En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 50 min 39 sec
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 5 heures 24 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 1 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 12 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 4 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 5 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 21 heures 21 min
© Reuters
Soldats chinois spécialisés en défense de la frontière du pays.
© Reuters
Soldats chinois spécialisés en défense de la frontière du pays.
Une vraie histoire de mer...

La rivalité Chine-Japon pourrait-elle déclencher le même genre de catastrophes que celle entre les Royaume-Uni et l’Allemagne au 20e siècle ?

Publié le 23 janvier 2014
Les querelles sino-japonaises autour d’îlots inhabités font planer le spectre d'une guerre maritime, qui n'est pas sans rappeler la rivalité germano-britannique à l'aube de la Première Guerre mondiale.
François Lafargue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lafargue est docteur en Géopolitique et en Science Politique. Il enseigne à Paris School of Business.Auteur d’une thèse portant sur l’Afrique du Sud, il est également docteur en Science politique avec comme thème de recherche la stratégie des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les querelles sino-japonaises autour d’îlots inhabités font planer le spectre d'une guerre maritime, qui n'est pas sans rappeler la rivalité germano-britannique à l'aube de la Première Guerre mondiale.

Atlantico : Le Japon, fort de son alliance avec les États-Unis depuis 1945, est aujourd'hui confronté à la montée en puissance de la Chine qui dispose de nombreux atouts pour devenir une superpuissance. La région d'Asie du Sud-Est est donc devenue un moteur de la croissance mondiale. Pourtant, les deux Etats s'affrontent sur un ensemble d'îlots inhabités, comme on a pu le constater avec le conflit des îles Senkaku. Ces tensions sont-elles vouées à s'aggraver ? 

François Lafargue : La réponse doit être nuancée. Les intérêts économiques, financiers et commerciaux de ces deux Etats sont tellement imbriqués que toute action armée ou tout crise politique aurait des effets préjudiciables pour les deux parties. On l’a vu l’année dernière lors du conflit des îles Senkaku : les ventes de voitures Toyota ont fortement chuté en chine. Aggraver les tensions maritimes qui existent entre la Chine et le Japon ne va donc pas dans l’intérêt des deux Etats. Certes, la force est importante, il est fondamental de ne pas céder et de montrer qu’on a des revendications qu’on veut atteindre. Mais le poids du passé est très lourd et les acteurs publics sont conscients qu’il y a un seuil à ne pas franchir.

Il faut tout de même prendre en compte le fait que plus la chine se développe - et c'est inconstatable - plus elle a des exigences à l’égard du Japon. C'est pour cela que les Japonais ont indemnisés, à plusieurs reprises, des victimes chinoises ou encore ont présenté des excuses pour les crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le Japon est davantage dans une posture consistant à plaire aux opinions publiques chinoises, de flatter le nationalisme en Chine. Ainsi, malgré les conflits tels les îles Senkaku ou d’autres dossiers comme la Corée du Nord, il y a une forme d'accord implicite entre les deux pays, qui savent qu’il y a un seuil à ne pas franchir. C’est un peu comme les Etats-Unis et feu l’URSS.

Quelle comparaison peut-on établir avec les rivalités navales entre la Grande-Bretagne et l'Allemagne qui ont ouvert la voie à un conflit global il y a exactement un siècle ? La rivalité Chine-Japon pourrait-elle déclencher le même genre de catastrophe ?

Tout parallèle historique doit être pris avec grande prudence. La situation n’est pas comparable en termes militaires. 

En 1914, les britanniques avaient le contrôle des mers du globe en termes de capacité militaire et en termes de maîtrise des points stratégiques. Tous les coins de passage clés étaient sous contrôle britannique, soit directement (comme l'Afrique du Sud), soit indirectement (comme pour Malacca grâce à des accords préférentiels). Les Allemands avaient un empire colonial très limité mais ont fait un réel effort pour tenter de rattraper - en termes de tonnage - la marine britannique. Comme ils n'y sont jamais arrivés, cela a contribué à aboutir à la Première guerre mondiale. 

