En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Les effets pervers d'une France qui ne veut plus punir ses citoyens
Publié le 08 février 2014
Au fil des décennies, la gifle, la fessée et les heures de colle sont devenues politiquement incorrectes. Aujourd'hui proscrite au profit d'une déresponsabilisation totale, la punition n'est-elle pas pourtant le préalable à une justice véritablement juste ? Extrait de "Apologie de la punition", Emmanuel Jaffelin, éditions Plon (1/2).
 Emmanuel Jaffelin est un philosophe et écrivain français. Il prône l'émergence d'une nouvelle éthique dans son principal ouvrage, Éloge de la gentillesse Bourin Editeur 2011. Il est aussi professeur de philosophie au Lycée Maurice Genevoix de Montrouge...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Jaffelin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Emmanuel Jaffelin est un philosophe et écrivain français. Il prône l'émergence d'une nouvelle éthique dans son principal ouvrage, Éloge de la gentillesse Bourin Editeur 2011. Il est aussi professeur de philosophie au Lycée Maurice Genevoix de Montrouge...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au fil des décennies, la gifle, la fessée et les heures de colle sont devenues politiquement incorrectes. Aujourd'hui proscrite au profit d'une déresponsabilisation totale, la punition n'est-elle pas pourtant le préalable à une justice véritablement juste ? Extrait de "Apologie de la punition", Emmanuel Jaffelin, éditions Plon (1/2).

Nos démocraties, qui peuvent représenter des oasis de douceur au regard d’autres régimes dans le monde ou d’autres périodes de l’histoire européenne, développent en réalité une idéologie profondément anxiogène. Le citoyen dresse l’inventaire de ses failles en imaginant sa faillite ou sa défaillance au lieu de colmater les fissures au profit d’un projet d’une plus grande envergure. De toute évidence, une telle société qui remplace les soldats par les drones, la prudence par l’assurance, le danger par le risque finit logiquement par substituer la victime à la victoire, l’infantilisation à l’enfant, le jeunisme à la jeunesse, les maisons de retraite et les hôpitaux aux crèches et aux écoles, l’anxieux au joyeux.

Loin du bouc émissaire sur le dos duquel se soude encore aujourd’hui une population, nous constatons que nos démocraties se fondent désormais sur l’idée d’un citoyen qu’il faut protéger de toutes les misères du monde. Il s’agit de tisser le lien social, non en sacrifiant une victime expiatoire – « malheur à celui par qui le scandale arrive » –, mais en sanctifiant la victime potentielle que chaque citoyen est devenu. Certes, René Girard défend l’idée selon laquelle « la compétition victimaire » est le fruit de la culpabilité d’avoir désacralisé le monde et de la crainte du surgissement d’une nouvelle crise faisant apparaître de nouveaux boucs émissaires à sacrifier : « Tant que la pensée moderne ne comprendra pas le caractère formidablement opératoire du bouc émissaire et de tous ses succédanés sacrificiels, les phénomènes les plus essentiels de toute culture humaine continueront à lui échapper. » De son côté, Nietzsche nous expliquerait que le fait de se considérer comme une victime exprime une vitalité déficiente, une volonté de puissance négative : « S’abstenir mutuellement de s’offenser, de se violenter, de s’exploiter, reconnaître à la volonté d’autrui autant de droits qu’à la sienne, voilà des principes qui, en un sens grossier, peuvent engendrer de bonnes mœurs entre les individus [...] Mais si on songeait à étendre ce principe, voire à en faire le principe fondamental de la société, celui-ci se révélerait bien vite pour ce qu’il est : la négation de la vie, un principe de dissolution et de déchéance. »

Etranges démocraties qui ont insensiblement glissé de la responsabilité à la victimité. L’enfer c’est les autres affleure dans cette idéologie de la victimité, non pas parce que le regard d’autrui me fige dans la honte, mais parce que le risque viendrait de lui. Ne plus répondre de mes actes, mais accuser l’empiètement de l’autre dont la liberté est source d’inconnu, de risque, de danger, de menace. Le citoyen des démocraties n’est plus un actionnaire comme à Athènes, un contractuel comme dans le droit moderne, mais ce gestionnaire de risques prévoyant tous les dangers qui le menacent : accidents, chômage ou faillite, maladie, divorce, impôts, sans parler de l’injure. Avant même d’être touché, il se vit comme un grand blessé ou, plus exactement, se v(o)it dans la crainte de l’être. Quoi qu’il en soit de l’origine de cette idéologie de la victimité, aboutissement de la pratique sacrificielle (René Girard) ou manifestation d’une volonté de vivre déficiente (Nietzsche), elle plonge les racines des relations sociales dans le fantasme d’une menace dont l’individu doit être protégé. De toute évidence, il y a un lien entre ces spectateurs qui regardent des crimes tous les jours sur un écran et le fait qu’ils se ruent en France chez l’assureur et en Amérique chez l’armurier. Se penser comme victime potentielle revient à poser sur la vie un regard apeuré et, logiquement, à renvoyer la punition à un monde dépassé.

Extrait de "Apologie de la punition", Emmanuel Jaffelin, (Plon éditions), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anguerrand
- 09/02/2014 - 08:35
Résultat de cette politique
Des " enfants rois" qui em.....tout le monde, des parents en admiration devant leur progéniture même quand ils sont insupportables, mal élevés , ne respectent rien ni personne, ne connaissent pas la différence entre le bien et le mal.
Ces enfants auront dû mal à s'intégrer dans le monde réel!
pierre325
- 09/02/2014 - 08:23
il faudrait s'inquiéter de ceux
chargé de régulé cette violence. Aujourd'hui un parent qui collerait un claque a son gamin s'expose a une possibilité de plainte de la part de son enfant contre lui. Mais attention la justice part du principe que c'est systématiquement l'enfant qui est la victime. Et encore pas mal de gamin connaisse pas les lois heureusement, vous essayer de faire pion maintenant en internant faut presque être avocat pour savoir ce que tu peux faire sans te prendre un plainte.
gliocyte
- 09/02/2014 - 06:27
Extraordinaire
Ce philosophe nous informe qu'une société sans violence serait une société qui prônerait la mort de la vie, la sentence extrême puisse ce serait la peine de mort pour tous. Aucune place pour le principe de précaution qui permet à toute personne d'extrapoler pour éviter des situations à risques car c'est déjà reconnaître qu'elle puisse se sentir menacée donc qu'elle est en état de pré victime. Donc tu vis dans l'inconscience et tu es ainsi la seule personne qui soit pleine de vie. Si tu es agressé, la punition suffit! Utopie délirante puisque s'il y avait toujours punition adaptée au degré de l'agression, il y aurait moins d'agresseurs, moins de victimes et moins de sentiment d'insécurité qui fait le statut de victime potentielle. Ce philosophe part du principe qu'il y aurait toujours une punition adaptée. Où vit-il celui-là?