En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 2 heures 37 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 5 heures 56 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 7 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 8 heures 15 sec
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 12 heures 53 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 6 heures 5 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 13 heures 10 min
Tribune

Pourquoi la lutte des classes prépas nous concerne tous

Publié le 08 janvier 2014
Avec
Une tribune de Jonas Haddad et Damien Liccia.
Jonas Haddad est le secrétaire national de l'UMP en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.Damien Liccia est le fondateur du collectif "touche pas à ma prépa". 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad est le secrétaire national de l'UMP en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.Damien Liccia est le fondateur du collectif "touche pas à ma prépa". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Jonas Haddad et Damien Liccia.
Avec

Vincent Peillon a tenté début décembre 2013 d’acter, par décret, son rejet de cette institution républicaine qu’est la « prépa » en modifiant complètement le statut des professeurs de cette institution. Son rejet est motivé par une vision bourdieusienne très répandue dans les milieux de gauche qui assimilent les classes préparatoires à un lieu symbolique de la reproduction de l’élite. Là où le ministre ne voit que la soi-disant « reproduction », on objectera que ces classes sont à l’origine conçues pour que seuls le mérite et la capacité expliquent la réussite des individus.

Par-delà une simple réaction contre un décret inique émanant du ministère, toute une génération attachée au mérite s’est levée. La récente mobilisation de 10 000 personnes, à quelques jours des concours, symbolise une opposition entre une vision déterministe du ministère et une vision méritocratique et républicaine de l’éducation. Bien plus qu’une énième mobilisation consécutive à une énième réforme dans l’éducation, c’est une véritable dénonciation de l’idéologie animant le ministère. Par-delà les questions d’ordre salarial, les préparationnaires prirent conscience de la menace pesant sur cette institution, incarnation de la méritocratie républicaine et d’une certaine idée de l’éducation. 

Finalement, la réforme a été repoussée, mise sous le tapis par le ministère pour deux raisons : d’une part la forte mobilisation des préparationnaires et de l’autre la publication au même moment du rapport PISA.  

C’est devenu une habitude, la « déconstruction », pour l’actuel gouvernement socialiste, est érigée en principe même de construction, de « refondation » pour notre ministre de l’Education nationale. L’Education n’est plus perçue comme la structure essentielle de notre société, en tant qu’elle permettrait l’essor de la méritocratie, mais plutôt comme un organisme, vecteur d’un paradigme social, pour ne pas dire socialiste.  Lorsque l’idéologie de la lutte des classes pénètre dans nos classes l’édifice républicain est un danger. 

Alors député PS européen, Vincent Peillon déclarait en 2010 : « Nous sommes je crois le seul pays des grandes démocraties occidentales où ce sont les enfants des classes défavorisées qui financent les études des enfants des classes favorisées. (...) Nos étudiants ne coûtent pas cher, par contre nos élèves de classes préparatoires coûtent très cher ». Dans cette déclaration saisissante, l’unité nationale et l’esprit républicain étaient sacrifiés sur l’autel d’une vision de l’enseignement supérieur marquée par la lutte des classes.

Face aux mensonges et au mépris, la mobilisation nationale des préparationnaires a permis de rappeler au ministre la primauté du réel sur les schémas intellectuels de pensée, la primauté de la République sur l’idéologie égalitariste. À l’heure où notre pays est en chute libre sur le plan éducatif, à l’heure où notre école primaire s’avère de plus en plus incapable de former les jeunes enfants à lire, à écrire et à compter, à l’heure où l’illettrisme se répand sur les bancs du collège, face à ces questions cruciales et impérieuses, nous n’avons pas compris la volonté de « déconstruction » de M. Vincent Peillon à l’égard des prépas.

Tandis que la France dégringole dans le classement PISA, en partie à cause de la déficience de son école primaire, la croisade anti-prépa est ubuesque. Alors que le système éducatif français vacille, il apparaît plus juste et plus judicieux de remédier aux véritables problèmes (école primaire, rythmes scolaires, collège, réforme du baccalauréat), plutôt que de s’en prendre à un modèle qui incarne la spécificité française à l’échelle internationale et qui, qu’on le veuille ou non, a fait, fait et fera à l’avenir ses preuves.  

Cette mobilisation pour autant ne peut pas, et surtout ne doit pas s’auto-restreindre au domaine des prépas en particulier. Né d’une décision libre de préparationnaires et foncièrement apolitique ( à la différence d’autres mouvements « spontanés » en réalité pilotés par des institutions socialistes ), ce mouvement doit aujourd’hui se faire entendre car ce projet de réforme qui a été repoussé est  révélateur de l’idéologie sous-jacente de telles réformes, en somme une idéologie de lutte des classes. L’influence pernicieuse de l’idéologie dans l’Education nationale se doit d’être vilipendée, car c’est un domaine où plus qu’ailleurs son influence est néfaste. Vouloir formater idéologiquement des enfants cela n’est pas digne de notre République. 

