquête et à coup d'instrumentalisation de la justice pour dénigrer et détruire Nicolas Sarkozy et ses principaux collaborateurs". Puis l’ancien ministre détaille les notes que lui ont présentées les enquêteurs. "Des notes de secrétariat... mais surtout un projet de loi qui prévoyait que les établissements publics pouvaient avoir recours à l'arbitrage, ce qui veut dire que le gouvernement a essayé de valider l'arbitrage", explique-t-il. 

 

Et ce qui est intéressant selon lui c'est "qu'on ait voulu transmettre à la justice ce document qui n'a aucune espèce d'intérêt pour l'affaire". Les archives appartiennent à celui qui les a faites et aux archives nationales, il y a donc "manipulation", assure Claude Guéant.

S’il précise qu’au sein du gouvernement  "nous étions tous favorable à cet arbitrage", Claude Guéant réitère ses accusations sur le "scandale d'Etat", l’ancien secrétaire général de l’Elysée assure "savoir des choses". Mais, toujours sur Europe 1, il rappelle qu'il a "le droit au silence, mais j'ai la certitude que quand je voyage à l'étranger la DGSE m'observe". Pour Claude Guéant, toute cette affaire a un seul objectif : "causer préjudice à Nicolas Sarkozy, à l'affaiblir auprès de son propre camp et de l'opinion publique".

Face à ces attaques en règle, l’Elysée n'a pas tardé à réagir. La présidence de la République explique que "dans le cadre de l'instruction suivie par le juge Tournaire" elle a fourni, à la "demande expresse" du juge, " les seuls éléments d'information requis qui se trouvaient disponibles dans les services de l'Élysée". "La présidence de la République a ainsi agi dans le strict respect de la loi et des réquisitions de l'autorité judiciaire", affirme-t-on au palais présidentiel.

 

Vu sur : lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sandhom
- 02/06/2014 - 11:43
Rien ne peut nous étonner de ce gvt.
L’état a bien , en son temps, eu recours à l'arbitrage dans l'affaire Executive Life et personne n'y a trouvé à redire chez les politique.
http://www.liberation.fr/economie/2003/10/14/executive-life-la-france-fait-trainer-l-accord_448032
Dans le truc monstrueux du Crédit Lyonnais, il était logique de clore le litige au mieux, après les décisions de justices pour éviter les intérêts s'accumulant aux frais du contribuables en plus des pertes douteuses.
Tout sent méchamment la chasses aux sorcières qui est forcement organisée et planifiée. Que l'Elysée ait menti devrait nous étonné ?!!
Il ne font que ça depuis 2 ans.
Il est bien plus difficile d'affronter l'adversaire sur le terrain des idées et des réussites que d'organiser un limogeage en règle avec tous les outils de l'Etat et des médias à sa disposition.
Gilly
- 01/06/2014 - 18:43
@ langue de pivert
Des responsables, il en ont jugé un : Haberer, condamné à l'euro symbolique et qui coule des jours heureux dans son château.
Gilly
- 01/06/2014 - 18:43
@ langue de pivert
Des responsables, il en ont jugé un : Haberer, condamné à l'euro symbolique et qui coule des jours heureux dans son château.