En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
80% des maires français estiment que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté.
Société en mutation
Délinquance, pauvreté… Comment les défis auxquels doivent répondre les maires ont évolué depuis 30 ans
Publié le 04 mars 2014
Selon un sondage TNS-Sofres pour le Secours catholique, 80% des maires français estiment que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté. Les préoccupations des maires ont-elles évolué depuis 30 ans ?
Philippe Laurent est maire de Sceaux et, depuis novembre 2014, secrétaire général de l'Association des maires de France.Il est l'auteur de Décentralisation, pour en finir avec les idées reçues (LGDJ / 2009). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Laurent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Laurent est maire de Sceaux et, depuis novembre 2014, secrétaire général de l'Association des maires de France.Il est l'auteur de Décentralisation, pour en finir avec les idées reçues (LGDJ / 2009). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage TNS-Sofres pour le Secours catholique, 80% des maires français estiment que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté. Les préoccupations des maires ont-elles évolué depuis 30 ans ?

Atalntico : Selon un sondage TNS-Sofres diffusé lundi pour le Secours catholique, les maires estiment dans une large majorité (80%) que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté. De quels moyens disposent aujourd'hui les maires pour combattre la pauvreté ? L’échelon local est-il adapté ?

Philippe Laurent : Les maires disposent essentiellement de moyens destinés à combattre les effets de la pauvreté, mais pas les causes. Celles-ci dépendent des choix économiques et politiques en matière de croissance et de redistribution des revenus effectués au plan national. La France est resté un pays excessivement centralisé dans ce domaine notamment. Les évolutions en cours poussent d’ailleurs vers une centralisation encore plus grande, car la haute administration considère – dramatiquement à tort selon moi – que c’est la seule façon de contrôler les finances publiques.

S’agissant de tenter d’atténuer les effets de la pauvreté, l’échelon local est pertinent. C’est évidemment le cas pour le logement où, malgré la pénurie criante dans quelques régions dont l’Ile-de-France, les maires parviennent à trouver des réponses avec les bailleurs sociaux. En outre, la tarification des services publics de base (restauration scolaire par exemple) en fonction des revenus est très développée. Certaines communes délivrent des « coupons enfants » destinés à permettre aux enfants de familles modestes de payer partiellement l’inscription à des activités sportives ou culturelles. A côté des aides publiques en matière d’urgence, il faut souligner le travail très important des associations, généralement appuyées par les moyens logistiques municipaux. La collaboration entre services municipaux et associations est généralement de bonne qualité afin que chaque famille en difficulté trouve une réponse appropriée en matière d’aide d’urgence.

Les préoccupations sur ce thème ont-elles toujours été si importantes? En quoi, les thèmes de préoccupations ont-ils évolué en 30 ans ? Quelles sont ces nouvelles préoccupations ?

Naturellement, la pauvreté a toujours existé dans notre pays. Mais il est parfaitement clair que le recul de la pauvreté a été spectaculaire jusque dans les années 80, avec notamment la croissance et la résorption des bidonvilles. Depuis, elle s’est progressivement réinstallée et fait désormais partie du panorama habituel de tout élu local, avec parfois des personnes en situation administrative inextricable, dont on ne peut pas dire que l’administration d’Etat, si éloignée du terrain à part les quelques services qui restent auprès du préfet, soit toujours consciente. C’est par exemple le cas de personnes étrangères en situation irrégulière, bien que vivant depuis des décennies en France. Ou encore de mères de famille séparées dont le divorce tarde à être prononcé et qui ne peuvent donc pas prétendre à un logement. La complexité administrative croissante – y compris pour accéder aux aides, comme le montre la forte proportion de personnes ayant droit au RSA, mais ne le percevant pas faute d’avoir pu accomplir les démarches adéquates – est un des facteurs principaux de cette inquiétante progression de la pauvreté. D’un autre côté, il est possible que cette complexité soit voulue, car elle permet à l’Etat d’afficher de bonnes intentions tout en en limitant les effets budgétaires …

Pendant ce temps, ce sont les élus locaux et les administrations locales qui tentent de colmater comme ils le peuvent les brèches de plus en plus béantes du système. Relevons d’ailleurs que les communes sont le dernier échelon, qui doit donc assumer les renoncements des autres : par exemple, certains départements, eux-mêmes étranglés financièrement, ont réduit leurs prestations facultatives ou « redimensionné » les services sociaux … Moins de personnel formé pour suivre les dossiers, c’est aussi moins de prestations servies, des files d’attente qui s’allongent et des aides d’urgence qui se multiplient.

Relevons enfin la progression, y compris pour des familles à revenus réguliers, des impayés de loyers ou de prestations. Cette pauvreté-là n’est pas absolue, mais elle se construit à partir d’une part de revenus stagnants, voire en régression, et d’autre part de nouvelles habitudes de consommation (le téléphone portable en est un exemple, comme les crédits revolving) et donc d’une mauvaise gestion du budget familial. Elle est tout aussi préoccupante.

