En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Les prix du pétrole ont chuté en ce début d'année 2014.
A la baisse ?
2014 sera-t-elle l'année de la chute des prix du pétrole ?
Publié le 09 janvier 2014
Après l'annonce de l'arrêt des manifestations ayant bloqué les exportations libyennes, les prix du pétrole ont chuté. Avec les diverses tensions géopolitiques, il est difficile de prédire une baisse durable des prix du pétrole. Focus.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'annonce de l'arrêt des manifestations ayant bloqué les exportations libyennes, les prix du pétrole ont chuté. Avec les diverses tensions géopolitiques, il est difficile de prédire une baisse durable des prix du pétrole. Focus.

Atlantico : Les prix du pétrole ont chuté en ce début d'année 2014, après  l'annonce de l'arrêt des manifestations qui ont bloqué les exportations libyenne et ralenti l'économie chinoise. Cette chute reflète le rôle principal de la politique et de l'économie locale en Chine, en Libye, au Nigeria, en Iran et autres pays à forte production pétrolière, dans la détermination des prix du pétrole. Cette baisse pourrait-elle se révéler durable ?

Florent Detroy : Si la Lybie, l’Iran et le Nigeria réussissaient à produire autant de pétrole que leur potentiel leur permet, nous serions pratiquement certains de voir le contrat sur le Brent tomber sous les 100$ sur l’année. Mais le pétrole, en particulier sur le Brent, reflète tout autant la rencontre de l’offre et de la demande ces dernières années que l’instabilité politique de ces pays. C’est ce qui explique son  maintien autour des 110$ le baril en 2013. Pour 2014, la tendance est légèrement baissière, mais la Libye est encore loin de ses capacités de 1,4 millions de baril/jour, la route est encore longue avant que l’Iran exporte à nouveau 1,5 millions barils par jour (715 000 actuellement), et le Nigéria devrait continuer d’être victime de sabotage ou de problème techniques. Malgré l’accord trouvé en début de mois en Lybie, la situation reste tendue dans le pays. La bonne nouvelle toutefois, c’est que les marchés semblent moins effrayés par les chocs politiques. Les cours du pétrole sont restés étonnement peu volatiles l’année dernière.

Comment devrait évoluer l'offre pendant l'année ? Comment le gaz de schiste américain change-t-il la donne ? Quels autres facteurs entrent en jeu ?

L’offre est particulièrement imprévisible tant que la Syrie reste un point de fixation dans tout le Moyen Orient. Tout aussi préoccupant actuellement est l’Irak. Le pouvoir y est particulièrement fébrile aujourd’hui. Une déstabilisation du pays pourrait réduire sa production, qui était revenue à son plus haut depuis 20 ans à 3 millions de barils/jour. Si on fait abstraction de ces conflits, il faut reconnaître que la consommation européenne en pétrole reste atone, ce qui ne plaide pas pour un prix moyen autour des 110$ en 2014. La demande sera par contre toujours soutenue par la Chine, dont la progression de la consommation énergétique se maintient. En ce qui concerne le gaz de schiste, il entre d’abord en concurrence avec le charbon, moins avec le pétrole. Après un moteur au gaz ultra performant est peut être en train d’être inventé et viendra concurrencer l’essence. 

Qui (ou quoi) pourrait jouer contre une baisse des prix ?

En dehors d’accidents politiques ou industriels imprévisibles, un facteur va être important, l’autorisation d’exporter du pétrole donnée par Washington. Si les compagnies américaines peuvent enfin exporter du pétrole, pratique interdite actuellement, le prix du Brent et du WTI, coté à New York, devraient converger. A l’inverse, le Brent va rester haut et le WTI va continuer de baisser.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Obama et moi
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Adi Perdu
- 09/01/2014 - 19:28
L'offre et la demande !
Tout çà pour expliquer que le prix est fixé par l'offre et la demande.
Plus il y a de barils, plus le prix baisse... Merci !
;-)