En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 6 heures 40 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 8 heures 30 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 9 heures 59 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 11 heures 18 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 11 heures 56 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 6 heures 25 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 13 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 7 heures 58 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 8 heures 20 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 1 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 11 heures 36 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 12 heures 42 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 13 heures 33 min
 Les contes participent à la construction psychique des enfants.
 Les contes participent à la construction psychique des enfants.
Un jour mon keum viendra

Nos tentatives de meurtre sur le prince charmant sont-elles bénéfiques pour les petites filles ?

Publié le 13 janvier 2014
Avec
Le prince charmant, idéal masculin quelque peu machiste et longtemps considéré comme absolu, en a pris un coup ces dernières années, notamment dans les fictions qui en faisaient autrefois l'apologie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute.Catherine Monnot est née en 1977. Diplômée en histoire géographie et docteur en anthropologie, elle pratique l’approche ethnographique pour ses recherches.Son secteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prince charmant, idéal masculin quelque peu machiste et longtemps considéré comme absolu, en a pris un coup ces dernières années, notamment dans les fictions qui en faisaient autrefois l'apologie.
Avec

Atlantico : De plus en plus de dessins animés ou de films pour enfants tels que "La Reine des neiges", actuellement en tête du box-office américain, montrent une image moins idéaliste du prince charmant, tel qu'on le voyait autrefois. Est-ce la fin selon vous du mythe du prince charmant ? Pour quelles raisons ?

Sylviane Barthe-Liberge : Depuis les travaux de Bruno Bettelheim, nous savons que les contes participent à la construction psychique des enfants. Ces histoires symboliques présentent des archétypes universels. Et ces derniers jouent un rôle déterminé qui permet à l’enfant de se construire une représentation des forces qui l’animent, voire l’inquiètent parfois.

La question du « Prince charmant » vient en fait de l’Inde, avec le Dieu Rama, héros du Ramayana, source de nombreux contes. Mais, si l’on se réfère aux théories de Carl Gustav Jung, pour les jeunes filles, il est le symbole de l’animus (part masculine) qu’elles doivent attirer et amener à la conscience. C’est-à-dire la part cachée inconsciente, qui ne se manifeste de manière négative que parce qu’elle est ignorée et refoulée. Or, l’animus (tout comme l’anima chez les garçons) se forme au cours de la petite enfance à partir des inconscients collectifs et des imagos parentales (le père pour la fille). L’animus se caractérise par des qualités comme le courage, l’affirmation, l’intelligence rationnelle et analytique…


Il est vrai qu’aujourd’hui, nous assistons de plus en plus à une évolution de la représentation du Prince charmant (qui est parfois même bien égratignée comme dans Shrek). Mais c’est une évolution qui est à l’œuvre depuis des siècles ! Par exemple, au 17ème siècle, les contes sont particulièrement cruels (les loups mangent les enfants, les sorcières sont de vieilles femmes hideuses et terrifiantes…). Au 19ème siècle, la cruauté est toujours présente mais axée sur d’autres thèmes liés aux circonstances sociales et économiques du moment (famine, froid, pauvreté… Certains contes se finissent même mal et surtout, les filles sont destinées à se marier et à avoir beaucoup d’enfants, systématiquement). Au 21ème siècle, on cherche davantage à protéger les enfants de représentations violentes, au profit de la transmission d’idéaux individualistes.

Dans cette suite logique, et en lien avec les théories jungiennes, nous voyons des héroïnes de dessins animés devenir plus actives, affichant leur animus : c’est le cas notamment dans Rebelle, mais aussi dans la Reine des neiges. C’est sans doute aussi dû à l’influence, depuis des décennies, des mouvements féministes. Le prince charmant devient alors moins sublime, mais plus réaliste.

Catherine Monnot : Le mythe du prince charmant n'a pas du tout disparu, puisque les contes traditionnels font toujours partie de la culture enfantine. En outre, l'éducation faite aux petites filles leur apprend que les sentiments restent plus importants que la sexualité, et qu'il faut donc attendre le ''bon'' avant de passer à l'acte. La jeune fille continue de devenir femme au travers d'une initiation qui passe par la rencontre avec l’homme. Seulement, à cette image romantique des relations hommes-femmes se superpose les réalités d'une époque que la culture médiatique intègre aussi : à savoir que les femmes d'aujourd'hui sont autonomes, décisionnaires de leur vie, et qu'elles renversent parfois les inégalités économiques et sociales traditionnelles. Dans les dessins animés, on voit donc apparaitre le modèle, certes marginal, mais récurrent de la femme au pouvoir.

Le prince charmant est-il en quelque sorte un objet de désir inaccessible, qui en façonnant l'image des relations homme/femme que peuvent avoir les petites filles, expliquerait plus tard pourquoi beaucoup d'entre elles ont des attentes inaccessibles ?

