En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 27 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 43 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 26 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 30 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 31 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 16 min
© Reuters
La loi pour l'égalité hommes-femmes devrait être votée ce mardi 28 janvier par les députés.
© Reuters
La loi pour l'égalité hommes-femmes devrait être votée ce mardi 28 janvier par les députés.
A quel sein se vouer

Egalité : entre les efforts législatifs de Najat Vallaud-Belkacem et les incitations de Sheryl Sandberg à davantage s’imposer au quotidien, où est l’efficacité pour les femmes ?

Publié le 28 janvier 2014
Le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes devrait être voté ce mardi 28 janvier par les députés avant d'être examiné par le Sénat. Politiques de quotas, sanctions financières, déconstruction des stéréotypes de genre, etc. La question est de savoir quels types de législations aideront les femmes à s'imposer davantage.
Jean-François Amadieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes devrait être voté ce mardi 28 janvier par les députés avant d'être examiné par le Sénat. Politiques de quotas, sanctions financières, déconstruction des stéréotypes de genre, etc. La question est de savoir quels types de législations aideront les femmes à s'imposer davantage.

Atlantico : La loi pour l'égalité hommes-femmes devrait être votée ce mardi 28 janvier par les députés. Le texte prévoit notamment des pénalités financières pour les entreprises ne la respectant pas et met en place une réforme du congé parental pour inciter davantage de pères à en prendre. Peut-on compter sur la loi pour améliorer le sort des femmes ? Quelles sont les limites d'une telle approche ?

Jean-François Amadieu : Les écarts de salaire injustifiés relevant de la discrimination doivent être sanctionnés. Ce qui est en revanche plus discutable et que l'on retrouve dans ce projet de loi, est le renforcement de la logique de quotas ou de parité. Au départ, la parité était appliquée à la vie politique et a ensuite été transposée dans le monde professionnel. Cela revient à traiter les femmes comme des personnes en situation de handicap. Un raisonnement de ce type appliqué aux femmes pose des problèmes. 

Un système de quotas s'applique bien en politique où il est question de représentation. La logique de l'entreprise est différente et elle n'a pas vocation à refléter la diversité sociologique d'un pays. Une entreprise recrute en fonction des compétences dont elle a besoin. La logique de reflet de la population utilisée dans le domaine politique ne peut pas être utilisée de la même manière dans le monde professionnel. Le risque c'est la multiplication des critères de quotas (minorités visibles, âge, etc.).

Le livre de Sheryl Sandberg, à la tête de facebook, a fait grand bruit en 2013. L'auteure suggérait, entre autres, que les femmes possédaient une part de responsabilité dans le maintien des inégalités hommes-femmes en entreprise, notamment parce que ces dernières n'osaient pas suffisamment s'affirmer. Que peut-on face à ce genre de constats ?

C'est un sujet auquel on s'attaque déjà, notamment certains chantiers entrepris par la ministre des Droits des femmes. Il faut travailler à la socialisation des jeunes filles, déconstruire les stéréotypes de genre auxquels. Et ce dès le plus jeune âge pour renforcer l'estime de soi de certaines jeunes filles. De fait, elles développeront une personnalité plus forte, elles oseront davantage demander, réclamer. Certes, certaines femmes possèdent cette capacité à dépasser cette éducation et à être forte malgré tout. Je dirais que cela n'enlève rien au fait que l'éducation des jeunes filles dans le monde entier ne favorise pas l'affirmation d'elles-mêmes. Manque de confiance qui a un impact sur leur carrière.

Faut-il davantage miser sur les efforts individuels fournis par les femmes plutôt que sur un encadrement législatif ?

Tout dépend de l'encadrement législatif dont il est question. Les politiques qui restaurent les conditions de l'égalité des chances me semblent être les plus pertinentes. Favoriser l'accès aux études, favoriser un égal accès au marché de l'emploi. Je pense que le débat ne peut se réduire à "faut-il une intervention du législateur ?". Le débat est de savoir quelle est l'intervention dont il est question.

