En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 7 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 17 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 33 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 2 heures 56 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 12 heures 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 28 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 43 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 17 heures 50 min
© Reuters
Les entreprises produiraient d'avantage pour les très riches que pour la classe moyenne.
© Reuters
Les entreprises produiraient d'avantage pour les très riches que pour la classe moyenne.
Changement de cap

La preuve par les faits : la disparition des classes moyennes déjà actée par les producteurs de biens de grande consommation

Publié le 05 février 2014
Aux Etats-Unis, les entreprises se soucient d'avantage des riches parmi les riches plutôt que de la classe moyenne, selon le New York Times. En effet, cette classe moyenne, socle de la société de consommation telle qu'on la connait aujourd'hui n’apparaît plus nécessairement comme le marché le plus attractif. Les entreprises préféreraient donc produire pour une clientèle plus restreinte.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, les entreprises se soucient d'avantage des riches parmi les riches plutôt que de la classe moyenne, selon le New York Times. En effet, cette classe moyenne, socle de la société de consommation telle qu'on la connait aujourd'hui n’apparaît plus nécessairement comme le marché le plus attractif. Les entreprises préféreraient donc produire pour une clientèle plus restreinte.

Atlantico : Comment expliquer qu'une infime frange de la population puise peser plus sur les choix des entreprises, leurs productions et leurs tarifs que la majorité de cette même population ? Si la classe moyenne est laissée pour compte, elle est contrainte de consommer autrement. Cette adaptation ne traduit-elle pas une disparition actée – par le business, somme toute – de la classe moyenne ?

Christophe Benavent : La situation des Etats-Unis est assez particulière puisque les inégalités de revenu se sont accrues très fortement depuis les années 80, les plus riches s'enrichissant beaucoup plus vite que les plus modestes. En terme de consommation cela suscite une offre spécifique pour les plus riches qui représentent pour de nombreux secteurs un segment en croissance moins par le nombre que par la capacité de dépense. Les très aisés, pourvu que la qualité le justifie, sont incités à dépenser beaucoup plus et d'autant plus que cette dépense signe leur statut. C'est bien la logique de la consommation ostentatoire de Veblen. Mais qu'une offre spécifique se développe pour ce marché, ne signifie pas que les classes moyennes soient abandonnées. Même appauvries elles consomment, sans doute un peu moins, certainement différemment. Dans un cadre urbain, elles consomment ailleurs car chassée par la gentrification. Mais elles n'ont pas disparues et ne sont pas tout à fait prêt de l'être, même si leur contribution relative à la consommation totale se réduit, ce n'est pas forcement le cas du niveau de consommation. Cependant l'effet est évident : il y a une segmentation des marchés qui s'associe à une discrimination sociale possible. Ce qui est sans doute en voie de disparition est la dominance sur les marchés de consommation des "good values", des bon produits à prix raisonnable, et l'éclatement des marché du low lost au luxe véritable, en passant par le masstige ( prestige de masse) et autres BOP.  Il serait intéressant de voir si de manière concomitante à ce que décrit l'article, ne se développe pas un marché Bottom of The Pyramid, destiné aux plus pauvres. N'oublions pas qu'une des fortes idées de ces 10 dernières années était que le marché des plus pauvre équivaut en valeur à celui des plus riches !

Assiste-t-on à une situation comparable en France ?

De manière marginale, d'une part parce que les inégalités sont fortement moins prononcées même s'il est clair que les seuls à avoir accru leur pouvoir d'achat sont les 5% dont la rémunération est supérieure à 5000 euros, et encore bien plus pour les 1% au-delà des 10 000 (sans compter le 0,1% des très très riches). On rappellera que le décile le plus pauvre a certainement vu son pouvoir d'achat se réduire de l'ordre de 5 à 10%. Cela dit, parce que les stratégies des marques sont globales, le phénomène de segmentation verticale des marchés se produit aussi. Le très haut de gamme poursuit son développement ainsi que le low cost. C'est le milieu de gamme qui en conséquence est atteint, et non les classes moyennes qui s'adaptent en panachant leurs consommations

Concrètement, cette emprise qu'ont les plus riches sur une part de marché en expansion pourrait-elle accroitre le risque d'inégalités entre les différentes franges de la population ?

