En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Entre 1982 et 2011, la France a gagné 9,4 millions d’habitants, dont 20% dans l’aire urbaine de Paris.
La France qui boome, celle qui décline
Recensement : qui sont les Français qui choisissent où ils habitent et ceux qui le subissent ?
Publié le 16 janvier 2014
Entre 1982 et 2011, la France a gagné 9,4 millions d’habitants et quasiment toutes les grandes métropoles ont gagné en population. Focus sur ce qui se cache derrière la vitalité ou le déclin de certaines villes françaises.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre 1982 et 2011, la France a gagné 9,4 millions d’habitants et quasiment toutes les grandes métropoles ont gagné en population. Focus sur ce qui se cache derrière la vitalité ou le déclin de certaines villes françaises.

Atlantico : Entre 1982 et 2011, la France a gagné 9,4 millions d’habitants, dont 20% dans l’aire urbaine de Paris et 30% dans les 13 plus grandes aires urbaines de province. Comment expliquer concrètement l'attrait des métropoles et de la capitale auprès des populations et, notamment, des jeunes adultes ?

Laurent Chalard : Si quasiment toutes les grandes métropoles gagnent des habitants, par contre, cela ne signifie aucunement qu'elles sont toutes attractives. En effet, un certain nombre d'entre elles, à commencer par Paris, voient leur population progresser uniquement du fait d'un solde naturel très positif, c'est-à-dire d'un fort excédent des naissances sur les décès, qui fait plus que compenser le déficit migratoire conséquent. Il y a donc plus de personnes qui quittent ces métropoles que de personnes qui arrivent.

Elles sont attractives uniquement pour les étudiants (présence des universités) et les jeunes actifs (grâce à leur marché de l'emploi plus diversifié et plus dynamique), mais pas pour les autres classes d'âges. Cependant, se dégagent des métropoles disposant d'un solde migratoire positif comme Toulouse, Montpellier ou Bordeaux. Elles combinent développement économique (high-tech : aéronautique, aérospatiale, informatique, biotechnologies...) et cadre de vie jugé attractif. Ce sont les seules à mériter le terme "attractive". 

Dans toutes ces grandes aires, les communes de la couronne périurbaine sont toujours plus dynamiques que l’agglomération elle-même. Cette tendance s'explique-t-elle uniquement par des raisons pécuniaires ? Peut-on dire que le centre-ville souffre de défauts inhérents à la centralité ?

Non, la périurbanisation est avant tout le produit de la recherche par les classes moyennes de la maison individuelle et de son jardin s'inscrivant dans l'optique d'un "retour vers la nature". C'est donc un choix qu'ont effectué ces populations, fuyant les villes-centres et leurs inconvénients (densité, promiscuité, pollution, logements exigus...).

Par contre, au fur-et-à-mesure du temps, les prix se sont envolés dans les périphéries proches et recherchées des grandes métropoles et donc les populations moins argentées ont dû s'éloigner de plus en plus de la ville-centre, ce qui fait que leur choix de localisation est devenu "subi", c'est que l'on appelle l'espace périurbain subi.

Des villes comme Rouen ou Lille ont une démographie moins dynamique que la moyenne nationale. A quoi ce phénomène est-il dû ?

Ces agglomérations sont moins dynamiques du fait de leur héritage industriel, type d'activité qui a fortement périclité en France depuis 30 ans. En conséquence, les destructions d'emplois ont été beaucoup plus fortes que dans les autres métropoles, entraînant des départs de population beaucoup plus importants, d'autant que la diversification de leur économie n'était pas assez importante au départ. Elles pâtissent aussi de l'image négative de leur région, respectivement la Haute-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais, qui les rend peu attractives pour les autres Français et donc aussi pour les investisseurs.

Certaines grandes agglomérations du nord de la France ont eu tendance à perdre des habitants sur trente ans. C'est le cas de Valenciennes, Le Havre, Dunkerque ou encore Saint-Étienne. Ces villes pâtissent-elles des restructurations industrielles ? Et d'autre chose ?

Effectivement, ce sont les villes qui ont le plus souffert des restructurations industrielles, en particulier dans l'industrie lourde (sidérurgie, métallurgie, chantiers navals...), grande pourvoyeuse d'emplois.

Cependant, on notera la divergence de leurs trajectoires récentes : Valenciennes voit sa population se stabiliser depuis 1999 grâce à une politique de redressement économique particulièrement réussie (automobile, secteur ferroviaire avec le siège de l'agence ferroviaire européenne, logistique, mais aussi numérique avec projet d'un technopôle), alors que les autres continuent de décliner. C'était la plus mal partie dans les années 1980 et c'est aujourd'hui celle qui s'en sort le mieux parmi les villes déclinantes. 

En quoi les répartitions géographiques déstabilisent les équilibres sociaux préexistants ? Comment se manifestent les tensions sociales qui découlent de ces nouvelles répartitions  géographiques ? Et politiques ?

La population bougeant, cela a bien évidemment des conséquences électorales. L'arrivée massive de retraités dans les zones balnéaires et dans certains espaces ruraux attractifs renforce leur ancrage à droite, puisque les retraités votent plus à droite que la moyenne. Parallèlement, le départ des "classes moyennes basses" des quartiers populaires des grandes métropoles vers "l'espace périurbain subi" conduit à un transfert d'électeurs frontistes vers ce dernier.

A l'opposé, la concentration des catégories intellectuelles, traditionnellement orientées à gauche, dans le centre des grandes métropoles, ainsi que des minorités au sens large (sexuelles, ethniques...) qui votent elles aussi plus à gauche, explique leur basculement progressif à gauche (Paris ou Lyon par exemple).

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
coucou.cmoi35
- 17/01/2014 - 01:49
@mich2pains
J'ai une grande nostalgie pour toutes ces années pendant lesquelles j'ai logé chez l'habitante.
Gégé Foufou
- 16/01/2014 - 15:41
Tous à l'Ouest
C'est le réflexe des français qui fuient le grand remplacement .
L'est, la couronne parisienne, le Nord, Rhône Alpes et la région PACA sont délaissées aux "Chances pour la France" A l'Ouest le résistance devra s'organiser ou bien se sera la valise et le bateau ... comme en 62 en Algérie, ou bien l'assevissement à un Etat islamiste soumis à la charia.
Bel avenir pour nos petits enfants? La faute à qui ? Ne détournez pas la tête, regardez autour de vous.....
Anguerrand
- 16/01/2014 - 15:06
10 millions d'habitants en plus en 20 ans?!!!!!
Comment expliquer une telle hausse alors que les naissances actuelles permettent à peine le renouvellement de la population des français? Pourtant nous avons " l'aide " des DOMTOM et de la plus grande maternité de " France" ;Mayotte.
La différence provient bien entendu de l'immigration massive, je ne vois aucune autre explication plausible.
On dit 66 millions mais c'est sans compter sur la population sans papier,illégale, ROM, etc...peut être déjà 70 millions réels.