En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Malgré la crise, les riches sont toujours plus riches
Le fric, c'est chic !

Epidémie d’opulenciolite ? Les super riches de ce monde adoptent des trains de vie de plus en plus obscènes

Publié le 26 janvier 2014
Malgré la crise, les riches sont toujours plus riches. Et certains en profitent, à plus ou moins bon escient. Explication de ces comportements qui, entre fascination et désapprobation, ne laissent pas indifférent.
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré la crise, les riches sont toujours plus riches. Et certains en profitent, à plus ou moins bon escient. Explication de ces comportements qui, entre fascination et désapprobation, ne laissent pas indifférent.

Atlantico : Flambée des achats immobiliers, luxueuses chambres d'hôtels, voitures hors de prix et objets de luxe en tout genre, le train de vie des super riches, du moins aux Etats-Unis (voir ici), semble encore faire un pas vers plus d’opulence. Comment expliquer que, dans une situation de tensions économiques dans les pays développés, le comportement de consommation des riches ne s'orientent pas vers plus de modération ?

Anthony Mahé : En fait, on a tendance à regarder les dépenses somptueuses des super riches sous l’angle de la morale. Selon un article récent du Nouvel Observateur, 1 % des humains les plus riches détiennent 50 % des richesses mondiales et, de surcroît,  s’exhibent en nageant dans l’opulence. Cela a de quoi choquer l’opinion publique. Pour comprendre ce qui est en jeu, il y a un auteur, un peu oublié, qui revient à la mode aujourd’hui chez quelques économistes. Il s’agit de Georges Bataille[1]. Ce dernier oppose l’économie classique, qui se pense comme un système autonome, et ce qu’il appelle l’économie générale. L’économie classique explique l’origine de l’échange dans le besoin d’acquérir. Or, il y aurait aussi un besoin de destruction et de perte qui servirait à réguler les échanges, c’est ce que Bataille appelle la « part maudite ». L’économie serait en fait une articulation permanente entre la possession et la perte. Pour l’exemple qui nous intéresse,  le rang social est lié à la possession d’une fortune mais il faut qu’une partie de cette fortune soit dilapidée, sacrifiée à des dépenses sociales improductives comme les fêtes, les spectacles, les jeux, le luxe, etc. Cette conception de la dépense était parfaitement assumée dans l’aristocratie par exemple. L’idée de restreindre les dépenses (la rationalisation des dépenses) en tant que concept économique est une idée bourgeoise qui s’est construite dans l’ombre de la noblesse dont la puissance politique et sociale résidait précisément dans la dépense somptuaire.

Il faut bien comprendre que posséder une fortune n’est pas suffisant pour être riche socialement. Il y a des codes à adopter. La dépense improductive d’un Yacht paré de bois précieux ou d’une chambre d’hôtel à 15 000 euros la nuit fait partie de ces codes. Pour être riche, il faut savoir se débarrasser de la « part maudite ». C’est un rituel qui crée de manière assez surprenante un équilibre. Pour la question morale, nous devront nous contenter de la philanthropie de ces super riches encore prospère, particulièrement aux Etats-Unis. 

Les vendeurs de voitures ou d'objets de luxe notent l'accroissement du nombre de super riches venant des pays émergents, ces derniers ayant en outre un comportement d'achat encore plus ostentatoire. Comment l'expliquer ?

Les super riches ne sont pas tellement différents des autres consommateurs lambda. Bien sûr leur capital économique est incomparable mais la fonction psychosociale de leur consommation n’est pas si différente. Ces riches venant des pays émergents doivent se créer une place au sein de cette catégorie restreinte des super riches. Ils poursuivent, comme l’acheteur de l’iPhone, une quête identitaire. Pour se distinguer des autres riches, une sorte de compétition malsaine s’organise et un jeu de surenchère se met en place. Ainsi, on n’achète plus seulement une Lamborghini, on achète une Lamborghini parée d’une carrosserie incrustée d’or qui vaut 10 ou 15 fois le prix du modèle standard.  La dépense de ces nouveaux riches a une fonction agonistique, elle sert à écraser les autres et conforter leur position sociale dominante. Encore une fois, l’Histoire n’est pas avare d’exemples d’aristocrates se servant de l’opulence pour signifier leur suprématie, ce n’est pas très nouveau.

