En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Brigade de la répression du vice...

Najat Vallaud-Belkacem sera-t-elle plus forte que les habitudes de la Saint-Valentin et autres comportements traditionnels ?

Publié le 14 février 2014
Tous les 14 février, la fête des amoureux renforce les stéréotypes hommes/femmes. Des stéréotypes généralement inculqués aux filles dès leur plus jeune âge. Encore une occasion (peut-être) pour le gouvernement d'intervenir.
Catherine Monnot est anthropologue à l'EHESS et professeure d'histoire-géographie dans le secondaire.Auteure de Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité (Autrement, 2009). Elle vient de publier aux éditions Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Monnot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Monnot est anthropologue à l'EHESS et professeure d'histoire-géographie dans le secondaire.Auteure de Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité (Autrement, 2009). Elle vient de publier aux éditions Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les 14 février, la fête des amoureux renforce les stéréotypes hommes/femmes. Des stéréotypes généralement inculqués aux filles dès leur plus jeune âge. Encore une occasion (peut-être) pour le gouvernement d'intervenir.

Atlantico: Bouquet de roses et dîner dans un grand restaurant offerts par messieurs, tenues sexy pour mesdames, etc. En quoi la Saint-Valentin exacerbe-t-elle les stéréotypes de la relation homme-femme ?

Catherine Monnot: La Saint-Valentin est une fête commerciale pour les industriels, mais elle est vécue par les individus comme un moment de réaffirmation des liens, ce qui passe donc par l'utilisation et le renforcement des conventions amoureuses, des codes de bonne conduite de la relation amoureuse. De plus, on se présente tel que l'on imagine que l'autre (et à travers lui, la société) souhaite nous voir : fort peu de chances donc que la Saint-Valentin puisse être réellement transgressive. Le seul fait de la fêter montre une acceptation des rapports de couple traditionnels, et donc des rapports hommes-femmes

Le débat fait actuellement rage en France autour de la promotion de l'égalité femmes-hommes. A quel point les intentions sont-elles décalées des aspirations des femmes et des hommes ? Dans quels domaines plus particulièrement ?

La Saint-Valentin est l'un de ces moments ''rétro'' (et vaguement rétrograde), où l'on touche du doigt tous les paradoxes de notre société en matière de rapports hommes-femmes: d'un côté la parité, l'égalité et l'émancipation des femmes ; de l'autre une vision du couple stéréotypée, où l'homme doit organiser la soirée, se montrer galant, payer l'addition, etc.
 
Pour chaque transgression dans la vie quotidienne (la femme qui sort de son foyer et qui menace l'image ''virile'' de son conjoint), les hommes et les femmes vivent souvent le besoin d'un retour à la norme qui conforte chacun dans un rôle relativement traditionnel. Les deux comportements cohabitent de façons paradoxale et montrent toute la complexité des rapports hommes-femmes d'aujourd'hui.
 

Un récent article du Daily Mail met en évidence les résultats d'une étude selon laquelle 21 % des femmes fiancées, mariées ou divorcées sont déçues par la proposition en mariage de leur conjoint. En cause, une demande qui n'aurait pas été faite selon l'idéal "princier" (la demande à genoux) ou une bague décevante (cf. la taille de la pierre). Comment expliquer que perdure ce type de réactions ? 

Encore aujourd'hui, on apprend aux petites filles le mythe du Prince charmant, et la ''valeur'' des sentiments amoureux, leur importance dans la réalisation personnelle des femmes. Par les contes de fées, les dessins animées, les séries TV, les chansons pop, la presse people, les filles, les adolescentes, les femmes adultes se voient enseigner par la société que l'amour reste la grande affaire de leur vie, davantage que la réalisation professionnelle. Elles continuent donc de se tourner vers des partenaires valorisants sur le plan sociologique: situation professionnelle, âge, taille, etc, le partenaire idéal doit toujours être le ''protecteur''.

Quelles sont les autres habitudes, réflexes stéréotypés auxquels femmes et/ou hommes restent attachés ?

Ouvrir et fermer la porte, raccompagner chez soi, prendre les initiatives dans la commande du menu ou du taxi, offrir des fleurs, envoyer un sms attentionné après le rendez-vous, ne pas mettre la sexualité au premier plan de la relation, etc. L'amant idéal doit montrer son attachement à l'autre, mais aussi sa capacité à mener la barque... Encore un paradoxe : le pôle féminin des sentiments et de la sensibilité, sans jamais oublier le pôle masculin du leadership. Les femmes recherchent cet idéal surement inatteignable, et qui, encore une fois, conforte une vision stéréotypée de ce qu'est le masculin et le féminin. Dans la vie de tous les jours, les femmes sont évidemment autonomes, mais à certaines occasions elles renoncent à cette autonomie pour vivre une relation amoureuse satisfaisante socialement et symboliquement.
 

