En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Les prix du pétrole ont chuté en ce début d'année 2014.
A la baisse ?

2014 sera-t-elle l'année de la chute des prix du pétrole ?

Publié le 09 janvier 2014
Après l'annonce de l'arrêt des manifestations ayant bloqué les exportations libyennes, les prix du pétrole ont chuté. Avec les diverses tensions géopolitiques, il est difficile de prédire une baisse durable des prix du pétrole. Focus.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'annonce de l'arrêt des manifestations ayant bloqué les exportations libyennes, les prix du pétrole ont chuté. Avec les diverses tensions géopolitiques, il est difficile de prédire une baisse durable des prix du pétrole. Focus.

Atlantico : Les prix du pétrole ont chuté en ce début d'année 2014, après  l'annonce de l'arrêt des manifestations qui ont bloqué les exportations libyenne et ralenti l'économie chinoise. Cette chute reflète le rôle principal de la politique et de l'économie locale en Chine, en Libye, au Nigeria, en Iran et autres pays à forte production pétrolière, dans la détermination des prix du pétrole. Cette baisse pourrait-elle se révéler durable ?

Florent Detroy : Si la Lybie, l’Iran et le Nigeria réussissaient à produire autant de pétrole que leur potentiel leur permet, nous serions pratiquement certains de voir le contrat sur le Brent tomber sous les 100$ sur l’année. Mais le pétrole, en particulier sur le Brent, reflète tout autant la rencontre de l’offre et de la demande ces dernières années que l’instabilité politique de ces pays. C’est ce qui explique son  maintien autour des 110$ le baril en 2013. Pour 2014, la tendance est légèrement baissière, mais la Libye est encore loin de ses capacités de 1,4 millions de baril/jour, la route est encore longue avant que l’Iran exporte à nouveau 1,5 millions barils par jour (715 000 actuellement), et le Nigéria devrait continuer d’être victime de sabotage ou de problème techniques. Malgré l’accord trouvé en début de mois en Lybie, la situation reste tendue dans le pays. La bonne nouvelle toutefois, c’est que les marchés semblent moins effrayés par les chocs politiques. Les cours du pétrole sont restés étonnement peu volatiles l’année dernière.

Comment devrait évoluer l'offre pendant l'année ? Comment le gaz de schiste américain change-t-il la donne ? Quels autres facteurs entrent en jeu ?

L’offre est particulièrement imprévisible tant que la Syrie reste un point de fixation dans tout le Moyen Orient. Tout aussi préoccupant actuellement est l’Irak. Le pouvoir y est particulièrement fébrile aujourd’hui. Une déstabilisation du pays pourrait réduire sa production, qui était revenue à son plus haut depuis 20 ans à 3 millions de barils/jour. Si on fait abstraction de ces conflits, il faut reconnaître que la consommation européenne en pétrole reste atone, ce qui ne plaide pas pour un prix moyen autour des 110$ en 2014. La demande sera par contre toujours soutenue par la Chine, dont la progression de la consommation énergétique se maintient. En ce qui concerne le gaz de schiste, il entre d’abord en concurrence avec le charbon, moins avec le pétrole. Après un moteur au gaz ultra performant est peut être en train d’être inventé et viendra concurrencer l’essence. 

Qui (ou quoi) pourrait jouer contre une baisse des prix ?

En dehors d’accidents politiques ou industriels imprévisibles, un facteur va être important, l’autorisation d’exporter du pétrole donnée par Washington. Si les compagnies américaines peuvent enfin exporter du pétrole, pratique interdite actuellement, le prix du Brent et du WTI, coté à New York, devraient converger. A l’inverse, le Brent va rester haut et le WTI va continuer de baisser.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

07.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Une vegan attaque en justice ses voisins amateurs de viande, 2000 personnes veulent organiser un barbecue chez elle

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Adi Perdu
- 09/01/2014 - 19:28
L'offre et la demande !
Tout çà pour expliquer que le prix est fixé par l'offre et la demande.
Plus il y a de barils, plus le prix baisse... Merci !
;-)