En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 6 min 18 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 55 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 24 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 42 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 2 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 30 min 27 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 40 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 1 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 25 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 37 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 15 min
© Reuters
Containers sur un port de commerce.
© Reuters
Containers sur un port de commerce.
Cécité économique

Creusement du déficit commercial : les raisons visibles et celles auxquelles on pense moins

Publié le 10 janvier 2014
Avec
Alors que le gouvernement nous avait habitué à des promesses surréalistes, notamment à propos du chômage, confinant au déni de réalité, Nicole Bricq a pourtant qualifié de "pas bons" les chiffres du commerce extérieur français. Panorama des raisons qui expliquent ce phénomène qui pourrait s'avérer presque culturel.
Pascal de Lima est économiste et enseignant à Sciences-po. Actuellement Economiste en Chef d’EcoCell (Economiccell), cellule de veille, d’études et de conférences sur l’économie, il a 14 années d’expérience dans les milieux du conseil en management et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est économiste et enseignant à Sciences-po. Actuellement Economiste en Chef d’EcoCell (Economiccell), cellule de veille, d’études et de conférences sur l’économie, il a 14 années d’expérience dans les milieux du conseil en management et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement nous avait habitué à des promesses surréalistes, notamment à propos du chômage, confinant au déni de réalité, Nicole Bricq a pourtant qualifié de "pas bons" les chiffres du commerce extérieur français. Panorama des raisons qui expliquent ce phénomène qui pourrait s'avérer presque culturel.
Avec

Atlantico : De l'aveu même de la ministre Nicole Bricq, les chiffres 2013 du commerce extérieur ne sont "pas bons". Le déficit commercial de la France pour 2013 s'élève à 60 milliards d'euros. Euro fort, faiblesse des innovations, qualité des produits ? Quelles sont toutes ces raisons qui expliquent le creusement du déficit commercial français ?  

Pascal de Lima : Un déficit en soit, n’est pas quelque chose de très grave. Après tout, si les importations sont supérieures aux exportations, c’est que la France a du pouvoir d’achat et que les consommateurs jouissent d’une grande liberté de comparaison des prix. Les consommateurs et les entreprises. On peut presque dire que le consommateur est Roi en France et pousse à l’importation, mais que les entreprises peinent à développer leurs exportations. Cette idée n’est pas complètement erronée car on connaît les difficultés d’offre des entreprises et le modèle français très tourné vers la consommation et donc les importations.

Le problème est que ce déficit commercial n’est pas compensé par une très forte rentrée d’argent de la part des investisseurs. A cause de l’image constamment véhiculée, par le gouvernement lui-même d’ailleurs, d’un pays assez anti-entreprise, l’attractivité de la France est faible à tort. Les rentrées d’argent sont trop faibles par rapport aux sorties d’argent et donc la balance des capitaux ne compense pas le déficit de la balance commerciale.

La cause du déficit commercial français est donc double : les consommateurs puisent dans leur épargne et les entreprises dans leur autofinancement pour stimuler la demande extérieure et les importations. Et lorsqu’il y a un placement à réaliser, entreprises et consommateurs placent leur argent à l’étranger. Nous avons un déficit de la balance des capitaux conjugué à un déficit commercial. Ce sont ces déficits jumeaux qui inquiètent et qui laissent à penser que ce déficit commercial n’est pas une bonne chose en soit. Alors on essaie d’en identifier les causes qui a mon avis ne sont que des symptômes d’un mal plus profond : et les responsables sont toujours les mêmes : un euro fort (c’est les autres), la faiblesse des innovations (c’est à cause de l’université) la qualité des produits (c’est à cause des Allemands) etc. A mon avis ces causes présumées ne sont que des symptômes et la vraie cause est ailleurs...

Alexandre Delaigue : D'abord, il faut se méfier de l'interprétation hâtive de la balance commerciale, pour plusieurs raisons. Un déficit commercial n'est pas forcément un signe de mauvaise santé économique, et un excédent n'est pas forcément un bon signe. Premièrement parce que la balance commerciale n'est qu'une petite fraction des échanges extérieurs, qui sont eux mesurés par la balance des paiements ; celle-ci inclut les échanges de services, les flux de revenus, et surtout les flux de capitaux ; et ces éléments interagissent. La France exporte massivement des services (en particulier du tourisme) et reçoit de fortes entrées de capitaux. Ce sont ces facteurs (plutôt positifs) qui ont un impact sur le solde commercial. Ajoutons la hausse du prix de l'énergie l'an dernier, qui renchérit les importations, pas étonnant que le déficit de cette année soit important. 