La méthode actuellement privilégiée par le gouvernement pour venir à bout des stéréotypes est-elle la plus efficace ? Peut-on pousser la société à avancer plus vite qu'elle ne le souhaite ?

Il parait plus que souhaitable de mettre en lumière les stéréotypes chez les enfants et leurs éducateurs, afin d'aider les plus jeunes à vivre leur vie de façon plus consciente mais surtout, à terme, de façon plus égalitaire. Si les stéréotypes de sexe n'avaient, dans notre société, que l'unique conséquence d'une Saint-Valentin un peu vieillotte et clichée, ce ne serait pas bien grave. Mais derrière les stéréotypes de sexe se cachent en réalité des inégalités bien plus dures et qui touchent à l'orientation scolaire puis professionnelle des filles et des garçons, à leurs salaires, leurs niveaux de responsabilité économique et social, leur charge de travail dans la sphère domestique, qui sont très différents et qui leur font vivre des destins inégaux et qu'aucune différence biologique ne peut justifier.
 
Bien-sûr que le politique doit parfois légiférer pour faire avancer une société, comme cela a été le cas pour la peine de mort dans les années 1980 pour laquelle l'opinion n'était pourtant pas prête, ou bien sur la parité aux élections qui a montré une progression forte et rapide de femmes élues. Pensons aussi aux lois sur les quotas raciaux aux Etats-Unis qui ont permis de voire émerger un président noir en l'espace d'une génération. C'est la partie la plus noble du travail politique que d'accompagner, voire d’accélérer les grandes évolutions sociales de son peuple.


Seul(e) pour la Saint-Valentin ? Peut-être plus pour très longtemps...Grâce à la nouvelle publication Atlantico éditions, apprenez à calculer vos chances de rencontrer l'amour sur votre lieu de travail:

La Loi de Cupidon : apprenez à calculer vos chances de trouver l'amour au bureau

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (55)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
YodaStyle
- 19/02/2014 - 23:21
Masturbation intellectuelle.
Le pire, Mme Catherine Monnot, c’est que vous avez l’air absolument convaincu de ce que vous affirmez.
Dans le vocabulaire des professionnels du prêt-à-penser il y avait « Stigmatisation »
Maintenant vous vous attaquez aux « Stéréotypes »…
Et vous avez la prétention d’affirmer que « l’opinion n’est pas prête… » et que c’est donc vous qui détenez la vérité… C’est vous qui allez « pousser la société à avancer plus vite qu’elle ne le souhaite ».
Mais quel complexe de supériorité vous avez ! et comment ne pouvez vous pas vous en rendre compte… C’est navrant !
C’est à cause de gens comme vous que nous allons dans le mur.
Mitterrand à gagner, il a effectivement réussi à convaincre une bonne partie de la population que c’est la gauche qui « a le monopole du cœur ».
La génération Mitterrand est adulte maintenant… et voilà le résultat.
Les hommes et les femmes sont fondamentalement différents et il y a de nombreux couples qui vivent heureux sans se poser de questions existentielles sur des stéréotypes.
… ah au fait, il y a des gens qui crèvent de faim en France, d’autres qui sont victimes d’agressions, d’autres qui n’ont pas de boulot… ou les 3 à la fois…
… ai-je besoin de continuer…
YodaStyle
- 19/02/2014 - 23:19
Excusez-moi, j’ai une confession à faire :
Je suis hétéro, je suis fidèle, et je n’ai pas du tout l’intention de divorcé, j’ai 2 enfants et un chien, je ne fume pas de cannabis, je ne suis pas abonné à Canal+, j’aime bien les apéros entre amis… Par contre je ne suis pas catho (on ne peut pas avoir tous les vices)… et j’ai failli oublié, je suis Français (rassurez-vous, pas 100% de souche)
J’espère que vous me pardonnerez.
A bon entendeur…
gerint
- 17/02/2014 - 09:23
Une suggestion à toutes les Catherine Monnot
Qu'elles vivent avec des femmes et ne cherchent pas à émasculer leurs compagnons pour ensuite- combien de fois les ai-je entendues- s'en plaindre ensuite en s'emballant devant l'image d'un beau stéréotype mâle à la TV genre Sébastien Chabal.