En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 2 heures 12 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 2 heures 51 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 10 heures 19 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 3 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 10 heures 19 min
Éditorial

Intermittents du spectacle : les employeurs aussi savent profiter du système

Publié le 18 février 2014
Et c'est reparti pour la polémique sur le régime de chômage des intermittents du spectacle ! 700 personnes étaient réunies hier soir au théâtre du Rond-Point à Paris pour protester contre la suggestion du MEDEF de supprimer ce statut particulier aux artistes et aux techniciens du monde de la culture. Un débat marqué d’abord par l’outrance et la caricature des arguments des « pour » et des « contre ».
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et c'est reparti pour la polémique sur le régime de chômage des intermittents du spectacle ! 700 personnes étaient réunies hier soir au théâtre du Rond-Point à Paris pour protester contre la suggestion du MEDEF de supprimer ce statut particulier aux artistes et aux techniciens du monde de la culture. Un débat marqué d’abord par l’outrance et la caricature des arguments des « pour » et des « contre ».

« Nous demandons la suppression du MEDEF, qui lui aussi coûte trop cher ». Quelques jours après la proposition de Pierre Gattaz de supprimer le régime spécial de chômage des artistes et des techniciens du spectacle, c’est au tour des intermittents de lancer une pétition (humoristique, expliquent ceux qui en sont à l’origine) pour appeler à la disparition du syndicat patronal. La nature de cet échange qui voit démarrer une négociation où la proposition de chacun des protagonistes est l’éradication de l’adversaire illustre bien la passion et souvent l’outrance qui entourent toute discussion sur le statut des intermittents du spectacle.

Ce régime correspond aux conditions d’exercice particulières de la plupart des métiers du spectacle. En effet, un comédien de théâtre est payé au cachet lorsqu’il joue sur scène et un musicien ne gagne sa vie que lors de ses concerts. Le temps de travail consacré à la création, à apprendre son texte, à faire ses gammes ou aux répétitions ne leur est pas rémunéré. C’est pour compenser ce manque que les indemnités chômage des intermittents sont prévues, tout comme pour les techniciens du spectacle (décorateur, régisseur, électricien, chef opérateur au cinéma…) qui travaillent le plus souvent exclusivement en « mode projet », d’un spectacle ou d’un film à l’autre et qui doivent bien pouvoir payer leur loyer entre deux missions. Les annexes 8 et 10 de ce régime spécial de chômage prévoient donc des indemnisations beaucoup plus avantageuses que le régime traditionnel : trois mois et demi de cotisations ouvrent droit à huit mois d’indemnités, les cotisations retraite sont versées à l’intermittent qu’il travaille ou pas et les intermittents consomment l’intégralité de leurs droits à indemnisation puisqu’ils cumulent dans un même mois leurs cachets les jours où ils sont représentation, en concert ou en tournage et leurs indemnités les jours sans spectacle…

Les outrances de ceux qui défendent ce statut commencent par le chantage à la culture qui ressort comme un lapin d’un chapeau chaque fois qu’on évoque une réforme de ce statut. La richesse de la création culturelle serait selon eux irrémédiablement liée au statut de l’intermittence. Car tout le monde sait qu’il n’existe aucun danseur de talent en Allemagne, que les Etats-Unis sont incapables de produire des films et que le théâtre britannique est mort depuis Shakespeare, puisque le statut d’intermittent n’existe dans aucun de ces pays ! (Dans aucun autre pays que la France, en fait.) Aussi car tout le monde sait que la création culturelle française a été multipliée par vingt - vingt fois plus de concerts, de ballets, de pièces de théâtres, de spectacles de marionnettes - ces trente dernières années, puisque c’est à peu près le coefficient multiplicateur du nombre d’intermittents en France sur la même période, passés de 10 000 aux débuts des années quatre-vingts à 250 000 aujourd’hui.

De la même façon, lier les retombées économiques de la culture à l’immuabilité du statut des intermittents du spectacle revient à nier le succès des festivals en Italie, la puissance de la production audiovisuelle américaine ou l’engouement pour les ballets en Allemagne…

Les intermittents plongent dans un autre excès lorsqu’ils adoptent la technique du hérisson qui se met en boule et sort les piquants dès que sont évoqués les abus. Les profiteurs du système existent. Tous les intermittents du spectacle l’ont au moins une fois constaté. Le déni n’est jamais une position de défense tenable très longtemps. Dans le même esprit, le rejet idéologique du « patronat » et du capitalisme, revendiqué par bon nombre de responsables de troupes de théâtre ou de salles dédiées aux arts vivants par exemple (qui pour beaucoup ont grandi dans les idées de mai 1968) est une erreur que les intermittents payent cher aujourd’hui. Ces « patrons » qui ont bien voulu des salaires, du pouvoir et souvent des subventions publiques pour leurs entreprises culturelles ont par ailleurs toujours refusé d’assumer leur statut et donc d’adhérer à un syndicat patronal tel que le MEDEF. Difficile dans ces conditions de faire entendre sa voix dans des négociations paritaires ! En confondant leurs convictions personnelles et leur responsabilité professionnelle, ces patrons ont méprisé leurs homologues en se bouchant le nez. A force, ils ont aujourd’hui la bouche bâillonnée.