Enfin, l'année dernière a été une très mauvaise année pour bon nombre de nos principaux partenaires commerciaux de la zone euro, et un peu moins mauvaise pour la France. Quand vous avez une moins mauvaise conjoncture que les autres, vos exportations diminuent parce qu'elles dépendent de leur conjoncture, mais vos importations restent stables. Donc le déficit commercial s'accroît.
 
Que la ministre du Commerce extérieur déplore ces résultats, c'est bien naturel : il faut bien qu'elle justifie son rôle. Mais dans l'ensemble, ce solde n'informe pas beaucoup sur l'état de l'économie française.
 

Qu'est-ce que cette incapacité à réduire le déficit commercial français révèle de l'état de l'économie française ? De l'état de nos entreprises ?

Pascal de Lima : Elle révèle des causes et des symptômes difficilement identifiables. Les causes présumées sont comme toujours nombreuses : désindustrialisation, perte des parts de marché, descente en gamme de la France, euro fort, innovation, qualité etc., plein de choses qui à mon humble avis ne sont que des symptômes. Personnellement, je crois de plus en plus que la France est un pays rigide. Superficiellement rêveur mais intrinsèquement rigide. Un rêve capitaliste dans une bureaucratie soviétique. J’aime beaucoup cette phrase certainement exagérée mais cela se traduit de plusieurs façons : on veut innover mais le lien entre les médecins chercheurs et les médecins praticiens (pour prendre une image) est conflictuel et je propose d’ailleurs pour pallier à ce problème de lien recherche-entreprise que 50% des professeurs (une vocation et non un métier) soient issus du monde de l’entreprise, tout cela, en maintenant les métiers de la recherche et les métiers des praticiens au statu quo actuel ce qui est très bien. Autre exemple on veut de la qualité en France mais on a refusé de mettre en place toute la politique économique au service des avantages comparatifs de la France.

En parallèle, on a fait des à-coups calqués sur le modèle allemand. Un exemple simple : nous avons d’excellents ingénieurs en France issus souvent de Grandes Écoles qui n’ont que peu d’égaux ailleurs, et qu’à-t-on fait ? Leur proposer des postes de cercle 1, un héritage, plutôt que de les insérer dans le système d’innovation. Cela crée de superbes écoles pour un héritage de bureaucrate rêvant de capitalisme mais qui n’appartient pas au système innovant. Ensuite qu’à t-on fait pour l’Aéronautique ? Les chantiers navals ? L’électronique française ? La pharmacie, plein de domaines où nous avons un avantage comparatif ? A l’inverse nous sommes obsédés par notre Renault de luxe en Chine ou notre Peugeot de luxe au Brésil. Laissons cela aux Allemands, ce n’est pas notre avantage comparatif mais le leur ! Surtout que… les Allemands ont su tirer leur épingle du jeu car ils ont mis en place des politiques structurelles qui épousaient très bien leurs avantages comparatifs comme les lois Hartz.

Alexandre Delaigue : Avant 1983, la France restaurait régulièrement sa compétitivité export en négociant des dévaluations avec ses partenaires européens. Puis, on a décidé de "devenir Allemands" avec le tournant de 1983 et de réorienter l'industrie française vers des productions moins dépendantes des prix, à plus forte valeur ajoutée. Cela a fonctionné en partie, un temps ; mais entre la politique de désinflation compétitive de l'Allemagne à partir de 2003 et l'essor de la Chine, de nombreux autres secteurs n'y sont pas parvenus. Est-ce un problème ? Si vous êtes un industriel désireux d'obtenir des aides publiques, vous avez intérêt à dire que c'en est un. Que vous avez besoin de ces aides pour "gagner la bataille de la compétitivité". En réalité, cela traduit deux choses : le changement de spécialisation de l'économie française, vers les activités de service ; et d'autre part le déficit public financé largement par l'afflux de capitaux étrangers. 

Qu'est-ce qui, sur ce sujet, différencie la France d'autres pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, dont le commerce extérieur est beaucoup plus fleurissant. Pourquoi les exportations de ces pays sont-elles moins sensibles aux variations de prix ?

Pascal de Lima : Comme les Allemands ont su intégrer le système d’innovation dans l’avantage comparatif du pays (l’industrie automobile est l’exemple le plus connu), ils rêvent de capitalisme dans un système d’innovation intégré. Dans ce contexte, il est beaucoup plus facile de se faire une image solide et c’est ce qui se passe. Vous pouvez augmenter un peu le prix d’une voiture allemande comme son élasticité prix est faible et bien le consommateur l’acceptera plus facilement. J’ai même à titre personnel rencontré un Allemand qui m’a dit (dans un grand cabinet de conseil) "vous en France on dirait que l’innovation est réalisés par quelques chercheurs passionnés ou quelques micro-entreprises inexistantes mais que la croissance économique se fait par héritage socio-culturel dans les cercles 1" ! Je crois que cela résume un peu tout.