Sylviane Barthe-Liberge : Nous avons tous besoin de rêver, surtout au cours de l’enfance, car c’est de notre capacité à rêver que nous nous construisons. Le premier prince charmant des petites filles est leur père (comme la mère est la première princesse des garçons). Je ne suis pas sûre que cet objet de désir inaccessible soit la cause des difficultés des relations homme/femme adultes. Enfants, nous vivons dans des illusions qui, au regard des expériences de la vie, volent en éclat mais pour mieux nous aider à faire face aux éventuelles difficultés à venir. C’est aussi parce que nous faisons le deuil de nos illusions que nous parvenons à nous adapter aux changements. Ces illusions, ce sont des rêves qui nous permettent d’espérer, de construire et d’élaborer. Ne serait-ce pas justement parce que nous perdons cette magie infantile que nous devenons égocentrés (venant entraver la relation duelle car peu enclins aux concessions) ?

Les attentes inaccessibles, auxquelles vous faites référence, sont souvent une preuve d’immaturité. Comme si une étape n’avait pas pu être élaborée au cours de l’enfance et venait buter dans la vie adulte. Il me semble que cette étape « altérée » est en lien avec un trop de réalisme chez les enfants. Je constate aujourd’hui que les enfants perdent très vite et très tôt les illusions magiques de l’enfance (le père Noël, la petite souris…). Peut-être est-ce trop tôt.

Catherine Monnot : Les petites filles reçoivent toujours une éducation sentimentale désincarnée et idéalisée, où il n'est guère question des réalités des relations entre les hommes et les femmes : adultères, célibat prolongé, famille mono-parentales, voire même violences conjugales. Ces réalités sont quasiment toujours absentes des scénarios proposés aux enfants dans les supports ludiques ou culturels produits pour eux. La découverte du monde réel se fait au travers de la vie de leurs parents, de leur entourage proche. Malgré tout, il reste cette bulle, cet idéal, qui a été semé en elles durant la petite enfance et qu'elles espèrent évidemment vivre plus tard, comme un modèle de réussite affective. Dans ce scénario, l'homme est forcément paré de toutes les qualités humaines. Il faut ensuite toute une vie pour parvenir à créer un équilibre entre les attentes et la réalité…

 

A l'inverse, l'image du prince charmant ne serait-elle pas aussi un peu bénéfique en encourageant aux l'envie d'avoir une relation exclusive et saine. Tout comme quand un petit garçon passionné par les super héros est encouragé à faire preuve d'honnêteté et de courage.

Sylviane Barthe Liberge : Ces images universelles sont indispensables à la construction psychique des enfants. Ces derniers sont d’ailleurs étonnants. Plus les adultes cherchent à leur imposer les réalités (sous prétexte que ce serait leur mentir), plus les enfants vont aller chercher ailleurs du magique. C’est sans doute une des raisons qui explique l’engouement des enfants (et pas seulement des garçons) pour les super héros.

Les enfants ont besoin d’images fortes et stéréotypées pour s’approprier certaines qualités, certaines valeurs. Mais aussi pour se différencier dans leur construction de l’identité sexuelle. Ces images leur donne un cadre de référence qui est rassurant et contenant.

Catherine Monnot : Le problème de l'image du prince charmant, c'est qu'il reste en lui même le véritable but à atteindre que l'on présente aux filles, comme une forme de réalisation de soi qui passerait chez elles par la rencontre avec l'amour et une mise en couple stable et durable, avec des enfants. Leur champ des possibles est très tôt réduit à cet horizon de l'espace domestique et de l'épanouissement par la conjugalité. La réalisation par le travail, l'art, le sport etc., ne sont que secondaires dans l'imaginaire collectif en ce qui concerne le bonheur au féminin.

Désormais, dans certains dessins animés, c'est l'héroïne qui a le plus de caractère et de personnalité - dans Raiponce par exemple -, qu'est-ce que cela nous dit de l'état de la relation homme/femme aujourd'hui ? Y a t-il eu un renversement de rôle dominé/dominant dans la réalité, qu'on essaie de retranscrire à l'écran ?

Sylviane Barthe-Liberge : Aujourd’hui, les femmes sont plus actives, plus entreprenantes qu'autrefois. Il est donc normal que cette évolution se retranscrive également au niveau des représentations cinématographiques. La parité et l’égalité passent peut-être aussi par les dessins animés !

Mais je constate aussi que, bien que la fille n’ait plus un rôle de potiche, il n’y a plus pour autant une relation dominant/dominé. On observe au contraire une relation de complicité et de complémentarité entre les héros.