Mais l’outrance est largement partagée par les adversaires du régime spécial qui critiquent les intermittents du spectacle. D’abord dans la présentation des chiffres. Depuis dix ans, il est d’usage d’affirmer que l’intermittence coûte un milliard d’euros par an, soit un tiers du déficit global de l’UNEDIC. Le chiffre est exact, mais il semble plus honnête de préciser que le surcoût du régime des intermittents (la différence entre ce que les intermittents coûtent à l’UNEDIC et ce qu’ils coûteraient s‘ils étaient indemnisés selon le régime général) est de 320 millions d’euros annuels.

Surtout, parce que la tricherie et les abus du système sont loin d’être l’apanage des salariés ! C’est tout particulièrement vrai dans les sociétés de production audiovisuelle et des entreprises audiovisuelles. La Cour des comptes, sévère avec les annexes 8 et 10 du régime spécial des intermittents, estime qu’au moins 15% d’entre eux sont employés de manière permanente ou quasi permanente par un même employeur, c’est-à-dire de manière frauduleuse. Les « patates » des animateurs et producteurs télé, rendues célèbres par les Guignols de l’Info, viennent pour beaucoup des marges délirantes obtenues par leurs entreprises à l’aide de la souplesse et du coût du système de l’intermittence. Les entreprises publiques ne sont d’ailleurs pas en reste, puisque Radio France emploie par exemple des milliers d’intermittents dont bon nombre ne correspondent absolument pas aux critères de l’intermittence (c’est le cas par exemple d’un nombre important de... journalistes !).

Les tricheurs les plus nombreux sont probablement à chercher parmi les intermittents indélicats. Les arnaqueurs les plus coûteux à la collectivité sont clairement parmi ceux qui les emploient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 19/02/2014 - 18:28
Tout à fait exact.
Et c'est probablement à cause de ce système ubuesque, que les autres n'ont pas, des intermittents, que la culture en France est aussi minable. Entretenue (aussi au sens pécunier) par des fonctionnaires qui se prennent pour des créateurs.
Il est vrai que que ceux qui bâtissent leur fond de commerce sur le dos des contribuables, n'ont pas de retenue, ni de limites.
lettre du soleil
- 19/02/2014 - 12:52
Outrance et caricature
Vous commencez bien, mais aux premières lignes vous en rajoutez dans l'outrance.
Vous savez que la grande partie du "déficit" du régime des intermittents est non pas dû aux "artistes" mais aux techniciens, ceux qui montent les plateaux et installent les éclairages, qu'ont-ils à voir avec faire ses gammes, apprendre son texte et participer aux répétitions, ce n'est pas dit dans vote billet, mais vous devez, journaliste et connaisseur, à quand commence le projet et le travail rémunéré: quand on met son pied sur le plateau le soir de la générale?
On ne devrait donc pas rémunérer au plutôt faire prendre en charge par l'assurance chômage le temps passé par employés de supermarchés à mettre en place dans les rayons, le temps passé des entreprises à faire des devis.
Les intermittentes ont besoin d'un régime spécifique, il faut comme pour la formation des salariés, qui pendant leur formation, ne sont pas pris en charge par l'UNEDIC, mais par un organisme spécifique alimenté par les employeurs et pas en charge par le régime UNEDIC des salariés du privé, voilà la bonne idée.
Êtes-vous si inquiet de votre régime avantageux que vous donne votre carte de journaliste que vous en rajoutiez
lexxis
- 19/02/2014 - 08:07
UNE FRAUDE ORDINAIRE
On reste stupéfait de voir en France le nombre et l'ampleur des fraudes qui dans tous les domaines sont officiellement recensées, sans que la moindre poursuite soit entamée, sans que la moindre sanction soit prononcée.

Le citoyen ordinaire, qui paye tous ses impôts et toutes ses charges, ne peut manquer de s'interroger sur la collusion, voire même la complicité, des autorités et des institutions en place pour perpétuer par clientélisme ou toute autre mauvaise raison ces abus qui grèvent lourdement et discréditent complètement la République.