En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 13 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 15 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 6 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 18 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 38 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 40 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 7 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 36 min
© Reuters
L’État français s'apprête à ratifier la Charte européennes des langues régionales.
© Reuters
L’État français s'apprête à ratifier la Charte européennes des langues régionales.
Do you speak breton ?

Comment adapter la Charte des langues régionales sans creuser davantage les fractures de la société française

Publié le 22 janvier 2014
Quinze ans après l'avoir signée, l’État français s'apprête à ratifier la Charte européennes des langues régionales. Un changement qui amène à réviser la Constitution, qui dispose que "la langue de la République est le français".
Vincent Laborderie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laborderie est chercheur à l'Université Catholique de Louvain, ses recherches sont particulièrement concentrées sur les conditions de reconnaissance d'un État, les processus menant à l'indépendance et l'évolution du fédéralisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quinze ans après l'avoir signée, l’État français s'apprête à ratifier la Charte européennes des langues régionales. Un changement qui amène à réviser la Constitution, qui dispose que "la langue de la République est le français".

Atlantico : Quinze ans après avoir signé la Charte européenne des langues régionales, sa ratification est débattue à l'Assemblée nationale. Toutefois, cette mise en œuvre requiert une adaptation de la constitution qui stipule aujourd'hui en son article 2 "la langue de la République est le français". Y a-t-il réellement au sein de la société française une demande sur cette question des langues régionales ? Si oui, comment l'interpréter ?

Vincent Laborderie : Il y a effectivement une demande, même si celle-ci ne provient pas d'une majorité de la population. Elle vient de régions où la langue est encore vivante (Alsace, Pays Basque, Bretagne par exemple) ou de groupes plus restreint de militants motivés. Il ne faut pas oublier par ailleurs les langues de territoires d'outre-mer. Il s'agit le plus souvent d'afficher une culture particulière. Mais dans l'immense majorité des cas, cette culture n'est pas vécue comme étant en contradiction avec la culture française.

Alors que la société française semble de plus en plus fracturée, est-ce vraiment le moment de ratifier la charte ? Le fait de l'adapter ne va-t-il pas creuser davantage les fractures de la société française ?

Je ne le pense pas. Les fractures que connait la société française ne concernent pas les fractures régionales, ou qui pourraient correspondre aux langues régionales. Il s'agit davantage de fractures entre catégories sociales ou de fractures politiques. Les fractures géographiques qui existent sont davantage entre territoires urbains, péri-urbains, et campagnes. Les fractures entre les régions sont très loin d'être les plus importantes.

La pratique – qui plus est constitutionnelle – des langues régionales ne risque-t-elle pas de développer le communautarisme ?

Le risque est faible car ces langues sont toujours parlées en plus du Français. Même si la pratique de ces langues progresse (ce qui est loin d'être sûr), je ne pense pas que l'on voie émerger des communautés qui parleraient uniquement une langue régionale ou qui refuserait de parler Français.

Alors que les enfants ont de plus en plus de problèmes avec le français, ne serait-il pas plus pertinent de se concentrer sur leur langue nationale que de leur apprendre une deuxième langue régionale et prendre ainsi le risque qu'ils ne maîtrisent parfaitement aucune des deux langues ?

Toutes les études montrent qu'apprendre deux langues à la fois n'est pas source de problème d'apprentissage pour la langue principale. Le problème peut cependant se poser pour un enfant dont le français n'est pas la langue maternelle et qui apprendrait donc deux langues "étrangères" à la fois. Dans tous les autres cas c'est plutôt bénéfique : l'enfant apprend à jongler entre deux langues et a ensuite plus de facilités pour en apprendre d'autres. Il n'y a pas ce blocage initial à apprendre une autre langue qu'ont certains Français. Surtout, certaines langues régionales (alsacien, occitan, flamand) sont assez proches de langues de pays voisins. Il est donc assez facile ensuite d'apprendre cette langue.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
RBD
- 25/01/2014 - 01:06
Précisons
Le pays Valencien et les Baléares parlent aussi des dialectes du catalan, le séparatisme y est moins que résiduel. Le nord de l'Italie a des dialectes propres de l'italien comme dans le reste de ce pays. Le référendum écossais est bien mal parti et le scot et le gaélique y sont à ce que je crois savoir très peu pratiqués, le finnois n'a rien à voir avec le suédois qui est néanmoins aussi officiel en Finlande, le problème en Belgique venant du poids culturel du français pendant des décennies alors qu'il n'était la langue que d'une (forte) minorité de la population, minant le terrain pour bien des rancœurs. En Algérie, la différence des cultures dépassait largement celui des langues…

Il me semble exagéré de lier automatiquement langue minoritaire et séparatisme. La subsistance sous l'Ancien Régime de multiples langues et dialectes aux côtés du français obligatoire dans l'administration depuis l'édit de Villers-Cotterêts ne gênait personne jusqu'aux Lumières. Et cet édit ne venait pas lutter contre ces autres langues de France, mais contre le latin qui servait encore (!) pour nombre de documents officiels dans le Midi.
jurgio
- 23/01/2014 - 16:29
Les pays du Nord !
Ils ont tous une langue racine commune (le norrois). Heureusement pour eux ! La Norvège et le Danemark se comprennent parfaitement à l'écrit et à l'oral, le norvégien étant du danois légèrement altéré. Ce sont tout de même deux pays aujourd'hui indépendants. Le Suédois est aussi une langue germanique où plusieurs dialectes se sont générés au moyen-âge (prononciation puis déclinaisons passant peu à peu à la trappe). La Suède obligée de mettre de l'ordre pour moderniser et homogénéiser ces parlers multiples (patois, en réalité) a dû créer une langue officielle ! en deux fois : le nysvenska (XIXE siècle) puis le nusvenska (XXè siècle) ! Généralement, ces pays nordiques se comprennent entre eux ! (Finlande comprise) Rien à voir avec un Parisien qui entend parler le gaëlique, le catalan ou le basque !
jurgio
- 23/01/2014 - 15:49
Le multilinguisme !
La Catalogne est prête à se séparer de la Castille ! L'Italie a sa Ligue du Nord et celle-ci bataille depuis des décennies pour se passer de la Sicile et des Pouilles ! L'Écosse bataille pour son autonomie ! La Belgique, inutile de s'étendre. En Allemagne, les länders ont chacun leur propre constitution mais lors du rattachement des deux nations séparées, cela s'est fait rapidement grâce à la langue commune qui leur est restée. Un État fédéral, de toute façon. Dans le département d'Algérie, échec de l'État qui n'a pas pu gérer deux cultures. La Suisse est une réunion de cantons souverains mais réunis pour les droits régaliens. Mais quel poids a la Suisse en Europe ? On connaît tous Genève et Neufchâtel francophones mais quid de Fribourg, de Berne bilingues ?