En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Les nouveaux bien-pensants : quand le rationnel cède le pas à l’émotionnel chez le politique

Publié le 19 janvier 2014
Avec
Et si la cause de la séparation toujours plus accentuée entre les élites et le peuple était à chercher ailleurs que dans les racines économiques et sociales de la crise ? Car ceux qui ont le pouvoir de dire et de décider ne veulent pas voir le monde, leur monde , changer. Il faut, pourtant, trouver de nouveaux mots pour éviter les maux qui frappent notre société et construire de nouvelles règles du vivre-ensemble. Extrait de "Les nouveaux bien-pensants" (2/2).
Michel Maffesoli, professeur à la Sorbonne, membre de l’institut universitaire de France, est le théoricien, internationalement reconnu, de la postmodernité. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, traduits en de nombreuses langues.Hélène Strohl,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, professeur à la Sorbonne, membre de l’institut universitaire de France, est le théoricien, internationalement reconnu, de la postmodernité. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, traduits en de nombreuses langues.Hélène Strohl,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si la cause de la séparation toujours plus accentuée entre les élites et le peuple était à chercher ailleurs que dans les racines économiques et sociales de la crise ? Car ceux qui ont le pouvoir de dire et de décider ne veulent pas voir le monde, leur monde , changer. Il faut, pourtant, trouver de nouveaux mots pour éviter les maux qui frappent notre société et construire de nouvelles règles du vivre-ensemble. Extrait de "Les nouveaux bien-pensants" (2/2).
Avec

En s’appuyant sur des pensées courtes, celles fondées sur l’urgence et le prurit de servir, le politique n’agit pas avec discernement. Ce qu’il paye, rapidement, au prix fort. La déconsidération de la parole publique ; le fait qu’elle n’intéresse que quelques « accrocs » ; plus grave encore, le phénomène de l’abstention prenant de plus en plus d’ampleur ; voilà autant d’expressions de la saturation de l’idéal démocratique sur lequel a reposé la modernité. Nous l’avons déjà dit, derrière Alexandre le Grand, il y avait Aristote. Tout est symbole ; mais celui-ci est, particulièrement, parlant en ce qu’il souligne l’impérieuse nécessité pour l’action publique de s’abreuver à une pensée authentique. Et pour ce faire de cultiver la réflexion et la sagesse qu’engendre la solitude, afin de repérer l’importance de l’inapparent, c’est-à-dire apprécier la permanence des choses qui va se réfugier dans ce qui semble insignifiant. Georg Simmel a proposé pour cela la belle image du « roi clandestin ». Celui qui a une puissance bien plus forte et autrement plus durable que le pouvoir on ne peut plus fragile et de courte durée.

La réalité (économique, politique, sociale) est sans consistance si on oublie le Réel, gros des possibles sur lequel elle repose. Les grands politiques ne s’y sont pas trompés qui étaient, avant tout, des rêveurs ou des mystiques. C’est souché sur l’arbre de la connaissance que le politique trouve sa dignité. À défaut il va s’achever en eau de boudin : la fameuse politique politicienne, objet de la risée ou du mépris général. C’est ainsi, également, qu’il saura saisir « l’esprit-principe », « l’idée-force » propre à chaque époque historique, et qui est l’agent souterrain donnant vie et mouvement. Chateaubriand, à ce propos, rappelle que l’on ne peut étouffer cette « électricité sociale » qui meut le peuple. Ajoutant : « Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle, comme vous vivez avec la machine à vapeur. Il faut apprendre à vous en servir. »

Il suffit de changer quelques mots, ajouter : Twitter, blogs, réseaux sociaux, Internet, etc. pour souligner l’actualité de cette « électricité » qui, tout en étant immatérielle, n’en est pas moins terriblement efficace. Car qu’est-ce que le politique sinon le fait, tout simplement, d’habiter avec d’autres en un lieu donné. Un lieu faisant lien. Le lien, c’est une terre natale ou d’accueil, ayant un style spécifique, une odeur, un ciel où elle se reflète, en bref une biosphère à partir de laquelle peut croître un être-ensemble. En son temps, j’avais nommé cela l’enracinement dynamique. Oxymore soulignant l’entrecroisement du temps et de l’espace. Ce à partir de quoi se constitue la communauté de destin. Encore faut-il, avec justesse, repérer les caractéristiques de cette communauté en un moment donné : c’est cela l’art du politique. C’est en cela qu’il est en phase avec son époque et, donc, peut la représenter d’une manière tout à la fois pertinente et prospective.

Le problème est qu’un cycle est en train de s’achever. La crise dont on nous rebat les oreilles en est la manifestation achevée. Ce sur quoi reposait l’idéal démocratique moderne peut se résumer on ne peut plus simplement. C’est à partir d’une représentation philosophique que se légitimait une représentation politique. Ainsi tel homme politique exposait un programme rationnel, et c’est sur la validité de ce programme qu’il obtenait, après avoir convaincu l’électeur, son suffrage. Seule la raison était, ainsi, sollicitée. Le fameux contrat social élaboré dans la foulée de la philosophie des Lumières, ou encore l’idéal démocratique se constituant tout au long du XIXe siècle étaient la cause et la conséquence de la représentation philosophico-politique de la modernité.

Voilà ce qui est en train de changer. Une transfiguration du politique s’opère, à grande vitesse, sous nos yeux. Le rationnel cède le pas à l’émotionnel. Le contrat de longue durée se mue en pacte éphémère. Dès lors, à l’encontre de ce à quoi il est habitué, à l’encontre de ce qui lui fut instillé dans les écoles dont c’était le fond de commerce (Sciences Po, l’ENA, l’ENS de la rue d’Ulm et autres grandes écoles d’obédience jacobine), le politique doit moins démontrer, ou expliquer, un projet lointain que faire participer à une vision commune.

Extrait de "Les nouveaux bien-pensants", Michel Maffesoli et Hélène Strohl (Editions du moment), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

Karl Lagerfeld : l’art et les manières

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pierre325
- 20/01/2014 - 08:21
l'émotionnel tout le monde en possède
Le rationnel ça demande des compétence et du travail. En gros c'est plus simple de parler d'amour et d'eau fraiche que de se dire qu'il va falloir mettre les mains dans le cambouis.
kiki08
- 19/01/2014 - 17:28
penser
en tant qu'artisan ,JE PENSE que les gouvernements successifs que
j'ai connus m'ont tous pris pour un con .j'ai eu des collaborateurs.
la situation devenant intenable ,JE PENSE que je n'ai pas eu d'autre choix que de m'en séparer. malgré beaucoup de demande
JE PENSE que malgré les réductions d’impôts et les simplifications promises je vais continuer seul.
JE PENSE même que je vais réduire mon activité,réduire les
investissements ,et les frais au maximum.
JE PENSE même comme quelques collègues, demander
le RSA .comme quoi, penser c'est a la portée de tout le monde .
bosser quant on et pris pour le dernier des cons c'est une
autre histoire. tant que nous serons dirigés par un ramassis
de porcs entre coquins ,qui pensent qu'a, leur gueule leur poche
et leur queue ,rien ne vas s'arranger.
bebert4
- 19/01/2014 - 12:46
A ravidelacreche
C'est cela la decadence.