En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 22 min 1 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 46 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 4 heures 21 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 37 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 36 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 51 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 15 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 50 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 11 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 12 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 36 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La lutte contre l'inflation, cette mission primordiale mais purement virtuelle de la BCE

Publié le 01 février 2014
Jean-François Bouchard passe au crible le fonctionnement de la BCE. Compétente ou incompétente ? Trop soucieuse des intérêts privés ? Insensible aux Etats et aux citoyens ? L'auteur invite à repenser la BCE, pour y injecter des contre-pouvoirs et permettre de redresser l'économie européenne. Extrait de "L'empereur illicite de l'Europe" (1/2).
Jean-François Bouchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Bouchard, haut fonctionnaire, économiste, spécialiste du contrôle des banques, travaille pour le compte de la Banque de France, de la BCE, de la Commission européenne et du FMI. Il a œuvré à l’intégration dans l’UE des anciens pays du bloc...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Bouchard passe au crible le fonctionnement de la BCE. Compétente ou incompétente ? Trop soucieuse des intérêts privés ? Insensible aux Etats et aux citoyens ? L'auteur invite à repenser la BCE, pour y injecter des contre-pouvoirs et permettre de redresser l'économie européenne. Extrait de "L'empereur illicite de l'Europe" (1/2).

Le traité de Maastricht assigne un objectif primordial à la BCE : émettre l’euro comme monnaie commune des États membres de la zone monétaire, et faire en sorte de maintenir la stabilité de cette monnaie et des prix. Autrement dit, le but essentiel de la BCE est de lutter contre l’inflation.

Depuis que la monnaie a été créée, à l’aube de l’histoire de l’humanité, telle est la préoccupation des hommes : faire en sorte qu’elle conserve sa valeur, car la monnaie est au coeur de l’organisation de la société et celle-ci a désespérément soif de stabilité. À raison, car si l’on met en parallèle les bouleversements politiques et les crises monétaires, on voit que l’un et l’autre sont très souvent liés.

L’inflation imputable aux importations d’or et d’argent depuis les colonies d’Amérique du Sud, paradoxalement, a ainsi ruiné l’économie espagnole au XVIIe siècle et conduit le pays à une longue stagnation qui en fait aujourd’hui une nation de second ordre. La crise monétaire de Law, en France, amena quelques années plus tard la Révolution et le renversement de la monarchie. En Allemagne, après la Première Guerre mondiale, la république de Weimar n’a pas survécu à une crise monétaire qui hante toujours les esprits germaniques, car elle porta Adolf Hitler et les nazis au pouvoir et fi t sombrer la planète dans le chaos.

Aujourd’hui, qu’en est-il de ces tendances inflationnistes ?

Elles ont disparu.

Pour longtemps. Très, très longtemps.

Toutes les grandes banques centrales mènent pourtant des politiques monétaires dont la théorie économique enseigne qu’elles sont dangereusement inflationnistes : les taux d’intervention sont au plus bas, la distribution de liquidités est au plus haut, mais rien n’y fait : pas d’inflation, nulle part. Les tensions inflationnistes dans les économies développées sont éteintes.

Il y a plusieurs raisons à cela.

La première est la situation économique d’ensemble : la récession que nous connaissons n’est pas propice à la renaissance de l’infl ation. La seconde raison est liée à la globalisation de l’économie : les conditions de concurrence et la compétitivité croissante des pays émergents, qui s’affi rment comme les principaux producteurs de biens de consommation dans le monde, tirent les prix vers le bas. La troisième raison est liée aux anticipations des ménages et des entreprises : ils épargnent, ils n’investissent pas, ils limitent leur consommation.

Donc, l’inflation est absente, et cette situation est appelée à durer.

Quelle est la mission primordiale de la BCE ?

Lutter contre un fantôme.

Extrait de "L’empereur illicite de l’Europe - Au cœur de la banque centrale européenne",  Jean-François Bouchard, (Max Milo Editions), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lapin
- 01/02/2014 - 13:02
Inflation et nazisme
Ça aurait été sympa de lire un vrai article, plutôt qu'un teaser pour un bouquin.
A part ça, je lis une jolie coquille sous la plume de ce monsieur, à savoir le fait que ce soit l'hyperinflation des années 1920-1923 qui ait amené Adolf au pouvoir.
S'il est incontestable que l'hyperinflation de Weimar a achevé de détruire la société allemande, déja anéantie par la guerre, c'est néanmoins la crise de 29, et ses conséquences en Europe qui ont amené Adolf au pouvoir en 1933.
C'est donc la dépression, et non pas l'inflation qui amènent les nazis au pouvoir (ainsi que le front populaire en 1936, mais ceci est une autre histoire)...