En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Les débats concernant le régime des intermittents se concentrent sur leur niveau d'indemnisation.
Pas si vite
Les 1001 vices du système d'indemnisation des intermittents du spectacle
Publié le 28 février 2014
Le débat sur le régime des intermittents fait rage... mais sans doute pas sur la bonne question.
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat sur le régime des intermittents fait rage... mais sans doute pas sur la bonne question.

Atlantico : Aujourd'hui, les débats concernant le régime des intermittents se concentrent beaucoup sur le niveau d'indemnisation. Mais, est-ce le vrai problème ? Ou au contraire, ne faudrait-il pas d'avantage se pencher sur ce qu'est vraiment un intermittent ? Quelle est la part de gens rattachés au régime qui ne représentent pas, au final, la culture Française ? Qui sont ces gens ?

Agnès Verdier-Molinié : Les critiques se concentrent sur le système d’indemnisation, ultra-déficitaire et financé essentiellement par l’assurance-chômage, c’est-à-dire grâce aux cotisations de l’ensemble des salariés. Le coût de l’indemnisation des 100.000 intermittents du spectacle est disproportionné : en 2009, 1,3 milliard d’euros d’allocations a été versé, pour seulement 225 millions de cotisations recueillis, soit plus de 5 fois plus. 3,7% des bénéficiaires génèrent un tiers de la dette annuelle du régime. La Cour a calculé que 10% des intermittents ont perçu en moyenne 39.867 euros par an d’allocations en 2010. Le déficit a été d’un milliard d’euros, soit "un tiers du déficit total de l’assurance chômage, alors que les intermittents ne constituaient que 3% des demandeurs d’emploi" en 2010 nous dit la Cour des comptes.

Depuis la réforme de 2003, le statut d’intermittent est réservé aux techniciens et aux artistes remplissant des conditions définies aux annexes 8 et 10 de l’Unedic : soit 100.000 personnes environ, qui sont rattachées au régime général de l’assurance-chômage géré par Pôle Emploi. Malgré un durcissement des conditions d’accès au statut d’intermittent depuis 2003, le nombre d’intermittents indemnisés par l’assurance-chômage ne cesse d’augmenter, en moyenne d’1% par an, passant de 102.223 en 2007 à 106.619 en 2010 d’après la Cour des comptes.

Quels sont les critères d'attributions qui justifient cette appellation d'intermittents du spectacle ? Comment certaines personnes parviennent à se greffer au système ?

Pour être indemnisé, il faut justifier de 507 heures de travail dans les 319 jours (artistes) ou 304 jours (ouvriers et techniciens) qui ont suivi la fin du contrat de travail prise en considération pour la précédente admission ou à défaut, de 531 heures de travail (artistes) ou 557 heures (ouvriers et techniciens) au cours des 335 jours. Mais trop d’intermittents sont indemnisés pour de mauvaises raisons : la Cour a dénoncé le phénomène de « permittence », où employeurs et salariés s’entendent pour déguiser des emplois permanents en emplois précaires et déclencher l’accès aux allocations. Au moins 15% des intermittents statutaires seraient concernés. La Cour a vivement critiqué la permissivité actuelle face à ces situations de fausse précarité. La « permittence » est, il est vrai, encouragée par l’incohérence du système, qui n’accorde d’indemnisation chômage aux intermittents que lorsque ceux-ci travaillent.

Qu'est-ce que cela coûte ? Sont-ils majoritairement responsables du milliard d'euro de déficit engendré par le régime des intermittents ?

Fixer un objectif de réduction du déficit est indispensable et rapprocher au plus vite les conditions d’indemnisation des intermittents des conditions communes s’impose. En augmentant les cotisations des employeurs et en les indexant sur le nombre de journées d’indemnisation générées.

Pour tenir cet objectif, les conditions d’indemnisation des intermittents devront être revues, comme le recommande la Cour qui en souligne le caractère « très favorable au regard du droit commun de l’assurance chômage ». Il faudra accepter de réduire le nombre de personnes bénéficiant du statut d’intermittents, nombre qui n’a pas cessé de croître. La Fondation iFRAP propose de réserver ce statut aux seuls artistes ce qui permettrait, selon nos estimations, de réduire le déficit à terme de 500 millions d’euros par an. Et ce d’autant plus que ce serait une réforme juste : les intermittents-techniciens sont en moyenne mieux payés et ont un temps de travail plus élevé que les artistes ; leur situation est globalement bien plus avantageuse que celle des intérimaires, alors qu’ils peuvent plus facilement que les artistes se reconvertir, le cas échéant, dans d’autres milieux professionnels. Une autre possibilité serait de « caler » le régime des intermittents du spectacle sur celui des intérimaire mais cela ne permettait une économie que de 320 millions d’euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
02.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
03.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
04.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
05.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
06.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
07.
La République en Marche a-t-elle hérité d’un des pires défauts de la gauche ?
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stephlight
- 04/03/2014 - 11:33
Il serait temps de se
Il serait temps de se renseigner avant de réécrire bêtement les âneries du Medef & Co et réfléchir aux raisons qui pousse les pousse à s'acharner sur un régime qui aide les travailleurs précaires. Pour ce qui est des avantages des intermittents et des vrais chiffres,
Deux séries de chiffres venant directement de l'Unedic pour vous éclairer :
Les intermittents indemnisés représentent 3,5% des chômeurs, ils perçoivent 3,4% des versements.
Au régime général il faut travailler 610H sur une période d 810 Jours pour obtenir en moyenne 1151€ sur une période maximum de 731 jours.
Pou un intérimaire, il faut travailler 610H sur 810 Jours pour obtenir une indemnisation moyenne de 1640€ sur une période maximum de 731 jours.
Un intermittent doit travailler 507H sur une période 319 jours pour obtenir une indemnisation moyenne de 1096€ sur sur une période maximum de 243 jours (tout en sachant que pour une heure déclarée il travail 3 à 4H voir plus)
Réfléchissez et renseignez vous avant d'écrire!
L'ardechois
- 03/03/2014 - 12:00
Faites ce que je dit, pas ce que je fait !
"Nos articles sont ouverts aux commentaires [...] nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux."
Quand on voit le contenu de cet article, et surtout son titre, on se dit que vous feriez bien d'appliquer ces conseils avant de demander aux internautes de le faire.
Ilmryn
- 03/03/2014 - 08:56
En bref...
Des métier difficiles et pourtant essentiels ils en existe des centaines. Aucune raison de faire payer de force la population pour un métier en particulier.
.
Surtout que les subventions ont toujours les mêmes effets: vous payez pour des choses que vous n'auriez jamais achetées en vrais et la qualité de la production baisse pendant que les couts explosent (effet de manne, pas d'incitation).
.
cf: "la culture" a la télévision publique (lol) et rapport de la cour des comptes sur la production cinématographique française (entre autre).