À Propos

Sophie de Menthon est l'une des personnalités qualifiées membre du Conseil économique, social et environnemental.

Chef d’entreprise, elle s’est toujours investie dans la vie associative, pour promouvoir l’entreprise privée. A 21 ans, elle crée sa première entreprise de marketing téléphonique « Multilignes Conseil », qu’elle présidera jusqu’en 2004. En 1995, elle prend la présidence d’ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance), où elle initie la réconciliation des Français avec l’entreprise en créant, en 2003, la « Fête des Entreprises », sur le thème : « J’aime ma boîte ! », qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre.

En 2007, elle a été admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel et rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale. En 2010, elle est nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental, au titre de personnalité qualifiée, pour un mandat de 5 ans.


Dans la collection. « Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants », aux Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu. Elles écrivent en tandem et viennent de publier le 10ème ouvrage en 5 ans : Les Dangers (2010).

Alain Fabre travaille comme Conseil financier d'entreprise. Il est également expert économique à la Fondation Robert Schuman et à l'Institut de l'Entreprise.

 

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Chacun son effort

La contrepartie qui réconcilierait la gauche de la gauche et les entreprises ? Des patrons proposent de renoncer à 20 milliards d’euros de subventions en échange de la baisse des charges

Le think tank ETHIC propose aux entreprises de renoncer aux subventions qui leur sont accordées si l'Etat fait un pas tangible en réduisant la dépense publique, et donc les charges qui pèsent sur l'activité économique.
08/05/2014 - 09h54
0 4
Toute la vérité

Ni ni de Florange : le gouvernement doit apprendre à regarder la vérité de l’industrie française en face (et à la dire aux salariés)

Tandis que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé vendredi qu'il n'y aura pas de plan social à Florange, Arcelor Mittal s'est engagé à investir 180 millions sur 5 ans. Les syndicats n'ont toutefois pas caché leur déception.
02/12/2012 - 21h07
0 7
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours