En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 35 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 13 heures 9 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 31 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 56 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 10 heures 5 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 13 heures 15 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 32 min
Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, deux membres du conseil national du Parti socialiste, saisissent le CSA contre Alain Finkielkraut qui a prononcé le mot "français de souche".
Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, deux membres du conseil national du Parti socialiste, saisissent le CSA contre Alain Finkielkraut qui a prononcé le mot "français de souche".
Parole interdite

"Français de souche" : l'énorme contre-sens des socialistes qui attaquent Alain Finkielkraut

Publié le 19 février 2014
Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, deux membres du conseil national du Parti socialiste, saisissent le CSA contre Alain Finkielkraut qui a prononcé les mots "Français de souche" sur France 2 dans "Des paroles et des actes". Au prix de grossiers contre-sens, le philosophe prônant précisément une France "une et indivisible".
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, deux membres du conseil national du Parti socialiste, saisissent le CSA contre Alain Finkielkraut qui a prononcé les mots "Français de souche" sur France 2 dans "Des paroles et des actes". Au prix de grossiers contre-sens, le philosophe prônant précisément une France "une et indivisible".

On ne saurait reprocher à Naïma Charaï et à Medhi Ouraoui de s'être sentis visés lorsqu'Alain Finkielkraut exprima sa crainte de voir la France devenir « l'Union soviétique de l'antiracisme sans cervelle ». La lettre vengeresse qu'ils ont adressée au CSA a valeur de symptôme, attestant la justesse du diagnostic dressé par le philosophe. L'intention antiraciste des deux indignés n'est pas contestable, on ne peut leur enlever cela. Leur posture stalinienne ne l'est pas davantage : elle est  manifestement assumée, à travers cette incitation à la censure qui témoigne d'une réelle volonté d'instaurer en France une police politique. Je voudrais ici souligner le troisième trait du diagnostic, à savoir le caractère « sans cervelle » de leur démarche - tout, en effet, indiquant qu'ils ne comprennent pas l'idéal dont ils se réclament.

On peut d'abord noter que, volontairement ou non, Naïma Charaï et Medhi Ouraoui commettent un contre-sens massif dans l'interprétation qu'ils font des propos d'Alain Finkielkraut. « Il est dangereux, écrivent-ils dans leur lettre de délation, de dire, comme M. Finkielkraut, que certains Français seraient oubliés et d'autres privilégiés en raison de leurs origines, et d'inciter à leur comparaison et à leur confrontation. » On ne peut me semble-t-il que souscrire à ce propos, à ceci près que le philosophe abondait précisément dans leur sens lorsqu'il a utilisé la notion de « Français de souche » :  il s'agissait à l'évidence pour lui de nuancer le propos de Manuel Valls en rappelant précisément que, la France étant « une et indivisible », il fallait éviter de trop distinguer entre Français issus de l'immigration (dont Alain Finkielkraut fait lui-même partie) et Français de France.

La phrase interdite intervient à 4 :20 !

Ce contre-sens spécifique en dissimule un autre plus important et plus général, relatif à la critique que Finkielkraut fait de l'usage systématique de la notion de « diversité », lequel conduit manifestement à ébranler l'idéal républicain d'une nation une et indivisible : en évoquant la « diversité », on divise les Français en catégories distinctes, on induit le soupçon que certaines seraient privilégiées et d'autres oubliées, on incite à la comparaison, voire au comptage ethnique ; on prépare ainsi le terrain à la discrimination positive, qui consiste à fonder une différence de droits sur la considération de la différence des origines. Nos deux commissaires politiques de l'antiracisme, s'ils avaient deux sous de jugeote, devraient donc déduire de leur engagement en faveur d'une République indivisible une adhésion sans réserve au discours qui fait apparaître que l'éloge de la diversité est incompatible avec la défense du modèle français d'intégration.

 

Dernier point, et on atteint là le comble de l'ironie : en s'adressant au CSA, Naïma Charaï et Medhi Ouraoui semblent ne pas s'être aperçus qu'ils frappaient à la mauvaise porte. Nulle instance officielle aujourd'hui en France n'est en effet allée aussi loin que le CSA dans la mise en cause de la France « une et indivisible ». Depuis cinq ans, celui-ci se singularise par sa volonté de promouvoir les très controversées statistiques « ethnoraciales ». Il publie chaque année un baromètre qui distingue allègrement les Français en catégories, en prenant notamment l'origine et la race comme marqueurs.

Pour le CSA, qui fait dans le « classique », il y a en France des « Noirs », des « Blancs », des « Jaunes » (pardon, des « Asiatiques ») et des « Arabes ». Pour légitimer sa démarche, qui pourrait paraître embarrassante en regard des valeurs républicaines, le CSA se réfugie derrière la notion d' «opérateurs de discrimination ». Ce concept permet d'adopter une perspective racialisante sans l'assumer comme telle. Dans la novlangue des statistiques ethniques, on ne dit plus « Noirs », mais « vus comme Noirs », et ce afin de souligner qu'on se place délibérément du point de vue du regard raciste sur la société pour mieux dénoncer les discriminations. Le caractère parfaitement hypocrite de ce paravent rhétorique est cependant attesté par l'absence de la mention « vus comme Juifs » (Dieu sait pourtant que les antisémites en voient partout !), laquelle donnerait bien évidemment à ce comptage ethnique bien-pensant un tour encore plus déplaisant.

Ces distinctions raciales (en dépit de la doctrine qui a conduit nos députés à supprimer le mot « race » dans les textes de loi), pas davantage que la distinction entre Français issus de l'immigration et Français de souche ne sont en tant que telles, contrairement à ce qu'écrivent Naïma Charaï et Mehdi Ouraoui, « en totale contradiction avec l'Article premier de la Constitution qui dispose : 'La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi sans distinction d'origine, de race ou de religion.' » Il est vrai cependant qu'il faut veiller à l'usage qu'on en fait. Elles ne deviennent véritablement dangereuses que lorsqu'elles conduisent à promouvoir une différence des droits entre les catégories distinguées, à travers notamment la discrimination positive, laquelle n'est pas moins incompatible avec l'idéal républicain que la préférence nationale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (100)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
YodaStyle
- 19/02/2014 - 23:07
Vous avez lu son livre ?
Apparemment, vous êtes quelques-uns à apprécier la position d’ Alain Finkielkraut.
Mais avez-vous lu son livre ?
Achetez et lisez son livre… et faites le lire à vos amis…
Vous allez comprendre plus largement pourquoi ce monsieur fait polémique et que ces derniers temps, il ne s’est pas fait que des amis.
Et pourtant il passe sur France 2 … étonnant !?
d’autres n’ont pas eu cette chance.
------------------------
« L’Identité malheureuse » Alain Finkielkraut
http://www.amazon.fr/Lidentit%C3%A9-malheureuse-Alain-Finkielkraut/dp/2234073367
------------------------
Achetez et lisez les livres de ceux qui ont le courage de l’ouvrir…
C’est un acte fort ! certainement plus efficace qu’un vote.
Tous les dictateurs brulaient les livres, ce n’est pas pour rien !!
Poster des commentaires sur Atlantico c’est pas mal. Mais acheter un livre et le partager, c’est mieux.
Il faut avoir le courage de faire l’effort de s’informer.
walküre
- 19/02/2014 - 19:59
Le Français de souche
ou vrai Français est celui qui s'est intégré et qui est assimilé. Pas celui qui a deux nationalités, histoire de choisir si ça se passe mal. Pas celui qui veut changer la société de France à son image au lieu de l'accepter. Le reste n'a pas d'importance.
clara
- 19/02/2014 - 10:21
A Niktot
Vous avez raison :
On n’en est pas à une incohérence prés :
On peut ETRE GUYANAIS DE SOUCHE quand on sait que pratiquement tous sont d’origine Africaine
Mais PAS FRANÇAIS DE SOUCHE quand ses ascendants ont participé a la guerre de cent ans ?
Bien que n’ayant pu prouver que les miens y aient participé, Je me considère Française de souche et j’aime mon pays.
Où est le mal ?