En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 53 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 22 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 56 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 16 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 18 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 46 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 45 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Clarification

Alstom : le PDG de General Electric évoque une possible "modification de l'offre"

Publié le 30 avril 2014
"Le processus ne fait que commencer, donc il y aura d'autres possibilités pour nous de modifier, d'améliorer ce que nous faisons", a-t-il déclaré mercredi soir au JT de France 2.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le processus ne fait que commencer, donc il y aura d'autres possibilités pour nous de modifier, d'améliorer ce que nous faisons", a-t-il déclaré mercredi soir au JT de France 2.

C'est le sujet brûlant de ce début de semaine. Le possible rachat d'Alstom par General Electric ou Alstom est sur toutes les lèvres. Une première offre a été révélée ce mercredi; elle s'élève à 12,35 milliards d'euros. Il s'agit de "l'offre ferme" faite par General Electric pour le seul rachat de sa branche énergie. Toutefois, Alstom s'est donné un mois pour conclure un accord et n'exclut pas une éventuelle contre-offre de l'allemand Siemens. Mais, alors que la polémique enfle en France, ce mercredi soir, le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt était l'invité du journal de France 2. L'occasion pour lui de revenir sur le rapprochement entre son groupe et Alstom. 

"Le processus ne fait que commencer, donc il y aura d'autres possibilités pour nous de modifier, d'améliorer ce que nous faisons", a-t-il estimé laissant donc planer la possibilité d'une offre encore plus substantielle. Jeffrey Immelt s'est aussi montré rassurant. Le PDG de General Electric a promis : "Nous avons l’intention d’accroître le nombre des salariés". Et d'ajouter : "Je viens avec l'esprit d'un investisseur à long terme. Nous serons des bons investisseurs dans le pays comme nous l'avons été durant des décennies dans l'aéronautique, la santé, l'énergie"

Au même moment, sur TF1, Gilles Bouleau recevait le patron d'Alstom, Patrick Korn. Celui-ci a refusé de polémiquer. Alors que le journaliste lui demande "s'il a des chose à cacher au gouvernement"; il répond : "Nous avons entrepris des discussions très récemment. Fin mars. En quelques semaines, nous avons beaucoup avancé [..] mais le processus a déraillé" à cause "de fuites". Avant d'assurer ne pas vouloir "entrer dans la polémique personnelle."

Patrick Kron n'a pas caché sa préférence pour l'offre de l'américain General Electric mais a laissé la porte entrouverte à d'autres propositions éventuelles, dont celle de l'allemand Siemens, comme le souhaitait le gouvernement. "Dans le domaine de l'énergie, nous avons vendu 10 turbines à gaz l'an dernier. General Electric prévoit d'en vendre 150. Nous avons une offre ferme, celle de GE, qui répond à nos préoccupations stratégiques. Nous allons donner accès à Siemens aux informations nécessaires. Et puis après le conseil d'administration jugera." Le dossier n'est donc pas encore bouclé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
un_lecteur
- 02/05/2014 - 05:31
La clé de tout
La clé de tout est la compétitivité.
Nous ne sommes plus compétitifs, et nos entreprises sont condamnées.
Enfin, celles qui sont soumises à la concurrence internationale.
Trop te charges
Trop de taxes
Trop de règlements...
L'agitation médiatique d'un Montebourg n'est qu'un rideau de fumée.
Jaca10
- 01/05/2014 - 23:01
Chevènement a raison.
Ne confondons pas, comme Clara Gaymard, INVESTISSEMENT ou ALLIANCE entre égaux et PRÉDATION.
Après la perte de nos emplois sacrifiés sur l'autel de la mondialisation "heureuse", voici pour parachever l'œuvre de destruction le moment du holdup de la propriété de nos grandes entreprises, constituées lentement et patiemment par les talents et les sacrifices de nos ainés, mais dont le capital a été peu à peu phagocyté par les fonds de pension anglo-américains sans aucune réaction de nos gouvernants, ce qui compromet les possibilités d'opposition à la perte du contrôle … De Gaulle doit se retourner dans sa tombe …
Le manque de respect envers un Ministre qui défend les intérêts français est aussi lamentable.

Duffy
- 01/05/2014 - 18:44
@Gilles
La monarchie abolie en 1792, rétablie en 1815, de nouveau remplacée par la république en 1871, est tujours abolie.
Par contre la noblesse ne l'a jamais été, le président d ela république peut toujours décerner des titres noblesse.
En ce qui concerne l'abolition des privilèges du 4 août 1789 dont, je crois, vous voulez parler, ils ont été rétablis dès le premier Empire puis peu à peu sous toutes les Républiques avec pour couronner le tout le Statut privilégié de la fonction publique de 1945, semblable à celui des écclésiastiques sous l'Ancien Régime.