Quels sont les nouveaux moyens mis en place pour combattre ces nouveaux thèmes de préoccupations ?

La solution de fond, je l’ai dit, appartient d’abord à l’Etat et aux décideurs nationaux. Les maires ne peuvent qu’agir, et encore à la marge, sur les effets. Il est cependant possible de développer une démarche de prévention, par exemple en analysant les impayés de prestations pour déceler des familles dont la situation se dégrade et les inciter à prendre des mesures appropriées. C’est ce que nous faisons à Sceaux avec des résultats reconnus depuis plusieurs années. Le développement d’actions de formation sur la gestion des budgets familiaux est également utile, notamment auprès des mères de famille. Et, j’y insiste, une bonne collaboration avec les acteurs associatifs du territoire permet de mieux cibler les aides et de mieux accompagner les familles en difficulté.

Dans le même temps, les chiffres sur la délinquance alimentent la polémique, quelles sont les attentes des administrés sur ce sujet ? Quels sont les moyens mis en place sur le terrain pour combattre la délinquance ? 

La question de l’insécurité et de la tranquillité publique est souvent au centre du débat local, souvent dans une confusion totale dans laquelle la démagogie et le populisme s’en donnent à cœur joie. Relevons d’abord qu’en France, la responsabilité première dans ce domaine est du ressort de l’Etat, depuis la nationalisation de la police dans les années 1940. C’est à l’Etat de mettre les moyens nécessaires pour combattre la délinquance, en terme de prévention, d’identification des mis en cause, d’organisation de leur jugement et de répression.

Le maire, quant à lui, peut prendre en charge la « prévention situationnelle », c’est-à-dire mettre en œuvre des mesures techniques qui permettent de limiter les actes de délinquance et/ou leurs effets. L’installation de systèmes de vidéo-protection en fait par exemple partie, comme la diminution des « recoins » dans les opérations d’aménagement, la modernisation de l’éclairage public ou l’enfouissement des containers d’ordures ménagères … La commune peut aussi, en collaboration avec les forces de police nationale, développer des actions d’information et de prévention. Ainsi, un grand nombre de cambriolages sont opérés par « fausse qualité », ou encore ont été rendus possibles par l’imprudence des habitants ou par l’inexistence de systèmes privés de protection (alarme par exemple). Les rackets dont sont victimes beaucoup d’adolescents autour des collèges et lycées sont en partie évitables en prenant la précaution d’être en groupe et de ne pas exhiber de matériels de prix, etc. La sécurité au quotidien est aussi l’affaire de tous.

Autant le maire et la commune peuvent donc jouer un rôle dans la prévention et l’aménagement, autant parler, comme aime à le faire l’Etat, de la « co-production de sécurité » par le maire et l’Etat relève de l’abus de langage pur et simple. Aujourd’hui, la création de polices municipales s’accompagnent trop souvent d’un recul des effectifs d’Etat. Si le pays souhaite que les maires soient véritablement les responsables de la sécurité de proximité, il faut qu’une loi de transfert de compétence pleine et entière soit votée. Et que les transferts financiers inhérents l’accompagnent.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Une attaque informatique d'une ampleur inédite frappe Internet
05.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
07.
Assurance chômage, santé, retraite : l’agonie des systèmes paritaires de protection sociale s’accélère...
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
stack
- 05/03/2014 - 01:04
HA
un maire se doit de protéger sa commune et ses habitants comme un père le fais pour sa famille.(a faire car cela n'est pas fais)
pour le reste le maire en fonction de son parti appliquera les hausses d'impôts qui lui sont administrés............
mich2pains
- 04/03/2014 - 19:23
Il n'appartient pas aux maires d'endosser ....
l'immense responsabilité de la Délinquance dans leurs communes !
En effet , que peut bien faire un MAIRE quand les PARQUETS de leur région ordonnent aux forces de l'ordre de relâcher immédiatement "tous délinquants ayant commis un vol d'un montant inférieur à ....300 euros" ?
NB: réécoutez la déclaration publique du Général de Gendarmerie Bertrand SOUBELET , interrogé par une Commission d'enquête Parlementaire sur " La Lutte contre l'Insécurité " !
E. D.I.F.I.A.N.T !!!!
La triste réponse est : RIEN ! (merci la G000CHE et la TOBY-RAT)
C'est par nos votes UTILES pour choisir nos députés que nous pourrons remettre de l'ordre dans nos LOIS !
pemmore
- 04/03/2014 - 11:43
Un maire doit d'abord faire venir des entreprises,
zac etc, lutter contre la pauvreté commence par ça, faire venir des bailleurs sociaux c'est une fausse solution, on doit privilégier la construction individuelle et procurer du terrain à bâtir à un prix abordable.
Chez-moi le dernier est parti 26000 euro, la maison à 100 k euro était possible donc 700 euro de crédit.
Pourquoi condamner les Français avec des enfants à rester pauvres toute leur vie en enrichissant les stés d'hlm?