De nombreux programmes télé proposent de suivre la vie et les habitudes de consommation de super riches, malgré la désapprobation générale que leur comportement suscite. Comment expliquer cette fascination ?

Ce n’est pas si contradictoire que cela. L’obscénité signifie se mettre sur le devant de la scène. Les dépenses extravagantes des super riches sont un spectacle, qui trouve tout son sens justement parce qu’il y a des spectateurs. A ce titre, il faut bien être conscient que nous sommes tous spectateurs. Chacun est pris dans une ambivalence entre le plaisir et l’écœurement. Le luxe des dépenses extravagantes ne nous laisse pas indifférents et cela a d’énormes conséquences. L’historien Fernand Braudel l’avait bien compris. Selon lui, « si le luxe n’est pas un bon moyen de soutenir, ou de promouvoir une économie, c’est un moyen de tenir, de fasciner une société. »[2] Autre manière de dire que c'est moins le luxe en soi qui compte que son imaginaire. Il a cette capacité à relier un peuple autour des puissants. Les riches exhibent le luxe quand les autres se contentent de le vivre au travers d’un fantasme. Ce fantasme est alimenté par une série d’illusions d’accessibilité : pouvoir s’acheter un sac Hermès lors des soldes, voir ces jeunes footballers de banlieue devenir subitement riches en passant professionnel ou ces jeunes chanteurs de la télé-réalité devenir des stars, sans compter les gagnants du loto bien sûr. C’est peut-être de ce fantasme collectif, entretenu par les médias, dont découle l’extraordinaire faculté du luxe à se propager et s’exacerber dans un espace social alors même qu’il est entre les mains d’une minorité. Cette fascination pour le luxe est une constante. Juste ou non, cela contribue à créer un ordre social depuis des siècles. Même si des révolutions sont toujours possibles, soyons sûr que ce schéma se répétera comme un éternel recommencement.  


[1] Bataille, G.  (1967), La part maudite, précédé de la Notion de dépense, Paris, Les éditions de Minuit.

[2] Braudel, F. (1979), Civilisation matérielle, Economie et capitalisme XV ème – XVIII ème siècle, Tome 1, Paris, Armand Colin, p. 290.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

RugyGate : les mécanismes de notre sadisme collectif

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gegemalaga
- 01/02/2014 - 08:25
riches et consomation
et oui , il y a des riches ...par heritage , et par le travail ( Steve Jobs)...;

pour moi , les bons riches sont ceux qui consomment :
en celà ils " aident " les autres , ne l'oublions pas ;

qq chiffres publiés recemment , sur 2013 , en Espagne :
ventes de produits de luxe ( bijoux-vetements-voitures de luxe ..):
+ de 5 milliards d'euros ...

rien qu'a Mabella ( repère de riches ) : + de 1 milliard , entre autre :
3 voitures MacLaren P1 à 900.000 eurs pièce ...;

et bien , calculez un peu :
seulement sur ces 3 voitures : 540 . 000 euros de TVA ...encaissée...
en comparaison ;
prenons un chariot de courses au super-marché :
+/- 100 euros ...TVA , +/- 10 euros ...
il faut donc 54.000 personnes ...pour arriver aux 540.000 euros ...!
Odidole
- 27/01/2014 - 15:13
Dommage !
Je suis de plus en plus déçue par Atlantico.
Cet article n'a absolument aucun intérêt si ce n'est toujours entretenir les clivages, les jalousies....
Nous sommes en France, et ce qui m'intéressait sur ce site c'était des analyses de la situation française sous un angle différent de la propagande officielle entretenue par les médias à 95% inféodés au pouvoir en place....
Je vais en choquer quelques uns, mais pour moi TOUS les Français, sans exception, sont des riches par rapport à la totalité de la population mondiale.
D'ailleurs on le voit bien au nombre de candidats qui frappent à la porte ou .... qui entrent sans en demander la permission.
Au lieu de toujours regarder ce qu'on n'a pas, ne vaudrait- il pas mieux regarder tout ce qu'on a déjà et si cela ne nous satisfait pas, comment améliorer notre situation. 2 pistes : la formation et le travail.
Retroussez-vous les manches : ça marche !
anakyn
- 27/01/2014 - 10:39
Et alors ?
Z'êtes jaloux ? Jouez donc au Loto et tentez de gagner, vous aussi, le droit de vivre cette vie !