À Propos

Jean-Marie Le Méné est le président de la Fondation Jérôme Lejeune, fondation scientifique et médicale, reconnue d’utilité publique, dont la mission est de poursuivre les travaux du Pr. Jérôme Lejeune dans le domaine de la recherche scientifique, des soins et de la défense de la vie.

Il est le premier financier de la recherche sur la trisomie 21 et le retard mental. 

Jean-Marie Le Méné a lancé le site Internet genethique.org qui offre, depuis dix ans, une revue de presse quotidienne et une newsletter mensuelle (en plusieurs langues).

En 2008, il est co-fondateur de Novus Sanguis, un consortium européen de recherche sur les cellules souches adultes et de sang de cordon auquel la fondation apporte son financement. L’expérience scientifique, médicale et éthique de la fondation a permis de créer un Master Jérôme Lejeune de bioéthique qui accueille, à la rentrée universitaire 2009, sa troisième promotion.

Reconnu comme un acteur du débat sur la bioéthique en France, il a été nommé membre de l'Académie pontificale pour la vie par le Pape Benoît XVI.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Tribune

Recherches sur l’embryon : les Sages du Conseil constitutionnel cautionnent une manœuvre du gouvernement

Ce samedi 23 janvier, le Conseil Constitutionnel a partiellement retoqué le texte de loi proposé par Marisol Tourraine, revenant sur la généralisation du tiers-payant. En revanche, il n'a pas élevé la voix sur l'expérimentation sur embryons. Une tribune de Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune.
26/01/2016 - 12h44
0 0
Diagnostic

Nouvelle technique de diagnostic de la trisomie 21 : l'intérêt des laboratoires n'est pas forcément celui des patients

Une nouvelle technique pour dépister la trisomie 21 déferle actuellement en Europe. Présentée comme un progrès, elle présente en réalité de grands dangers et pose de sérieuses questions éthiques.
07/09/2012 - 09h26
0 33
Il était une fois la vie

Pour protéger l'être humain, il faut dire non à la recherche sur les cellules souches embryonnaires

Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a déclaré que s'il était élu en mai, il demanderait au Parlement de modifier la loi de 2011 révisant les lois bioéthiques, "afin d'autoriser la recherche sur les cellules souches embryonnaires".
01/03/2012 - 09h23
0 9
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours