En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 48 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 38 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 30 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 53 sec
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 21 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 34 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 46 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 38 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 58 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 43 min
© Wikipédia commons
De nouvelles techonologies pourraient permettrent de "régénérer l'os et les tissus musculaires".
© Wikipédia commons
De nouvelles techonologies pourraient permettrent de "régénérer l'os et les tissus musculaires".
Allo docteur Houston ?

De la science-fiction à la science tout court : la Nasa cherche à inventer la machine à régénérer les os et les muscles

Publié le 17 février 2014
La NASA est très intéressée par un programme développé par l'entreprise américaine GRoK qui permettrait, entre autre, de soigner ses astronautes victimes d'ostéopénie. Aussi incroyable que ces avancées scientifiques puissent paraître, il semble que la France avait déjà une longueur d'avance.
Fabrice Papillon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Papillon est journaliste scientifique (dix ans à Europe 1 et quatre ans pour l'émission "C dans l'air ", sur France 5). Il est directeur de Scientifilms, société de production audiovisuelle spécialisée dans la science et la médecine, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La NASA est très intéressée par un programme développé par l'entreprise américaine GRoK qui permettrait, entre autre, de soigner ses astronautes victimes d'ostéopénie. Aussi incroyable que ces avancées scientifiques puissent paraître, il semble que la France avait déjà une longueur d'avance.

Atlantico : La NASA et l'entreprise GRoK Technologies, basée à Houston, vont travailler main dans la main pour créer de nouveaux produits révolutionnaires permettant de développer des technologies médicales non invasives visant à "régénérer l'os et les tissus musculaires" (voir ici). Comment, concrètement, ces nouvelles technologies médicales seraient-elles utilisables ?

Fabrice Papillon : En réalité, les recherches sur la régénération des tissus ou organes humains ne sont déjà plus un mythe. De nombreuses études sont menées dans le monde dans le domaine de la thérapie cellulaire, et de l'ingénierie tissulaire, c'est-à-dire la capacité de régénérer notre organisme, de réparer la peau, les os, le cœur, etc. Plusieurs technologies existent, dont la plus en vue implique les fameuses "cellules souches".

En fait, nous possédons, en nous-mêmes, notre propre boîte à outils puisque dans de nombreux organes, des cellules "pompiers", capables de remplacer les cellules abîmées, détruites ou détériorées, interviennent pour régénérer les tissus lésés. Le phénomène est bien connu avec la cicatrisation de la peau, après une écorchure. Ce sont de petites cellules souches qui viennent réparer la peau.

Ce phénomène est beaucoup plus large et les biologistes ont découvert plusieurs types de cellules souches chez l'homme, en particulier dans la moelle osseuse (cellules souches hématopoïétiques) capables de régénérer le sang et d'autres organes. Ces cellules sont qualifiées, par les spécialistes, de "pluripotentes", c'est-à-dire qu'elles ont le pouvoir de donner naissance à plusieurs types de cellules différentes. Mais ces cellules souches ne sont pas toujours efficientes ou facilement accessibles dans l'organisme.

Alors une nouvelle technologie a vu le jour, ces toutes dernières années : les IPS, pour "induced pluripotent stem cells", c'est à dire des cellules souches "induites". Une simple prise de sang, puis les cellules sanguines sont déviées de leur rôle originel pour devenir capables de produire d'autres types de cellules (foie, os, coeur, neurones, etc.). Ces cellules posent encore des problèmes techniques, mais il s'agit d'une voie révolutionnaire pour disposer demain d'une source inépuisable de cellules, de tissus et d'organes capables de nous régénérer, de nous réparer. Et surtout, il s'agira de tissus et d'organes 100% compatibles avec les nôtres, puisque recréés à partir de nos propres cellules, réglant à la fois le cruel problème du manque d'organes (avec le déficit des dons d'organes) et surtout celui de la compatibilité (risques de rejets après la greffe). Ici, tout collerait, tout fonctionnerait. De nombreux essais cliniques ont débuté, les espoirs sont immenses. 