Alexandre Delaigue : Le déficit commercial britannique est bien plus grand que le notre, et permanent depuis 25 ans. S'il s'accroît, c'est d'ailleurs parce que l'économie britannique va un peu mieux ces derniers temps. Du coup les Anglais consomment plus ce qui accroît leurs importations (leurs exportations restant en berne à cause de la crise de la zone euro, leur principal débouché). Quant à l'Allemagne, son excédent traduit surtout une épargne excessive. Suivre l'Allemagne signifierait réduire considérablement le coût du travail en France. Cela implique soit une baisse des salaires, soit de remplacer les cotisations sociales sur les salaires par d'autres impôts, soit de réduire les dépenses sociales (retraites, dépenses de santé, etc). Faire cela pour soutenir des secteurs industriels en déclin est-il vraiment pertinent ?

Pourquoi les entreprises françaises sont-elles incapables de faire front commun sur ce sujet pour essayer d'améliorer le commerce extérieur français ?

Pascal de Lima : C’est la conséquence de tout ce qui vient d’être dit. Elles ont l’état d’esprit, mais elles ont les 35h ! Elles ont le rêve mais elles butent sur une administration inquiétante parfois (celle qui vous demande des détails étonnant alors que vous existez depuis une semaine…). Enfin, il y a aussi le rôle des directeurs de la communication qui verrouillent l’intelligence et stérilisent les plans de coopération. L’innovation dans les grands groupes doit permettre de faire la publicité du patron mais pas la croissance économique d’un pays : vaste sujet !

Alexandre Delaigue : Le déficit commercial est un excellent argument pour obtenir des avantages divers en provenance de l'Etat, en les justifiant par l'impérieuse nécessité de "compétitivité nationale". Le patriotisme est toujours un excellent cache-sexe de la défense de ses intérêts. Pourquoi faire un front commun contre leur meilleur argument de négociation?

Quelles peuvent être les solutions à apporter pour réduire le déficit commercial français ? 

Pascal de Lima : Je verrais 5 axes :

  1. - Des politiques structurelles qui collent avec les avantages comparatifs de la France,
  2. - Renforcer les échanges inter-branches et non intra-branches,
  3. - 50% de professeurs des universités doivent être des "médecins-praticiens" (à égal avec les médecins-chercheurs pour créer de la synergie et intégrer le système d’innovation),
  4. - Développer les pôles de compétitivité, les clusters,
  5. - Arrêter la publicité, la communication autour de l’image du patron, mais l’intégrer autour de l’image d’un produit, réformer le Crédit d’impôt recherche pour qu’il aille réellement vers l’innovation.

Ces 5 axes devraient respecter trois principes de sociale-démocratie : l'égalité des chances et non l'égalité absolue, le refus de la misère, et la liberté.

Alexandre Delaigue : Manifestement, les exhortations à "plus de qualité et de compétitivité hors-coût" ne fonctionnent pas pour les entreprises françaises. Vu que la voie de la dévaluation n'est plus possible dans la zone euro, il ne reste plus que deux solutions. Soit, comme les pays du Sud de l'Europe, rétablir sa compétitivité grâce à une longue période de récession qui comprimera les salaires ; soit faire un peu de bonneteau fiscal pour réduire les coûts pour les entreprises exportatrices au détriment du reste de la population, ce qui est l'option manifestement choisie par le gouvernement. Avec des résultats assez incertains.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
caribou
- 12/01/2014 - 19:57
Pays rigide... Non, hystérique
Au travail, je m'imaginai se que pourrai donner un débat entre mr Gaves ou mr fiorentino face a melenchon. ET BIEN COMME ON VIENT DE LE CONNAÎTRE, UN TORRENT DE MENSONGES ET D'HYSTÉRIE. il n'y a juste à remplacer anti sémite par néo libéral (dans le dialecte FG ceci signifie mangeur d'enfant).
coucou.cmoi35
- 11/01/2014 - 03:12
J'ai rien compris à de bloubi-boulga de Yaka-faucon.
"La France exporte du tourisme..." ? traduction please.
ignace
- 10/01/2014 - 16:35
etudes interessantes.merci messieurs
c'est mieux queM Pin Sylvestre ouM Garibal-dit, avec leurs grands sabots de 7 lieues