En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 6 heures 46 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 8 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 16 heures 51 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 3 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 7 heures 17 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 14 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 17 heures 3 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La lutte contre l'inflation, cette mission primordiale mais purement virtuelle de la BCE

Publié le 01 février 2014
Jean-François Bouchard passe au crible le fonctionnement de la BCE. Compétente ou incompétente ? Trop soucieuse des intérêts privés ? Insensible aux Etats et aux citoyens ? L'auteur invite à repenser la BCE, pour y injecter des contre-pouvoirs et permettre de redresser l'économie européenne. Extrait de "L'empereur illicite de l'Europe" (1/2).
Jean-François Bouchard, haut fonctionnaire, économiste, spécialiste du contrôle des banques, travaille pour le compte de la Banque de France, de la BCE, de la Commission européenne et du FMI. Il a œuvré à l’intégration dans l’UE des anciens pays du bloc...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Bouchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Bouchard, haut fonctionnaire, économiste, spécialiste du contrôle des banques, travaille pour le compte de la Banque de France, de la BCE, de la Commission européenne et du FMI. Il a œuvré à l’intégration dans l’UE des anciens pays du bloc...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Bouchard passe au crible le fonctionnement de la BCE. Compétente ou incompétente ? Trop soucieuse des intérêts privés ? Insensible aux Etats et aux citoyens ? L'auteur invite à repenser la BCE, pour y injecter des contre-pouvoirs et permettre de redresser l'économie européenne. Extrait de "L'empereur illicite de l'Europe" (1/2).

Le traité de Maastricht assigne un objectif primordial à la BCE : émettre l’euro comme monnaie commune des États membres de la zone monétaire, et faire en sorte de maintenir la stabilité de cette monnaie et des prix. Autrement dit, le but essentiel de la BCE est de lutter contre l’inflation.

Depuis que la monnaie a été créée, à l’aube de l’histoire de l’humanité, telle est la préoccupation des hommes : faire en sorte qu’elle conserve sa valeur, car la monnaie est au coeur de l’organisation de la société et celle-ci a désespérément soif de stabilité. À raison, car si l’on met en parallèle les bouleversements politiques et les crises monétaires, on voit que l’un et l’autre sont très souvent liés.

L’inflation imputable aux importations d’or et d’argent depuis les colonies d’Amérique du Sud, paradoxalement, a ainsi ruiné l’économie espagnole au XVIIe siècle et conduit le pays à une longue stagnation qui en fait aujourd’hui une nation de second ordre. La crise monétaire de Law, en France, amena quelques années plus tard la Révolution et le renversement de la monarchie. En Allemagne, après la Première Guerre mondiale, la république de Weimar n’a pas survécu à une crise monétaire qui hante toujours les esprits germaniques, car elle porta Adolf Hitler et les nazis au pouvoir et fi t sombrer la planète dans le chaos.

Aujourd’hui, qu’en est-il de ces tendances inflationnistes ?

Elles ont disparu.

Pour longtemps. Très, très longtemps.

Toutes les grandes banques centrales mènent pourtant des politiques monétaires dont la théorie économique enseigne qu’elles sont dangereusement inflationnistes : les taux d’intervention sont au plus bas, la distribution de liquidités est au plus haut, mais rien n’y fait : pas d’inflation, nulle part. Les tensions inflationnistes dans les économies développées sont éteintes.

Il y a plusieurs raisons à cela.

La première est la situation économique d’ensemble : la récession que nous connaissons n’est pas propice à la renaissance de l’infl ation. La seconde raison est liée à la globalisation de l’économie : les conditions de concurrence et la compétitivité croissante des pays émergents, qui s’affi rment comme les principaux producteurs de biens de consommation dans le monde, tirent les prix vers le bas. La troisième raison est liée aux anticipations des ménages et des entreprises : ils épargnent, ils n’investissent pas, ils limitent leur consommation.

Donc, l’inflation est absente, et cette situation est appelée à durer.

Quelle est la mission primordiale de la BCE ?

Lutter contre un fantôme.

Extrait de "L’empereur illicite de l’Europe - Au cœur de la banque centrale européenne",  Jean-François Bouchard, (Max Milo Editions), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lapin
- 01/02/2014 - 13:02
Inflation et nazisme
Ça aurait été sympa de lire un vrai article, plutôt qu'un teaser pour un bouquin.
A part ça, je lis une jolie coquille sous la plume de ce monsieur, à savoir le fait que ce soit l'hyperinflation des années 1920-1923 qui ait amené Adolf au pouvoir.
S'il est incontestable que l'hyperinflation de Weimar a achevé de détruire la société allemande, déja anéantie par la guerre, c'est néanmoins la crise de 29, et ses conséquences en Europe qui ont amené Adolf au pouvoir en 1933.
C'est donc la dépression, et non pas l'inflation qui amènent les nazis au pouvoir (ainsi que le front populaire en 1936, mais ceci est une autre histoire)...