En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 6 heures 56 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 8 heures 45 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 8 heures 16 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 21 heures 14 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Le nouveau billet de 10 euros.
© Reuters
Le nouveau billet de 10 euros.
Il était une fois (l')Europe...

Une princesse dans votre portefeuille : l'Europe choisit enfin une représentation ayant un sens historique sur le nouveau billet de 10 euros

Publié le 17 janvier 2014
Vous n'avez jamais rien compris aux ponts et autres arcs représentés sur nos billets d'euros ? Réjouissez-vous, l'Union européenne vous offre une jolie histoire de princesse qui fait sens sur son nouveau billet de dix euros.
Gérard Bossuat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vous n'avez jamais rien compris aux ponts et autres arcs représentés sur nos billets d'euros ? Réjouissez-vous, l'Union européenne vous offre une jolie histoire de princesse qui fait sens sur son nouveau billet de dix euros.

L’apparition d’une figure de la légende de l’antiquité grecque sur le nouveau billet de 10€, la princesse Europe, est-elle le signe d’une évolution des mentalités en Europe et au sein des dirigeants européens ?

Écartons l’idée qu’il n’y ait eu aucune intention. Dans ce domaine si important des signes monétaires, toute image retenue sur le billet prend une signification particulière parce que depuis que les billets de banque existent, leurs signes de reconnaissance extérieure sont  toujours soigneusement étudiés en vue de rendre hommage à une figure représentative de l’histoire ou de la culture du pays qui l’émet. Songeons au dollar américain et à nos anciens billets de francs. D’un autre côté, les articles très succincts concernant ce nouveau billet présente ses caractéristiques techniques, sa longévité supposée, son in-falsification espérée par la multiplication des détails supposés déjouer les faux-monnayeurs.

La figure d’Europe, personnage mythique antique, n’apparaît que dans le filigrane et l’hologramme de chaque coupure. Cette disposition a été retenue pour la nouvelle série de billets quelle que soit leur valeur faciale. Ainsi en est-il déjà des nouveaux billets de 5€.

La figure d’Europe retenue par la BCE pour figurer sur une partie très discrète du billet vient d'un vase antique en céramique du 4ème siècle avant notre ère appartenant aux collections du musée du Louvre à Paris.
Ce n’est donc pas une reproduction de bonne qualité de l’œuvre du céramiste grec.

Qui est Europe ?
Il ne faut pas confondre car il y a plusieurs Europe : d’abord une fille d’un roi d’Eubée et amante de Poséidon, mère d’un des Argonautes, ensuite une petite déesse inconnue, perdue parmi 3000 de ses sœurs, filles d’Océanie. Mais il y en a une troisième qui subjugue Zeus par sa beauté et qui semble bien être celle représentée sur le vase antique et sur nos billets. On connaît le mythe car un poète, Moschos de Syracuse, en 150 avant J.-C. l’a fixé. Elle a été reprise par Ovide dans Les Métamorphoses et popularisée au Moyen-âge. Moschos raconte qu’Europe, fille du roi de Tyr, Agénor, s’occupait des troupeaux de son père tout en batifolant sur les prairies du bord de mer avec ses compagnes, quand vint de la mer un magnifique taureau. Séduite par la douceur de l’animal, elle l’enfourcha et se vit transportée sur la mer par l’animal qui s’avéra être le roi des dieux, Zeus. Se découvrant à elle en Crète où ils étaient arrivés, Zeus honora la charmante Europe qui lui donna trois fils : Minos, associé au labyrinthe, Sarpédon, et Rhadamanthe, juges des enfers. Parti à sa recherche, un des ses frères, Cadmos, fonda la ville de Thèbes et apporta l’alphabet aux Grecs.

Je doute que les billets de 5€ et de 10€ puissent rappeler cette histoire à tous les Européens.
Pourtant, celle-ci ouvre des horizons aux Européens. Comme la fille d’Agénor, les Européens sont les enfants spirituels et culturels de l’Asie méditerranéenne qui a contribué à notre alphabétisation et à notre culture. Les Grecs dont nous sommes aussi les héritiers par la philosophie, la pensée, l’art et les techniques doivent beaucoup à cette partie de l’Asie, prolongée par Alexandrie d’Égypte. Le nom de ce continent qui fait son unité, l’Europe, vient de ce Liban qui ne nous laisse jamais indifférent.

Les Européens ont besoin de mythe pour s’unir et aimer être ensemble. La référence à la fille d’Agénor, Europe, quoiqu’un peu complexe, rappelle que nous venons d’un vieux fond de civilisation partagé par tous les Européens (et d’autres aussi). L’Europe est capable de vivre sa diversité qui est sa richesse culturelle dans le cadre d’un système communautaire moderne. Il serait sans aucun doute indispensable de mettre sur nos billets, à côté d’Europe de Phénicie, le visage d’un ou d’une grand(e) fondateur/fondatrice de l’unité européenne contemporaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pascalou2
- 17/01/2014 - 21:10
bojour
oui c est une bonne evolution a minima....maisil aurai mieuxete inspirer de representer inna ....comme sur les timbre français , image d une liberter qui se meurt...cqfd

que dire au elite , il n on meme pas compris le symbole d urope qui aurai refuser d e figurer sur de simple billet ...mais il sont loin de l immaginer...cqfd

ce n est pas demain que la ythologie plira sous le poids de la archandisation des idée ...si l euro etait ethique ele n aurai pas dit non ..lol

pascalou

pascalou
Baskerville
- 17/01/2014 - 19:08
Euro mais pas heureux
Ces billets ont toujours été d'une platitude infinie. Plutôt que des portes et des ponts, on aurait pu se mettre d'accord pour représenter Voltaire, Goethe, Dante, Cervantès, Érasme... Ou Vélasquez, Léonard, Matisse, Rembrandt... Pour exprimer une riche culture commune, dans tous les domaines. Les euros sont des billets de technocrates imbéciles, sans humanité, sans idéal. Il est toujours temps de changer.
mich2pains
- 17/01/2014 - 13:50
UNE EUROPE TECHNOCRATIQUE .....
à l'image de nos administrations Franco-françaises !
Qui n'a pas encore vu , en France , des ponts jetés par dessus ...rien , venant de nul part et allant ...nul part ?
Qui n'a pas eu à payer sur ses impôts des fonctionnaires ou assimilés , occupés uniquement à manipuler un et un seul formulaire , toute leur petite vie ?
Qui peut encore dire si ces derniers sont des Hommes (?) ou des FEMMES (?) ou ...autre choix tellement ils/elles sont déshumanisés ?
Heureusement que de temps en temps , les pendules sont remises violemment à l'heure et que ces Structures Administratives et Artificielles retournent au NEANT ( URSS) !