En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Trompe-l'œil

30 ans de baisses de charges : pourquoi nous n'avons jamais fait celles dont l'économie française a véritablement besoin

Publié le 27 février 2014
Entamées sous le gouvernement d'Alain Juppé, les baisses de charges sur les entreprises n'ont jamais été celles dont l'économie française avait besoin. Au contraire, elles auraient même contribué à l'aggravation du problème industriel français.
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle.Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et administrateur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle.Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et administrateur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entamées sous le gouvernement d'Alain Juppé, les baisses de charges sur les entreprises n'ont jamais été celles dont l'économie française avait besoin. Au contraire, elles auraient même contribué à l'aggravation du problème industriel français.

Atlantico : Quel bilan peut-on établir des baisses de charges sur les entreprises effectuées depuis 30 ans en France ? Avons-nous jamais fait celles dont l'économie française avait besoin ?

Jean Peyrelevade :  La réponse est négative. Les baisses de charges ont commencé sous le gouvernement d'Alain Juppé avec Gilles de Robien, au milieu des années 90. C'est lui qui a pris les premières mesures explicites en faveur des réductions de charges sur bas salaires. L'idée initiale avait été portée par Valéry Giscard d'Estaing, donc par la partie libérale de la majorité de l'époque. Il y avait ensuite eu une baisse des charges en 1999 lors du passage aux 35 heures. Depuis, il n'y en a pas eu sinon la mise en place en janvier 2013 du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).  

Quand on regarde sur la durée, la totalité des charges fiscales et sociales des entreprises n'ont pas diminué. Au contraire, elles ont augmenté. En particulier depuis le début des années 2000, c'est-à-dire au début de la période manifeste de la dégradation de la compétitivité française. On s'aperçoit que le coût du travail tout compris en France a augmenté plus vite que dans la moyenne de la zone euro – pour ne pas parler de l'Allemagne et qu'à l'intérieur de ce coût du travail qui a augmenté plus vite, les charges sociales ont augmenté aussi vite que le salaire direct. Les mesures de réduction des charges sociales n'ont fait qu'atténuer la dégradation ; elles n'ont pas amélioré la situation. N'oublions pas, par ailleurs, qu'une partie importante de ces réductions de charges ont été consenties pour financer la réduction de la durée du travail à 35 heures.

Qu'est-ce qui explique que, malgré ces politiques de baisse des charges sociales, les charges pesant sur les entreprises aient augmenté ?

Les charges ont augmenté par ailleurs. Par exemple, on a eu des création d'impôts dits sur la production, qui sont en fait des taxes indirectes. C'est différent de l'impôt sur la société. C'est, par exemple les mesures parafiscales pour financer des fonds professionnels ou encore le versement transport notamment. Ces taxes ont augmenté très vite, beaucoup plus vite qu'ailleurs.

L'ensemble de ces impôts doit aujourd'hui représenter de l'ordre de 4% de la valeur ajoutée des entreprises ; il était, il y a 15 ans, à 1,5%. On l'a plus que doublé. Or, 2% de la valeur ajoutée des entreprises constitue beaucoup d'argent, environ 20 milliards d'euros, soit l'équivalent du CICE. A force d'ajouter des petites charges ici ou là, on finit par avoir un gros problème.

A partir de ce constat, quelle politique de baisse des charges pourrait vraiment être efficace, notamment en matière de création d'emplois ?

Le deuxième problème est le mauvais ajustement des réductions de charges qui ont été consenties. Elles visaient à favoriser la création d'emplois non-qualifiés. Les baisses de charges ont donc été concentrées sur les emplois payés en-dessous d'1,6 fois le smic, de façon à permettre l'entrée sur le marché du travail de gens dont la productivité intrinsèque était relativement faible. Mais, en faisant cela, on ne fait rien pour diminuer le coût du travail qualifié, c'est-à-dire de la partie la plus concurrentielle de l'économie française, et donc de l'industrie.

Ce positionnement de la réduction de charges sociales a contribué  à aggraver le problème industriel français. Au minimum, il aurait fallu être neutre dans la réduction sur la totalité de l'échelle des salaires, c'est-à-dire appliquer le même pourcentage de réduction en fonction du niveau de salaire. 

Faut-il donc accentuer ces baisses de charges sur les salaires à 2,3 fois le smic plutôt que sur les bas salaires, les premiers étant vraisemblablement plus porteurs en terme d'innovation – et donc de croissance ? 

Il n'y aucune raison de mettre un plafond, quel qu'il soit : il faut baisser le coût du travail sur la totalité des salaires en France. La science des économistes n'est pas suffisante pour que l'on soit sûr des effets de mesures ciblés et même si je suis plutôt d'accord sur ce point de vue, ça me parait très politiquement incorrect.

Le problème est que le gouvernement actuel n'est pas dans cette logique. Il ne souhaite ainsi pas revenir sur le CICE, très précisément parce que le CCIE se concentre plutôt sur les bas salaires. S'il revient dessus, et que donc il applique une échelle neutre, il va pénaliser en coût du travail des salaires au niveau relativement bas. Quand on a fait une bêtise, il est très difficile de revenir en arrière parce que l'on créé automatiquement des perdants. 

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Inconnu
- 27/02/2014 - 23:30
Pourquoi n'avons-"nous" pas baissé les charges ?
Mais, parce que vous faisiez partie des dirigeants, Monsieur Jean Peyrelevade !
jean fume
- 27/02/2014 - 18:34
""pourquoi nous n'avons jamais fait celles, ...
... dont l'économie française a véritablement besoin"" ??
Mais pour une raison évidente !
L'immense majorité des politiques qui pondent les textes n'ont jamais travaillé en entreprise.
Bien pire encore, cette immense majorité a battit l'intégralité de sa carrière sur le dos des contribuables. A partir de là, on comprend mieux leur totale déconnexion des besoins réels de l'économie.
Odidole
- 27/02/2014 - 16:27
Pourquoi les charges "sociales"
La France est le seul pays au monde à faire supporter à ses entreprises le poids de son système social tout entier. Il en résulte un surcout important du travail, nos entreprises ne sont plus compétitives d'où faillites ou délocalisation d'où hausse du chômage, d'où hausse des charges...c'est un cercle infernal. Nous payons toujours plus pour le chômage mais aussi pour le logement, les handicapés, les retraites des régimes spéciaux, les allocations dites familiales qui ne profitent plus pratiquement qu'aux gens qui ne travaillent pas.... Ah j'oubliais ! Nous payons aussi pour les dépenses extravagantes parfois de nos municipalités qui ne manquent pas d'idées pour dépenser l'argent public et en répercutent le coût sur....les entreprises ( entre autres contribuables bien sûr)