En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 8 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 9 heures 48 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 18 heures 5 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 18 heures 45 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 10 heures 14 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 12 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 14 heures 46 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 19 heures 38 sec
© Wikimedia/Tungsten
Les MOOCS (« Massive Open Online Courses ») ont pris un peu de plomb dans l’aile.
© Wikimedia/Tungsten
Les MOOCS (« Massive Open Online Courses ») ont pris un peu de plomb dans l’aile.
Le buzz du biz

Les MOOCS, la concurrence et les universités françaises

Publié le 20 février 2014
Ce devait être l’avenir de l’éducation, la révolution de l’enseignement supérieur. Voici que les universités en ligne traversent une période de doute, de nombreuses questions se posant sur leur modèle économique.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce devait être l’avenir de l’éducation, la révolution de l’enseignement supérieur. Voici que les universités en ligne traversent une période de doute, de nombreuses questions se posant sur leur modèle économique.

Véritable phénomène de mode lors de leur lancement, les MOOCS (« Massive Open Online Courses ») ont pris un peu de plomb dans l’aile deux ans plus tard, à tel point que les commentateurs en sont venus à se demander s’ils n’étaient pas éphémères. Aujourd’hui, alors qu’ils cherchent leur positionnement dans un marché hyper concurrentiel, tout leur modèle économique est mis en question.

Ces plateformes proposent des cours en ligne : les étudiants doivent s’y inscrire, parfois payer, suivre les cours, rendre des travaux ou passer des examens pour valider et obtenir un diplôme. Le tout sans bouger de chez eux et en pouvant suivre les enseignements des établissements les plus prestigieux à l’autre bout du monde. Il y a deux ans, quand ils on été lancés, c’était la révolution (pour reprendre un édito de Thomas Friedman). L’enthousiasme s’est cependant dégonflé.

Le débat porte aujourd’hui sur la viabilité de leur modèle économique, qui se cherche encore. Les coûts fixes de lancement d’un MOOC sont très élevés, mais leur développement l’est beaucoup moins : une fois que le cours est en ligne, cela ne change pas grand chose d’avoir dix ou mille étudiants en plus, rappelait The Economist citant Alex Tabarrok (qui a lancé l’excellent Marginal Revolution University avec Tyler Cowen).

Si la massification est facile, elle pose problème pour les universités qui portent les MOOCS, comme le montre Caroline Hoxby (par ailleurs excellente promotrice du free choice) dans un papier récent au NBER. Pour les universités peu sélectives, les MOOCS sont des concurrents directs. Pour celles qui appartiennent à l’élite, les MOOCS risquent de dégrader leur image "premium" en rendant accessibles à tous ce qui était réservé à certains.

Trois éléments sont intéressants dans cette révolution numérique dans le supérieur :

La première conclusion, c’est que le jeu du marché devrait faciliter le tri. Les étudiants iront vers les offres qui leur semblent les plus justifiées : si l’université n’offre rien de plus que le web, ils iront vers les plateformes internet. Les établissements pourront se distinguer car, comme l’écrit l’économiste John Cochrane, « les universités offrent plus que des cours » : elles proposent un signal, attaché au diplôme, des infrastructures, un environnement intellectuel (et les clusters, ça compte, comme le montre l’économiste Enrico Moretti), un accompagnement, etc. Ce qui est vrai des universités l’est de nombreuses autres activités confrontées à la concurrence d’Internet : si mon libraire n’offre rien de plus qu’Amazon, pourquoi y aller ?

La deuxième pistes à suivre, c’est que les MOOCS pourraient être une économie de « superstars » : le plus performant raflera toute la mise ("winner-take-all" disent les économistes). C’est un peu le cas de beaucoup de géants d’Internet (et c’est d’ailleurs pour cela que Google est entré dans la course également).

Le dernier élément à relever dans la désaffection relative des MOOCS, c’est l’importance de la proximité. Le suivi des cours en ligne est finalement assez faible : à Stanford, on estime que seulement 47% des inscrits vont jusqu’au terme des cours … et à peine 8% en regardent plus de la moitié. L’écran ne remplace pas la relation élève / enseignant en direct : le besoin d’échanges, de conseils personnalisés, de prise en compte individuelle est très fort.

La France s’illustre une nouvelle fois par sa lenteur.

Un autre enseignement de ces « MOOConomics » est qu’ils révèlent une nouvelle fois les lourdeurs françaises. Notre pays s’est lancé dans l’aventure, comme souvent, sous impulsion de l’Etat et très en retard sur le reste des universités les plus en pointe : en octobre 2013, alors même qu’on sentait déjà que les MOOCS ralentissaient.

D’abord parce que les institutions publiques sont trop lentes à réagir. Le CNED, dont l’enseignement à distance est la vocation, aurait sûrement pu se lancer plus tôt, mais il ne l’a jamais fait, par attachement au papier qu’il ne saurait abandonner sans trahir son identité…

Ensuite, parce que les universités françaises sont assez peu habituées à innover et ont trop pour pratique de se tourner vers la puissance publique dès qu’il s’agit de changer. Elles attendent assez passivement que l’Etat leur prenne la main, alors que le monde change à toute vitesse. Lentement, mais sûrement, elles se font ainsi dépasser par la concurrence internationale …

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Hugues001001
- 21/02/2014 - 05:46
@ Ignace
et parce que j'ai quitté la France qui est mon pays, ma culture, mon identité, où demeure toute ma famille, je ne devrai plus regarder en arrière ni m'y intéresser ? Essayez, vous verrez. La France c'est mon pays. Si j'ai la chance ultérieure de m'installer aux USA, je n'oublierai pas la France pour autant. Le fait est qu'elle me désole, et que je suis atterré de voir le chemin qu'elle prend et la médiocrité de l'élite qui la gouverne. Le fait d'être parti, ça a aussi pour objectif de découvrir une autre façon de penser, une autre mentalité, une autre culture afin d'y puiser des méthodes, des procédés, des modes d'actions et des solutions qui peuvent être applicables en France. Notre malheur, à nous Français, c'est que la majeure partie du pays, population et élite comprises, est convaincue que le pays n'a jamais cessé d'être le phare du monde et qu'il n'a rien à apprendre des autres. On a encore la manifestation de cette brillante modestie cette semaine quand Montebourg a prédit l'appauvrissement de la Suisse qui selon lui, venait de faire la démonstration du lepénisme appliqué. Pauvre homme qui donne des leçons à un pays plus riche et prospère que nous. Voilà où nous en sommes...
ignace
- 20/02/2014 - 23:34
Hugues001001 ......pour moi chaque habitant est accueilli
par le territoire compris entre ses frontières
D'autre part si vous êtes aux USA (ce qui est très bien) pourquoi venez vous vous exciter sur les difficultés de la France
les USA ont bien assez de problème pour vous occuper ...ce qui serait normal vu que ce pays vous accueille
Hugues001001
- 20/02/2014 - 21:56
@ Ignace
De quel pays parlez-vous ? Je suis français, ai étudié à Rennes 2, université réputée pour son ultra gauchisme et ses grèves d'éternels étudiants. Depuis, après dix ans passés en France, j'ai repris mes études à Georgetown University, à Washington, où je réside depuis 8 mois. Et j'y ai tout le loisir de contempler avec désespoir l'effondrement de la France chaque jour qui passe.