En effet, le ministre de l’Education, qui n’est que la partie visible de l’iceberg, a ainsi proposé pour l’école un programme de « refondation », visant à « bâtir l’école de demain ». L’ambition prométhéenne inhérente à ce projet et la politique de tabula rasa qui s’y fait sentir, doivent nous inciter à l’appréhender avec perplexité et méfiance. Si l’on parcourt l’ensemble des propositions un leitmotiv est récurent: l’égalité (il conviendrait de parler d’égalitarisme ). Ainsi on retrouve des phrases comme «l e chantier de la refondation peut désormais se poursuivre au service de l’école de l’égalité entre les élèves (...), l’école de la mixité sociale et scolaire »;  « elle crée du commun entre les jeunes de notre pays autour des valeurs de la République et d’un idéal partage de justice sociale ».

Alors certes, il ne fait aucun doute que le ministère souhaite se pare de noblesse, de vertu et de bons sentiments, mais pour autant est-ce bien cela la vocation de l’Education nationale? Alors que pour Charles Péguy l’instituteur devait « assurer la représentation de la culture », aujourd’hui on souhaite lui assigner une mission d’éducateur social, le rôle d’un missionnaire de l’égalité pour tous inspiré par une symbiose entre Marx et Bourdieu. Plutôt que de former des jeunes gens, il semble plutôt qu’on désire les formater, leur inculquer non pas les valeurs de la République, mais des conceptions idéologiques désuètes et surannées empreintes de déterminisme. Est-ce réellement pour cela que des jeunes veulent devenir des enseignants, est-ce leur objectif quand ils se lancent dans cette « vocation » ?

Certes, le système éducatif français (tout autant qu’international d’ailleurs ) est traversé par des inégalités évidentes, à bien des égards il existe un déséquilibre entre le « capital culturel » d’un enfant issu d’un milieu aisé et « cultivé », et celui d’un enfant dont le milieu est plus modeste. Pour autant, le problème réside dans le remède à apporter à ce déséquilibre: soit on décide d’égaliser et de niveler « vers le bas » le niveau de l’enseignement, avec des programmes allégés, une baisse du contenu culturel des programmes, une primauté accordée aux activités péri-scolaires sur le scolaire pur soit on décide de réaffirmer le rejet des déterminismes au nom de la volonté, du travail et du mérite.

Il faut rejeter ce déterminisme qui mène à la culture de l’excuse aux dépens de la Culture véritable et pour ce faire, revaloriser le statut des professeurs, dépouiller les programmes de leurs oripeaux idéologiques, et pour faire au contraire advenir l’excellence pour tous. Contre cette idéologie déterministe, qui n’ouvre aucune perspective d’avenir aux jeunes de France, il faut réaffirmer la primauté de l’individu libre sur son milieu social donné. La droite désormais dans l’opposition doit, pour une fois, anticiper et se placer aux côtés de la société civile et non pas courir après un mouvement engagé.

Là réside le véritable projet pour l’Education que doit promouvoir l’Opposition. Là réside le véritable défi de l’Education nationale.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Daniel54
- 08/01/2014 - 22:40
Une bonne analyse qui ne va pas assez loin !
j'aime bien cette phrase : "Plutôt que de former des jeunes gens, il semble plutôt qu’on désire les formater". Quelle a été la politique des IUFM si ce n'est de formater les futurs enseignants ...pour qu'ils formatent eux-mêmes leurs élèves ?
Il faut aller plus loin en désignant les coupables : ce sont les sciences de l'éducation qui règnent à la rue de Grenelle , les théories à la P Meirieu (l'élève au centre du système éducatif), ce sont les groupes d'experts constitués notamment d'inspecteurs généraux et compères désignés par cooptation qui décident des programmes , ces mêmes groupes d'experts obsédés par la bouillie des compétences....il y a bien du ménage à faire si l'on veut retrouver une Education Nationale française mieux positionnée dans le classement Pisa .
prochain
- 08/01/2014 - 20:46
Notre ministre de l'EN toujours le plus élégant
Il est fils de banquier la banque rouge foncée de la belle époque avant la débâcle du communisme d'après ma concierge.
mich2pains
- 08/01/2014 - 17:41
TOUT COMPTE FAIT ....
C'est une excellente nouvelle que cette révolte des enseignants aux Classes Prépas ( à ne pas confondre avec la lutte des KLÂÂsss ) !
Si ces enseignants ne sont pas aussi cons que les autres , ça devrait nous faire quelques 10.000 voix de plus au ....FN !
C'est toujours bon à prendre .