Selon le communiqué de presse de l'entreprise américaine, la NASA serait intéressée par le potentiel que représentent ces technologies pour aider les astronautes susceptibles de développer une ostéopénie, c'est-à-dire une baisse de la densité de l'os. Le développement de la science peut-il frôler à ce point la science-fiction ?

Oui, une fois de plus, pour les raisons que je viens d'évoquer. Je pense qu'il s'agit surtout d'un effet d'annonce de la firme américaine GROK et de la NASA, car de tels essais sont déjà largement répandus, et notamment en France.Rien que sur l'os, diverses équipes, notamment liées à l'Inserm - l'Institut national de la santé et de la recherche médicale - ont mis au point des technologies mixtes : des cellules souches capables de régénérer l'os, insérées dans des matrices biologiques (des implants en forme d'éponge, biodégradables, qui fournissent un support aux cellules souches pour qu'elles "tissent" l'os à réparer ou régénérer).

Ces implants (par exemple en phosphate ou en carbonate de calcium), poreux, sont implantés dans les zones où l'os est abîmé et recolonisent l'os avec des cellules toutes neuves… Il en va de même pour le cartilage autour des extrémités de l'os, qui se dégrade et crée notamment l'arthrose. Des cellules souches sont capables de régénérer les cellules de la membrane synoviale, c'est à dire les cellules qui tapissent le cartilage. Une révolution pour les millions de personnes qui souffrent d'arthrose. Il est vrai que ces perspectives sont étonnantes, spectaculaires, et qu'elles rapprochent concrètement la science-fiction de la réalité... 

Sera-t-il alors possible de créer des modèles de tissus humains 3D ? Pourra-t-on, à terme, les utiliser pour tester les cosmétiques et les médicaments ? Quelles seront les conséquences d'une telle évolution ?

Bien sûr, des essais passionnants sont par exemple menés dans le laboratoire IStem à Evry, financé par l'argent du Téléthon, avec les équipes de Marc Peschanski, l'un des chercheurs les plus en pointe sur la médecine régénératrice du futur (thérapies cellulaires, thérapies géniques). Marc, que je connais depuis des années et dont je suis les progrès pas à pas, a déjà obtenu des résultats saisissants : il travaille sur une peau en 3D, avec différentes couches de cellules de l'épiderme !

Cette peau, dans quelques années, pourra servir à soigner les grands brûlés. Mais il est clair qu'elle pourrait aussi, sans problème, être utilisée par de grandes firmes de la cosmétique pour tester leurs futurs produits ! Les conséquences sont à la fois enthousiasmantes, sur le plan médical, grâce aux possibilités qu'offrira cette nouvelle boîte à outils pour tout réparer (ou presque) ; mais en même temps, des problèmes se posent : jusqu'où irons-nous ? La limite entre "homme réparé" et "homme augmenté" est faible. Certains rêvent déjà de greffes de neurones reconstitués en laboratoire, capables de nous donner des capacités intellectuelles prodigieuses, et donc de nous changer en profondeur. Des questions éthiques, ontologiques, sont clairement soulevées et le seront de plus en plus dans les années à venir. 

Ces dispositifs ne sont pas réels à l'heure actuelle, bien que des brevets aient été déposés. La machine à régénérer les os et les muscles a-t-elle une chance de voir le jour ?

Clairement oui, comme je l'indiquais. Quant à savoir quand, il faut rester honnête et raisonnable : certaines thérapies seront accessibles assez rapidement ; d'autres mettront des années. Mais il s'agit d'un champ de recherche immense dans le monde entier qui aboutira forcément à de nombreuses thérapies, et pas seulement pour les astronautes de la Nasa !

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yavekapa
- 17/02/2014 - 12:05
yaurais pas une machine
à régénérer un vrai chef d'état en France ?
parce que là on n'a plus que des clowns.