En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 21 heures 2 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 21 heures 57 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 18 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 20 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 21 heures 38 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 22 heures 33 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 1 jour 24 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 1 jour 2 heures
Trompe-l'œil

30 ans de baisses de charges : pourquoi nous n'avons jamais fait celles dont l'économie française a véritablement besoin

Publié le 27 février 2014
Entamées sous le gouvernement d'Alain Juppé, les baisses de charges sur les entreprises n'ont jamais été celles dont l'économie française avait besoin. Au contraire, elles auraient même contribué à l'aggravation du problème industriel français.
Jean Peyrelevade
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle.Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et administrateur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entamées sous le gouvernement d'Alain Juppé, les baisses de charges sur les entreprises n'ont jamais été celles dont l'économie française avait besoin. Au contraire, elles auraient même contribué à l'aggravation du problème industriel français.

Atlantico : Quel bilan peut-on établir des baisses de charges sur les entreprises effectuées depuis 30 ans en France ? Avons-nous jamais fait celles dont l'économie française avait besoin ?

Jean Peyrelevade :  La réponse est négative. Les baisses de charges ont commencé sous le gouvernement d'Alain Juppé avec Gilles de Robien, au milieu des années 90. C'est lui qui a pris les premières mesures explicites en faveur des réductions de charges sur bas salaires. L'idée initiale avait été portée par Valéry Giscard d'Estaing, donc par la partie libérale de la majorité de l'époque. Il y avait ensuite eu une baisse des charges en 1999 lors du passage aux 35 heures. Depuis, il n'y en a pas eu sinon la mise en place en janvier 2013 du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).  

Quand on regarde sur la durée, la totalité des charges fiscales et sociales des entreprises n'ont pas diminué. Au contraire, elles ont augmenté. En particulier depuis le début des années 2000, c'est-à-dire au début de la période manifeste de la dégradation de la compétitivité française. On s'aperçoit que le coût du travail tout compris en France a augmenté plus vite que dans la moyenne de la zone euro – pour ne pas parler de l'Allemagne et qu'à l'intérieur de ce coût du travail qui a augmenté plus vite, les charges sociales ont augmenté aussi vite que le salaire direct. Les mesures de réduction des charges sociales n'ont fait qu'atténuer la dégradation ; elles n'ont pas amélioré la situation. N'oublions pas, par ailleurs, qu'une partie importante de ces réductions de charges ont été consenties pour financer la réduction de la durée du travail à 35 heures.

Qu'est-ce qui explique que, malgré ces politiques de baisse des charges sociales, les charges pesant sur les entreprises aient augmenté ?

Les charges ont augmenté par ailleurs. Par exemple, on a eu des création d'impôts dits sur la production, qui sont en fait des taxes indirectes. C'est différent de l'impôt sur la société. C'est, par exemple les mesures parafiscales pour financer des fonds professionnels ou encore le versement transport notamment. Ces taxes ont augmenté très vite, beaucoup plus vite qu'ailleurs.

L'ensemble de ces impôts doit aujourd'hui représenter de l'ordre de 4% de la valeur ajoutée des entreprises ; il était, il y a 15 ans, à 1,5%. On l'a plus que doublé. Or, 2% de la valeur ajoutée des entreprises constitue beaucoup d'argent, environ 20 milliards d'euros, soit l'équivalent du CICE. A force d'ajouter des petites charges ici ou là, on finit par avoir un gros problème.

A partir de ce constat, quelle politique de baisse des charges pourrait vraiment être efficace, notamment en matière de création d'emplois ?

Le deuxième problème est le mauvais ajustement des réductions de charges qui ont été consenties. Elles visaient à favoriser la création d'emplois non-qualifiés. Les baisses de charges ont donc été concentrées sur les emplois payés en-dessous d'1,6 fois le smic, de façon à permettre l'entrée sur le marché du travail de gens dont la productivité intrinsèque était relativement faible. Mais, en faisant cela, on ne fait rien pour diminuer le coût du travail qualifié, c'est-à-dire de la partie la plus concurrentielle de l'économie française, et donc de l'industrie.

Ce positionnement de la réduction de charges sociales a contribué  à aggraver le problème industriel français. Au minimum, il aurait fallu être neutre dans la réduction sur la totalité de l'échelle des salaires, c'est-à-dire appliquer le même pourcentage de réduction en fonction du niveau de salaire. 

Faut-il donc accentuer ces baisses de charges sur les salaires à 2,3 fois le smic plutôt que sur les bas salaires, les premiers étant vraisemblablement plus porteurs en terme d'innovation – et donc de croissance ? 

Il n'y aucune raison de mettre un plafond, quel qu'il soit : il faut baisser le coût du travail sur la totalité des salaires en France. La science des économistes n'est pas suffisante pour que l'on soit sûr des effets de mesures ciblés et même si je suis plutôt d'accord sur ce point de vue, ça me parait très politiquement incorrect.

Le problème est que le gouvernement actuel n'est pas dans cette logique. Il ne souhaite ainsi pas revenir sur le CICE, très précisément parce que le CCIE se concentre plutôt sur les bas salaires. S'il revient dessus, et que donc il applique une échelle neutre, il va pénaliser en coût du travail des salaires au niveau relativement bas. Quand on a fait une bêtise, il est très difficile de revenir en arrière parce que l'on créé automatiquement des perdants. 

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Inconnu
- 27/02/2014 - 23:30
Pourquoi n'avons-"nous" pas baissé les charges ?
Mais, parce que vous faisiez partie des dirigeants, Monsieur Jean Peyrelevade !
jean fume
- 27/02/2014 - 18:34
""pourquoi nous n'avons jamais fait celles, ...
... dont l'économie française a véritablement besoin"" ??
Mais pour une raison évidente !
L'immense majorité des politiques qui pondent les textes n'ont jamais travaillé en entreprise.
Bien pire encore, cette immense majorité a battit l'intégralité de sa carrière sur le dos des contribuables. A partir de là, on comprend mieux leur totale déconnexion des besoins réels de l'économie.
Odidole
- 27/02/2014 - 16:27
Pourquoi les charges "sociales"
La France est le seul pays au monde à faire supporter à ses entreprises le poids de son système social tout entier. Il en résulte un surcout important du travail, nos entreprises ne sont plus compétitives d'où faillites ou délocalisation d'où hausse du chômage, d'où hausse des charges...c'est un cercle infernal. Nous payons toujours plus pour le chômage mais aussi pour le logement, les handicapés, les retraites des régimes spéciaux, les allocations dites familiales qui ne profitent plus pratiquement qu'aux gens qui ne travaillent pas.... Ah j'oubliais ! Nous payons aussi pour les dépenses extravagantes parfois de nos municipalités qui ne manquent pas d'idées pour dépenser l'argent public et en répercutent le coût sur....les entreprises ( entre autres contribuables bien sûr)