La France est allée chercher l'idée des quotas de femmes dans les administrations auprès des pays scandinaves, mais tous les pays ne traitent pas ce problème de la sorte. Il existe plusieurs moyens de faire progresser la question de l'égalité hommes-femmes. Le CV anonyme est ainsi préférable aux politiques de quotas. Tout ne doit pas relever de l'initiative de chaque femme. Le CV anonyme est généralement profitable aux femmes. Il suffirait donc d'appliquer la loi de 2006.

Quelle est la marge de manœuvre dont disposent les femmes pour faire évoluer leur statut ? Que peut faire chacun de nous à son niveau pour améliorer cette situation ?

Il faut agir sur la socialisation pour ne pas maintenir les stéréotypes. Néanmoins, certains phénomènes relèvent de l'inertie de la structure sociale et ne sont pas uniquement liés à l'éducation. Ces derniers compliquent également les carrières de femmes. Par exemple, dans tous les pays du monde, les femmes se marient toujours plus jeunes que les hommes. Les femmes vont avoir tendance à renoncer plus facilement relativement à une personne qui est plus avancée dans sa carrière. Cela ne relève pas forcément de stéréotypes mais d'une structure plus profonde de la société. Ce n'est pas uniquement parce que les femmes ne s'affirment pas.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 29/01/2014 - 12:54
Les lois pour imposer la parité sont un nouveau
passeport pour la médiocrité et le gaspillage:
Regardez ces benêts de l'audiovisuel qui commencent leur phrase au masculin pour la finir au féminin, et sachez que l'argent qui a servi à embaucher ces petits soldats surnuméraires chargés de garder la nouvelle ligne Maginot de la bêtise paritaire française, n'iront ni à la création audiovisuelle, ni à l'amélioration du service public!
Idem pour les stupides lois paritaires concernant nos conseillers généraux...
Et la bêtise gauchiste ne s'arrêtera certainement pas à si peu!
thymthym711
- 29/01/2014 - 00:59
Egalité 3/3
3/3 Que dit le pouvoir ? Que tout se vaut, que nous sommes égaux, que l’idée d’un homme vaut l’idée d’un autre, que la voix de l’ignorant doit être autant écoutée que celle du sage ou du savant, que chacun a ses propres valeurs et qu’on lui doit la liberté de les vivre en toute quiétude.
Alors pourquoi ce pouvoir voue-t-il aux gémonies toute personne qui ne pense pas comme lui et cherche à la discréditer par tous les moyens. Pourquoi raisonne-t-il ainsi : « Nous avons choisi le plus souvent d'inciter par la loi mais imposer est parfois la façon de changer les choses.»
S’il est vrai qu’un peuple a le pouvoir qu’il mérite il est clair que nous avons dû commettre de grandes fautes !
thymthym711
- 29/01/2014 - 00:59
Egalité 2/3
2/3 En clair un tel pouvoir agit comme si le peuple était immature, irresponsable et stupide.
C’est pour ton bien mon fils, c’est pour ta sécurité, c’est parce que ta pensée n’est pas assez évoluée que je réduis ta liberté et que je surveille tes paroles qui pourraient blesser ceux dont tu ignores l’immense valeur.
Je vais tâcher de gommer ta nature, notre nature, à l’origine de tellement d’erreurs humaines et de te faire comprendre que tu es le fruit d’une culture.
Voilà comment agit le pouvoir actuel. Ce pouvoir rempli de certitudes sauf lorsqu’il s’agit de notre culture. Là, il ressent le besoin de préciser qu’au mieux toutes les cultures se valent et que, si par extraordinaire ce n’était pas le cas, c’est la nôtre qui a le plus à apprendre des peuples allogènes qui viennent enrichir la France.
On ne peut pas construire un pays en infantilisant son peuple ni un humain en limitant chaque jour un peu plus sa liberté d’action, sa liberté de prendre des risques.