En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Mesureur de pression sur une exploitation de gaz de schiste.
Schiste power

Boosteur de croissance : pourquoi le boom énergétique américain n'est pas aussi surestimé qu'on l'a cru

Publié le 13 janvier 2014
Alors que les détracteurs de l'exploitation hydraulique annonçaient que le gaz de schiste aux Etats-Unis ne provoquerait qu'un "feu de paille", il semble que le boom énergétique soit beaucoup plus important qu'estimé. Focus.
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les détracteurs de l'exploitation hydraulique annonçaient que le gaz de schiste aux Etats-Unis ne provoquerait qu'un "feu de paille", il semble que le boom énergétique soit beaucoup plus important qu'estimé. Focus.

Atlantico : Avec l'exploitation du gaz de schiste, les Etats-Unis semblent être sur la voie de l'autosuffisance énergétique. Comment l'impact de ce boom énergétique a-t-il précédemment été estimé ? Aujourd'hui, cet impact s'avère plus important qu'estimé jusque-là. A quel niveau ?

Thomas Porcher : Je pense que c’est plutôt l’inverse. Au départ, le boom énergétique des Etats-Unis via la production de gaz et huile de schiste avait été largement surévalué notamment parce que la durée de vie des puits était estimée à 25 ans. Aujourd’hui, nous savons que la durée de vie d’un puits de gaz de schiste est plus courte, autour de 6 ans, avec un débit de gaz qui diminue très fortement dès la deuxième année. Pour maintenir une production constante avec le gaz de schiste, il faut donc sans cesse forer. D’ailleurs même l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) dans son dernier rapport reconnait qu’au-delà de 10 ans, les gaz et pétrole de schiste auront moins d’influence.

L'exploitation de la fracturation hydraulique a déjà permis de réduire le déficit commercial des États-Unis de 262,4 milliards d'euros en janvier 2012 à 133 milliards en novembre 2013 puis 34,3 en janvier 2014. Ce déficit pourrait-il atteindre zéro au cours des prochaines années ?

Tout d’abord, il faut rappeler que le déficit commercial est uniquement un indicateur et doit être traité comme tel. Pour beaucoup, l’excédent commercial est devenu un dogme sans aucun raisonnement pertinent derrière. Or l’excédent commercial n’est pas une fin en soi, il y a des excédents qui sont la conséquence d’un mauvais fonctionnement de l’économie. Par exemple cette année, l’Espagne a réduit son déficit commercial mais cette réduction, qui pour certains indiquent une sortie de crise, est surtout provoquée par la baisse des importations à cause de la forte récession de l’économie espagnole qui affiche un taux de chômage à 27% ! On peut citer d’autres exemples comme le Congo, mono-exportateur de pétrole, qui a un excédent commercial alors que 2/3 de sa population vit sous le seuil de pauvreté. Que nous apprend la baisse du déficit commercial américain, que les Etats-Unis ont réduit leurs importations de pétrole et ont augmenté leurs exportations de produits raffinés grâce à la production de gaz et pétrole de schiste. C’est une réalité. Mais cela s’est fait au pris d’un forage intensif des zones d’exploitation : cette année, il y a eu autour de 45 000 nouveaux puits forés aux Etats-Unis, c’est plus que dans le reste du monde. Par exemple au Colorado, vous avez plus de puits en activité que dans tout le Moyen-Orient !

Cette indépendance énergétique a permis aux Etats-Unis de compenser la perte de la production journalière de barils de pétrole iraniens (1,5 million) sur le marché mondial, due à l'embargo. Le boom énergétique américain peut-il faire des Etats-Unis le premier producteur mondial de pétrole ?

Il est possible que les Etats-Unis deviennent le premier producteur mais pas pour longtemps. Car comme je l’ai expliqué précédemment, la production de gaz et pétrole de schiste décline très rapidement et pour maintenir la production constante, il faut sans cesse forer. On est loin des gisements d’Arabie Saoudite d’une durée de 25-30 ans. Il faut également rappeler la forte concentration des réserves : seulement une soixante de gisement sont qualifiés de « super géants », or 60% d’entre eux sont situés au Moyen-Orient et représentent 40% des réserves prouvées de la planète.

En novembre 2013, les exportations de produits pétroliers américains ont atteint le montant sans précédent de 9,7 milliards d'euros, en hausse de 5,5% sur un mois, tandis que les importations reculaient à 20,8 milliards, leur plus bas niveau depuis trois ans. Ces chiffres peuvent-il changer la donne des relations géopolitiques internationales ? Les Etats-Unis tendent-ils à être auto-suffisants et donc indépendants des autres États ?

Même si les Etats-Unis deviennent indépendants, ce que je ne crois pas car la condition est qu’ils maintiennent le même rythme de forage pendant 20 ans (soit tout de même un nouveau puits toutes les 12 minutes), il n’y aura pas de bouleversement géopolitique. Car la puissance géopolitique d’un pays pétrolier ne vient pas de son niveau de production mais de sa capacité à remplacer un autre pays producteur défaillant. Or pour cela, il ne faut pas produire à pleine capacité comme le font les Etats-Unis mais plutôt par quotas comme le font les pays de l’OPEP. Actuellement, les pays de l’OPEP ont un niveau de production de 30 millions de barils par jour avec une capacité de production à 35 millions. Donc, si demain venait à manquer la production de pétrole d’un pays, comme se fut le cas de la Libye pendant les révoltes arabes, seul les pays de l’OPEP, et en premier lieu l’Arabie saoudite, pourront compenser le manque de pétrole sur le marché. D’ailleurs, pendant les révoltes arabes, c’est l’Arabie saoudite qui a fournit les barils manquants et non la Russie, pourtant premier producteur de pétrole. C’est donc plus la capacité à un être un producteur de remplacement qui confère un pouvoir géopolitique à un pays pétrolier que son niveau de production.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
grégoire
- 14/01/2014 - 14:20
Le titre et le chapeau disent le contraire de l'article
Un peu de sérieux la rédaction.
biturige
- 14/01/2014 - 10:20
total exploiterait en Grande Bretagne ?
bonjour ignace ,cette information hier :la société Total aurait été autorisée à opérer l'exploitation de gaz de schist en GB ? J'ai du mal à croire que nos voisins Anglais laissent agir une société française sur leur sol
ignace
- 13/01/2014 - 18:09
@biturige..là je partage
pour le moment ...il faudra nous contenter du gaz qatari (que je n’apprécie pas...pas le gaz..le Qatar)