En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 10 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 24 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 56 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 56 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 7 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 14 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 26 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 59 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 14 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 16 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 27 min
© Reuters
Les Français doivent faire face à une stagnation voire à une diminution de leur pouvoir d’achat.
© Reuters
Les Français doivent faire face à une stagnation voire à une diminution de leur pouvoir d’achat.
Sous le matelas

La crise a changé notre manière de gérer notre argent au quotidien : voilà comment

Publié le 20 février 2014
Crise oblige, les habitudes des Français ont changé, notamment dans le contrôle de leurs dépenses et leur manière d'en parler en famille. Un phénomène accentué par les nouvelles technologies.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Crise oblige, les habitudes des Français ont changé, notamment dans le contrôle de leurs dépenses et leur manière d'en parler en famille. Un phénomène accentué par les nouvelles technologies.

Atlantico : La crise a eu un énorme impact sur les ménages français, notamment sur leur rapport à l'argent. Notre gestion a-t-elle évolué depuis 2008 ?

Philippe Crevel :  Les Français doivent faire face à une stagnation voire à une diminution de leur pouvoir d’achat et sont dans l’angoisse de perdre leur emploi. De ce fait, les Français ont financièrement modifié leurs comportements. Une récente enquête conduite par le Cercle des Epargnants et CSA souligne que cette année près de 60 % des Français puiseront dans leur épargne ou renforceront leur effort d’épargne de précaution. Ce taux est en forte hausse témoignant que la crise oblige certains à réduire leur épargne pour faire face à leurs dépenses quotidiennes, quand d’autres tentent d’augmenter leurs réserves afin de se prémunir d’une éventuelle perte d’emploi.

Selon une enquête CSA pour Fortuneo, 8 Français sur 10 consultent leur compte en banque au moins une fois par semaine, 38 % tous les jours. Cette habitude est-elle une résultante de la crise ? Est-ce l'illustration d'une certaine inquiétude liée à la conjoncture ?

Cette enquête prouve avant tout qu’un nombre croissant de Français sont connectés à Internet. Ainsi, selon l’INSEE, en 2012, trois personnes sur quatre  ont utilisé Internet au cours des trois derniers mois, contre seulement 56 % en 2007. La fracture numérique se réduit entre catégories sociales. Internet était d’un usage courant pour les cadres depuis 2007. Mais maintenant toutes les catégories sociales sont concernées. Ainsi, quatre ouvriers sur cinq l’utilisent en 2012, contre un sur deux cinq ans auparavant. Internet mobile se démocratise ; en 2012, 40 % des personnes résidant en France ont déjà surfé sur Internet, en dehors de chez elles, via un ordinateur portable, un téléphone portable ou un appareil de poche, elles n’étaient que 10 % cinq ans auparavant. La consultation des sites bancaires arrive en tête. Environ la moitié de la population avoue regarder ses relevés bancaires sur Internet. Auparavant, nous attendions le relevé papier mensuel et quand nous avions un doute nous téléphonions à notre agence. Aujourd’hui, Internet, et non la crise, a changé notre rapport à l’argent.

Toujours selon la même enquête, 7 % des Français parlent de leur compte à leurs enfants. S'agit-il, là encore, d'une évolution de comportement due à la crise ?

La crise est facteur de stress. De ce fait, les parents peuvent se déstresser en parlant de leurs soucis financiers à table. C’est aussi une façon de faire passer des messages aux enfants en rappelant qu’il n’est pas possible d’accepter toutes leurs exigences. Il faut y voir aussi une évolution des relations parents / enfants. Les parents associent de plus en plus leurs enfants à la gestion de la vie quotidienne de la famille quand il  y a quelques années, les affaires d’argent étaient tabous ou étaient réservées aux grandes personnes. 

Les Français ont-ils changé leurs rapports avec leur banque ? Lui font-ils toujours confiance ? Préfèrent-ils investir dans des valeurs sûres plutôt que de laisser leur argent à la banque ? 

Les Français n’aiment guère les banques car aujourd’hui, il est indispensable d’en avoir une. Il y a toujours l’impression que le banquier tente de voler ses clients. Ce jugement est assez  lié à notre méconnaissance du système financier, de ses règles, de ses obligations et de ses contraintes. Certes, il y a des abus comme dans chaque profession mais pas plus pas moins. D’autre part, le Français peut passer du temps à négocier une ristourne avec un garagiste pour acheter une voiture quand dans le même temps il n’osera rien demander à son banquier tout en le traitant de voleur.

Le Français est un bon client des banques car il est un épargnant né. 95 % des Français ont un Livret A ; 62 % des ménages ont un contrat d’assurance-vie. Avec les Allemands et les Belges, les Français figurent sur le podium de l’épargne en Europe. Ils privilégient les placements sans risque, le Livret A, l’assurance-vie en fonds euros… Quand les Français ne placent pas leur argent à la banque, ils investissent essentiellement dans l’immobilier en ayant recours auprès de leur banque favorite à un emprunt immobilier.

Quels autres changements de comportement la crise a-t-elle fait naître chez les Français concernant la gestion de leur argent ?

Les Français sacralisent moins leur épargne. Avant, ils hésitaient à sortit de l’argent une fois celui-ci placé. Maintenant, en fonction des contingences, les Français ont un comportement plus dynamique de leur épargne. Ils sont plus agiles tout en récusant le risque. Avant, les retraités épargnaient pour leurs enfants et petits enfants ; aujourd’hui ils "désépargnent" pour maintenir leur niveau de vie qui s’est érodé avec l’augmentation des prélèvements. Il y a 10 ans, un retraité consommait 33 % de moins qu’un actif ; aujourd’hui, l’écart n’est plus que de 20 %. De ce fait, il est conduit à puiser dans son épargne pour vivre comme avant. Cette évolution est le résultat de la crise et du changement d’état d’esprit des retraités.

Chez les jeunes, nous constations le phénomène inverse. Autrefois, les moins de 30 ans, consommaient et épargnaient peu. Aujourd’hui, ils épargnent davantage notamment pour acquérir leur logement ou pour faire face à des périodes plus ou moins longues de chômage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zergotine
- 20/02/2014 - 20:33
Salaires en baisse constante, vie de + en + chère et impôts ++++
Personnellement, ma retraite sera misérable puisque mon salaire malgré un bac+4 et un job acceptable vu l'époque me permet à peine de vivre confortablement !
Donc, c'est économie sur tous les postes de dépense pour épargner 100 euros chaque mois et la chasse au prix tout le temps pour avoir des produits alimentaires de qualité !
la saucisse intello
- 20/02/2014 - 14:14
Eh, eh, eh.................
QUEL argent ?
pemmore
- 20/02/2014 - 10:16
J'espère bien qu'il vont gérer en virant les mauvais maires,
impécunieux, gaspillateurs de l'argent public ainsi que ceux qui font prendre d'énormes risques à leurs administrés, aéroports, megastades de foot, piscines olympiques dans une ville de 3000 habitants.
L'urne sera le money drop de votre budget, faudra y penser avant de miser lapsus voter.