La Chine mène un réel effort en termes de flotte. Les budgets militaires de la Chine sont aujourd’hui autour de 150 milliards de dollar. Il s'agit du deuxième budget militaire au monde après les Etats-Unis. Mais en termes de capacité opérationnelle, la Chine est loin du Japon. Certes la Chine a aujourd’hui la troisième marine du monde en termes de tonnage (après la Russie, bien qu'elle la dépassera probablement la dans quelques années, voire quelques mois). Mais d’une, la Chine a une marine côtière, c’est à dire qu’elle n’a pas la capacité à se projeter au-delà de l’Océan indien, et de deux elle n’a quasiment aucune base relais. Quand bien même la elle pourrait se projeter, il faut pouvoir faire escale, se ravitailler et  disposer de pays d’accueil en cas d'incident, ce que la Chine n'est pas, aujourd'hui, en mesure de faire. Les Japonais, quant à eux, ont une force navale importante certes, mais ont une force de défense côtière. Ils n’ont pas de porte-avions et dépendent du système de communication américain.

Ainsi, nous ne sommes pas du tout dans la logique de 1914, où les Britanniques avaient une puissante marine et des bases relais un peu partout. 

A-t-on tort de penser que deux pays dont les économies sont si complémentaires comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne, ou encore la Chine et le Japon, ne peuvent se faire la guerre ? 

Malheureusement, oui. C’est une question récurrente. Le Japon a comme premier client la Chine, c’est incontestable. Et la Chine a comme premier client le Japon. Mais attention, dans ces flux commerciaux qui paraissent importants et qui semblent dire que les deux Etats sont imbriqués, il s'agit la plupart du temps de flux de réexportation. Le commerce est donc en fait moins important qu’il n’y paraît.

Mais l’économie n’empêche pas la guerre. Il suffit de regarder 1914 et l'Europe : non seulement on avait des intérêts économiques importants, mais les grandes familles royales avaient des liens de parenté ! L'imbrication économique, les intérêts mutuels, n’empêchent pas les conflits.

Ceci étant dit, dans le cadre Japon-Chine, une guerre n’est pas envisageable car elle ne pourrait avoir lieu sans l’intervention des Etats-Unis. Pour la chine, ça n’a aucun sens. Le pays vit en grande partie du fait qu'elle attire des investisseurs étrangers. Si, de par sa politique étrangère, elle ne garantit pas la pérennité des investissements, les investisseurs iront ailleurs, dans d’autres pays émergents comme l’Inde ou le Bangladesh. Ce n’est pas l'intérêt de la Chine que de se montrer agressive.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pehm
- 23/01/2014 - 20:05
@ Vinas Veritas
Un tel scenario appartient peut-être au futur ; pour l'instant, la marine et l'aviation japonaises surclassent largement celles de la Chine. La marine japonaise est particulièrement moderne et puissante ; sa discrétion, du fait de la politique non-interventionniste de ce pays, reste méconnue de nos médias mais elle est considérée comme la deuxième ou troisième plus puissante marine de guerre de monde.
Le Japon ne pourrait pas débarquer et conquérir la Chine, mais cette dernière ne le peut pas plus. Seul moyen : une attaque nucléaire. A priori, la réplique américaine suivrait... Et les USA élimineraient directement et indirectement, deux puissances conquérantes. En réalité aucun des trois pays ne voudrait d'un tel acte de folie (même les USA seraient ravagés), mais personne n'a vraiment souhaité la première guerre mondiale...
Vinas Veritas
- 23/01/2014 - 19:10
guerre Sino Nippone
Avec un peu de réflexion sur le contenu de l’article, j’écris ici ce post en tant que spécialiste déclaré de l’extrême orient pour la bonne raison que je n’y connais absolument rien.
Une guerre sino nippone semble parfaitement impossible pour toutes les raisons invoquées et cela devient donc un risque éminent possible.
La marine indispensable pour toute invasion d’une ile se classe dans les 2 pays dans la stratégie de la défense côtière et Chine investit massivement dans la sienne. La simple mesure de distance séparant les cotes placent une attaque chinoise en capacité de réussir un débarquement massif avant la réaction probable d’un corps expéditionnaire naval de la force pacifique US.
L’invasion du Japon par l’infanterie de marine signifie pas mal de pillage, encore plus de destructions quand bien même la victoire finale sera occidentale. Ainsi la Chine gagne un point économique par élimination d’un redoutable concurrent rabaissé pour quelques années au rang de l’anecdotique.
Pas besoin de relais intermédiaire dans ce conflit et la présence d'un allié Nord Coréen ajoute un aspect non décrit dans la survenue d'un conflit autour de la mer de Chine.
Ravidelacreche
- 23/01/2014 - 17:07
Faudrait savoir ?!
"...qui n'est pas sans rappeler la rivalité germano-britannique..."
"...Tout parallèle historique doit être pris avec grande prudence. La situation n’est pas comparable en termes militaires."