À Propos

Maître des requêtes au Conseil d’État, ancien conseiller du Premier ministre Michel Rocard, ancien membre de la direction générale de Canal+ et de Vivendi Universal, créateur d’entreprise, Bernard Spitz est depuis 2008 le président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) ainsi que le président du pôle International et Europe du Medef. Animateur du think tank « Les Gracques » et ayant contribué au livre programme « Ce qui ne peut plus durer,… » (Albin Michel, 2011),  il compte parmi les voix réformistes qui poussent la gauche dans la voie de la modernisation.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entretien

Les défauts de l’Europe ne sont pas une raison pour laisser les populistes dire tout et n’importe quoi

Dans "Merci l'Europe!" publié aux éditions Grasset, Bernard Spitz aborde le sujet européen à travers le phénomène populiste et bat en brèche "sept grands mensonges des europhobes". Entretien exclusif.
09/03/2019 - 10h40
4 10
Bonnes feuilles

Bruxelles : le bouc émissaire idéal des populistes pour tous les maux de l’Union européenne

Bernard Spitz publie "Merci l’Europe ! Riposte aux sept mensonges populistes" aux éditions Grasset. Inégalités, chômage, terrorisme, migrants, péril environnemental... L’Europe ne rassure plus les citoyens européens. L’auteur revient sur les bienfaits de l’Europe et dénonce les grands mensonges qui font le lit du populisme. Extrait 2/2.
10/03/2019 - 09h09
0 0
Bonnes feuilles

L'Union européenne parviendra-t-elle à libérer les peuples de leurs peurs ?

Bernard Spitz publie "Merci l’Europe ! Riposte aux sept mensonges populistes" aux éditions Grasset. Inégalités, chômage, terrorisme, migrants, péril environnemental... L’Europe ne rassure plus les citoyens européens. L’auteur revient sur les bienfaits de l’Europe et dénonce les grands mensonges qui font le lit du populisme. Extrait 1/2.
09/03/2019 - 10h38
1 2
Bonnes feuilles

Ce qu'il faudrait faire pour sauver nos jeunes : lettre à une Française née en 2022

La variable d’ajustement de réformes toujours repoussées ? Nos enfants ! Filières de formation sans espoir, contrats précaires, logement inaccessibles, retraites en voie de disparition, fiscalité punitive: nous ne laissons plus à nos jeunes le choix qu’entre la résignation, la révolte ou l’exil.Un pays qui maltraite sa jeunesse est un pays en danger. L'auteur propose ici une nouvelle alliance entre générations. Extrait de "On achève bien les jeunes", de Bernard Spitz, publié chez Grasset (2/2).
06/09/2015 - 10h05
0 1
Bonnes feuilles

30 000 euros de dette publique à la naissance, etc... Les maux de la jeunesse française en 15 chiffres

La variable d’ajustement de réformes toujours repoussées ? Nos enfants ! Filières de formation sans espoir, contrats précaires, logement inaccessibles, retraites en voie de disparition, fiscalité punitive: nous ne laissons plus à nos jeunes le choix qu’entre la résignation, la révolte ou l’exil.Un pays qui maltraite sa jeunesse est un pays en danger. L'auteur propose ici une nouvelle alliance entre générations. Extrait de "On achève bien les jeunes", de Bernard Spitz, publié chez Grasset (1/2).
05/09/2015 - 10h15
0 2
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours