En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

02.

Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

05.

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

06.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

07.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

06.

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

ça vient d'être publié
light > Insolite
Ouvrez vos...
Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme
il y a 2 heures 5 min
pépites > France
Pompiers VS policiers
Manifestation nationale à Paris: de violents incidents ont éclaté entre pompiers et policiers
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 28 janvier 2020 en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 45 min
décryptage > International
Une ingérence qui pèse

La privatisation de la guerre par les EAU en Libye et au Yémen ou comment Abu Dhabi recrute de jeunes soudanais pour « leurs » guerres

il y a 9 heures 15 min
décryptage > France
Chômage 2019

Pourquoi la baisse du chômage ne se joue pas à Paris

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Politique
Une stratégie sans faille ?

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

il y a 11 heures 24 min
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 1 jour 55 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Politique
Sur le devant de la scène
Invité de "Vous avez la parole" sur France 2, François Fillon prendra la parole à nouveau
il y a 2 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Municipales 2020
"Je ne fais pas de combine" : Rachida Dati se défend sur sa candidature
il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Un accord de paix

Ce plan Trump pour la paix dont les Palestiniens ne sauront pas plus saisir que des précédents

il y a 8 heures 51 min
décryptage > International
Ils veulent du sang

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

il y a 9 heures 36 min
décryptage > High-tech
Décryptage High-Tech

SILICON VALLEY : le célèbre berceau américain de la Tech abandonnerait-il la culture « start-up » que le monde lui envie, en matière d’innovation ?

il y a 10 heures 29 min
décryptage > International
Atlantico Business

Coronavirus : la Chine en profite pour donner des leçons d’efficacité au monde occidental

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Justice
Justice en France

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
La ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est débattue.
© Reuters
La ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est débattue.
Pourquoi faire simple...

Les langues régionales ou minoritaires face à la Constitution : détournement de procédure ou coup d’épée dans l’eau ?

Publié le 28 janvier 2014
Les députés doivent se prononcer ce mardi sur une proposition de loi qui vise à lever les blocages constitutionnels empêchant la ratification de la Charte européenne des langues régionales.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés doivent se prononcer ce mardi sur une proposition de loi qui vise à lever les blocages constitutionnels empêchant la ratification de la Charte européenne des langues régionales.

Pour la première fois le Parlement, à commencer par l’Assemblée nationale, débat sérieusement de la possibilité de modifier la Constitution pour permettre la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Comme à chaque fois que le débat linguistique et culturel est ouvert, on entend les partisans acharnés du jacobinisme républicain historique et les soutiens d’un pluralisme de tradition girondine (ou bretonne ou basque). Au-delà du débat de fond et d’opportunité politique, la procédure entamée le 22 janvier à l’aide du stimulant et instructif rapport du président de la commission des lois Jean-Jacques Urvoas mérite quelques rapides observations, tant elle est originale et singulière. Chacun sait depuis une décision du Conseil constitutionnel du 15 juin 1999 que la Charte, signée quelques jours auparavant par le gouvernement de Lionel Jospin, nécessite pour sa ratification, donc son entrée en vigueur sur le territoire de la République une révision de la Constitution.

Prendre comme point de départ une proposition de loi constitutionnelle impliquerait, si elle est adoptée dans les mêmes termes par l’Assemblée nationale et le Sénat, d’avoir recours, pour son adoption définitive à un référendum. L’article 89 de la Constitution n’offre pas d’autre solution. Nul, ni du côté du Parlement, ni du côté du gouvernement, n’envisage un tel débouché. Le sujet est conflictuel et la popularité du président Hollande trop faible pour prendre un tel risque. Le rapporteur de la proposition, comme la ministre de la culture, expliquent donc que ce débat a pour objet principal de tester l’existence ou l’absence d’une majorité des 3/5e des suffrages exprimés susceptible de voter, lors d’un Congrès du Parlement, un nouveau  texte, issu cette fois d’un projet de loi constitutionnelle présenté par le président de la République. Rien n’interdit d’avoir recours à une tel cheminement, mais il est étonnant que les parlementaires, qui d’habitude expliquent qu’ils n’ont pas assez de temps pour débattre sérieusement, acceptent de discuter pour voir et non pour décider. Si la proposition vient à être adoptée conforme par les deux assemblées, il pourra être soutenu qu’il est anormal, voire contraire à la Constitution, qu’un référendum de confirmation ne soit pas organisé dans un délai raisonnable.

Pour éviter des débats à répétition, le texte proposé par le rapporteur contient d’un seul coup la possibilité constitutionnelle de ratification et l’autorisation d’y procéder. D’ordinaire, comme en 1992 pour le traité de Maastricht, il y a d’abord modification de la Constitution, puis le vote d’une loi autorisant le gouvernement à ratifier le traité. Certains juristes, comme François Luchaire, avait dès 1992 proposé de réunir les deux étapes en une seule, mais le Président Mitterrand avait choisi la voie classique, de manière à organiser un référendum, celui 20 septembre, sur la ratification elle-même. Par la suite, toutes les révisions constitutionnelles liées à un accord international ont eu recours à la démarche en deux temps. En tout état de cause, autoriser la ratification, même par la voie constitutionnelle, n’entraîne aucune obligation pour le gouvernement d’y procéder. Il existe toujours une liberté politique de ratifier ou de ne pas ratifier.

Compte tenu du climat passionné entourant la question des langues régionales ou minoritaires, M. Urvoas suggère, de manière totalement inédite, que l’article constitutionnel autorisant la ratification contienne également des déclarations interprétatives, donc de valeur constitutionnelle en droit interne, allant jusqu’à préciser que la Charte doit être interprétée « dans un sens compatible avec la Constitution ». Il serait pour le moins paradoxal de faire figurer dans la Constitution, norme suprême de notre ordre juridique, une disposition de ce type. Certes il existe de nombreux débats en droit international sur l’éventuelle supériorité des traités sur la Constitution, mais autant de telles réserves (ou explications) ont leur place dans l’instrument de ratification, autant il paraît incongru de préciser dans la Constitution qu’elle doit être respectée.

Aucun des points évoqués ci-dessus ne soulève d’impossibilité constitutionnelle absolue. Leur accumulation montre simplement que le processus de ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est plus compliqué en France que dans beaucoup d’autres pays. Le vieux dicton révolutionnaire selon lequel « il n’y a point de minorité sur le territoire de la République » n’est pas prêt de rendre l’âme. Est-il indispensable de mobiliser autant d’énergie politique et constitutionnelle pour, en fin de compte, développer, ce qui est légitime, les langues et cultures régionales ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

02.

Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

05.

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

06.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

07.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

06.

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
attila
- 28/01/2014 - 17:21
langues régionales
en France il n'existe qu'une langue : le FRANCAIS !!!!!