Catherine Monnot : Il n'y a pas de renversement réel et en profondeur de la hiérarchie masculin/féminin, il suffit d'observer les statistiques concernant la part de responsabilité des femmes dans la sphère économique et dans la sphère politique pour s'en rendre compte. Il y a bien une évolution mais cette évolution est lente et partielle. On est donc plutôt ici dans l'ordre du symbolique. Mais cette évolution symbolique est déjà un pas en avant et peut contribuer à la fois à sensibiliser et à faire avancer les mentalités.

Au-delà du cliché du prince charmant, on remarque que la plupart des héroïnes de dessins animés sont souvent très belles et minces. Pourquoi est-ce si difficile aujourd'hui de se passer de ce cliché ? Qu'est-ce que cela nous dit sur notre société ?

Sylviane Barthe-Liberge : Notre société est toujours soumise au dictat de l’image et de la minceur. Y compris dans les dessins animés. La beauté se définie généralement comme la caractéristique propre d’une entité qui, au travers de l’expérience de perception, procure une sensation de plaisir ou un sentiment de satisfaction à celui qui la regarde. Cela correspond aussi aux stéréotypes inconscients collectifs.

Ainsi, un certain nombre de critères objectifs (tant pour les deux sexes que spécifiquement pour les hommes ou pour les femmes) existent : symétrie du visage, jeunesse, proportion des yeux par rapport au visage, la couleur de la peau… Ces critères sont généralement associés à des qualités telles que sociabilité, cordialité, honnêteté, responsabilité, sincérité, et même de meilleures capacités sexuelles !

Par ailleurs, la beauté est intimement liée à la finesse du corps, synonyme aussi d’élégance. Même si ces critères correspondent au désir masculin, et au regard dans lequel les filles se construisent, il répond aussi aux représentations féminines en général (et dès le plus jeune âge).

Nous sommes toujours marqués par ces stéréotypes, qui évoluent, mais lentement.

Catherine Monnot : Voilà une autre limite dans la présentation des évolutions de la place de la femme : les médias (cinéma, publicité, séries tv, dessins animés, jouets pour enfants etc), ne valident la femme indépendante et puissante que dans la mesure où elle correspond à des standards physiques très stéréotypés. La femme présentée en modèle ne peut de doute façon qu'être jeune, belle et mince, soignée et si possible avec les cheveux longs. Il n'y a que dans ce cas de figure qu'elle est autorisée à transgresser les codes traditionnels concernant les rapports de pouvoir. De cette façon elle se replace encore une fois dans la problématique de la séduction et dans le regard masculin posé sur elle. Et in fine dans la problématique de la mise en couple... La boucle est bouclée...

Propos recueillis par Ilana Ferhadian

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pascalou2
- 13/01/2014 - 20:36
bonjour @KiriNan
vous avez entierement raison ...rancois hary a plus marque l inconscient polulaire de certain conte trop moderne ...lol

ecoutons la en y reflechissant , c es sublime ...

http://www.youtube.com/watch?v=1h3zy113Nqg

pascalou
amateur de science
KiriNan
- 13/01/2014 - 20:01
Le prince charmant est un macho ringard
Et rappelons à Mme Barthe Liberge que :
1. Bettelheim était un imposteur dont les diplômes, soit disant "disparus" en Europe (brulés, etc.) n'avaient jamais existés ; il a fait le désespoir de nombreux parents d'autistes qu'il a culpabilisé affreusement sans jamais apporté le début de l'ombre d'une solution à l'autisme des enfants
2. Jung était un disciple de Freud, dont aucune des théories n'a été validée (pas plus que celles, originales, de Jung d'ailleurs)

... Donc autant citer Françoise Hardy comme référence intellectuelle.

ET oui, à bas le prince charmant : mère d'une fille, je ne souhaite pas faire de mon enfant une bobonne machiste pensant dur comme fer que seuls les mâles peuvent être des super héros ... et travailler à résoudre les problèmes
pascalou2
- 13/01/2014 - 17:16
bonjour
etat du savoir ...
-
les théories de Carl Gustav Jung sur l anima , l aminus sont tres bonne , mais demande a etre devellopée ...(on a son ancetre ,la theorie de freude sur le "complexe d oeudipe " qui certe est moin complete , mais par sur des base mythologique ,ce qui est un avantage pour lui par rapport a jung.......
-
donc reste l hypotese proposer , le conscient (changer les conte) pour il iffluance l incontient ?
-
pour moi il le peut , mais une autre question apparet en corrolaire ..
-
l incontient est il negatif ou positif pour l humain (et donc pour l humanitée)....
j aurai tendance a dire qu il est positif (mais je trouve l humain bon a la base , ça peut influancer mon jugement ...lol)plus ce qu il nous a permi d etre ...et vous qu en penser vous

-
pascalou
amateur de science