Ce n'est pas l'emprise des riches sur la consommation qui fait l'inégalité, c'est que les plus riches s'enrichissent quand les autres voient leur pouvoir d'achat stagner. N'oublions pas que pour les très riches gagner plus ne signifie pas consommer plus mais dépenser plus et surtout pouvoir thésauriser. Et c'est bien ce que dénonce la recherche que le NYT commente : enrichir les riches ne crée pas de croissance car cela ne suscite pas de consommation en proportion. Au-delà des effets quantitatifs, un effet qualitatif est mentionné qui mérite une étude plus attentive : l'inégalité entraine une fragmentation des marchés, et effectivement face à cette segmentation verticale on peut s'interroger sur les priorités des marques notamment en matière d'innovation. Si l'innovation est destinée à une niche, elle risque peu d'entrainer les gains de productivité qui bénéficient à l'ensemble de la nation et à la croissance.

Comment la classe moyenne peut-elle s'adapter ? Quelles sont les évolutions possibles, et les formes de consommations alternatives qu'elle est susceptible d'emprunter ? Comment est-ce que cela change les habitudes les habitudes des Français ? 

En France la problématique la plus générale n'est pas de se serrer la ceinture, sauf pour les 15 à 20% les plus pauvres. Elle est de consommer plus et mieux avec les mêmes ressources, dans l'incertitude du futur proche. La première solution est celle du panachage entre produits low cost et haut de gamme au sein d'une catégorie. Elle passe aussi par des arbitrages majeurs : par exemple l'abandon de la voiture dont les taux de détention se sont légèrement réduit.  Elle optimise l'usage des coupons de réduction et des programmes de fidélisation, favorise les bons plans et les bon coins. Elle se manifeste enfin en développant ce que le cercle de l'Obscoco appellent les consommations émergentes qui vont de la récupération à la réparation, du prêt à la consommation collaborative. Oui, clairement les habitudes de consommation sont en voie de transformation. Même si la grande classe moyenne ne risque pas de disparaitre sans doute tend-elle à être plus diverse, moins homogène dans ses goûts et ses préférences, et dans les solutions qu'elle trouve pour optimiser sa consommation à budget constant. Ce sont les produits et les services moyens qui risquent de ne plus se retrouver.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 05/02/2014 - 16:12
sans les pauvres ou assimilés, les riches disparaitraient
L'oreal gagne des milliards avec ses produits de merde vendus a la masse, Danone, Nestlé,Total, et autres multinationales ne s'adressent qu'a la multitude..Apple et samsung gagnent des milliards avec de pauvres telephones a 600 euros a des centaines de millions de masseux
Face de book a un milliard de masseux qui avalent des pubs pour produits destinés a la masse
Amazon vend pour des milliards des produits pour la masse
Mac Do vend son poison a la masse.......Bouygues, free, SFR, orange vendent leur service au peuple de base.........donc les nouveaux milliardaires s'enrichissent grâce a la masse des traines savates et vont s'acheter a des prix exorbitants des produits
qui leur permettent de ne pas être confondus avec le peuple
Sceptique
- 05/02/2014 - 15:58
Evidence
A cause de notre économie ultralibérale, depuis une trentaine d'années dans les pays développés, la classe moyenne s'érode. Son pouvoir d'achat stagne ou régresse, et le bas de la classe moyenne vient rejoindre les rangs des pauvres qui eux sont de plus en plus nombreux.
Seuls les plus riches continuent à s'enrichir, comme le montrent les statistiques. Il n'est donc pas surprenant qu'on cherche à s'orienter vers cette clientèle, et si LVMH (le n°1 mondial du luxe) se porte bien, ce n'est pas par hasard.
Mais la clientèle des plus riches peut-elle remplacer celle des autres ? ce n'est pas si facile, car alors que les classes moyennes dépensent la plus grande partie de leurs revenus en consommation, et les pauvres la totalité, les plus riches ne dépensent en consommation qu'une fraction de leurs revenus. Le reste allant de plus en plus vers l'investissement spéculatif, ce qui ne profite en rien à l'économie.
bellini
- 05/02/2014 - 13:44
pauvres riches
« En fait de jouissances matérielles, les plus opulents citoyens d’une démocratie ne montreront pas des gouts fort différents de ceux du peuple, soit que, étant sortis du sein du peuple, ils les partagent réellement, soit qu’ils croient devoir s’y soumettre. » Tocqueville
Etre riche ne peut signifier qu'une chose: vouloir etre encore plus riche. D'où l'explosion de la finance pour ceux qui ne savent que faire de leur argent. Le luxe est mort car il nécessite une culture que les riches peoplolisés n'ont plus. Les riches et les pauvres veulent les mèmes choses avec des moyens différents