En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 10 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 12 heures 2 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 15 heures 43 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 20 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 9 heures 53 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 11 heures 30 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 13 heures 56 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 18 heures 48 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 19 heures 41 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim, a refusé la légion d'honneur.
© Reuters
Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim, a refusé la légion d'honneur.
Mic-mac

Un élu PS refuse la Légion d'honneur : quand la gauche confond rejet des élites et principe de méritocratie

Publié le 07 janvier 2014
Le maire socialiste de Kingersheim (Haut-Rhin) a renoncé à sa médaille de chevalier de la Légion d'honneur, jugeant que toute distinction alimentait le "discrédit" de ce qu'il appelle à cette occasion la "démocratie-régime".
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire socialiste de Kingersheim (Haut-Rhin) a renoncé à sa médaille de chevalier de la Légion d'honneur, jugeant que toute distinction alimentait le "discrédit" de ce qu'il appelle à cette occasion la "démocratie-régime".

Atlantico : Révélatrice de l'air du temps, la sortie de Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim semble évoquer directement la méfiance populaire croissante à l'égard des élites parisiennes. Comment expliquer que le principe de reconnaissance d'Etat, autrefois un véritable Graal, ait tant perdu de sa valeur aujourd'hui ?

Jean Garrigues : S'il ne faut pas généraliser à partir d'un seul exemple, on peut dire effectivement que l'on assiste aujourd'hui à une certaine dévaluation de décorations comme la Légion d'honneur depuis les dernières décennies. Cela peut s'expliquer notamment par un élargissement de cette récompense à des artistes, des sportifs, en provoquant un certain éloignement symbolique. Au départ, la Légion d'honneur était une rétribution pour ceux qui s'étaient distingués au service de la patrie, d'abord sur le plan militaire puis sur le plan civil. La IIIe République en a fait par la suite un symbole fort de la méritocratie républicaine. Autrefois réservée strictement au service de l'Etat, cette décoration a donc depuis perdu sa valeur en voyant ses potentiels candidats se multiplier au fil des années.

Au passage, on ne peut s'empêcher de remarquer toutefois que ce rejet de toute forme de "distinction" au-delà de la simple Légion d'Honneur révèle une certaine méconnaissance de l'Histoire républicaine qui se fonde aussi largement sur le principe de méritocratie. On peut donc aussi voir cet événement comme le symptôme d'une lecture "égalitariste" de la démocratie qui trouve son ancrage dans la gauche de la gauche et les cercles marxistes. Il m’apparaît pourtant nécessaire de rappeler que la démocratie fonctionne par nature sur une méritocratie capable de faire sortir les meilleurs éléments pour assurer un fonctionnement optimal du contrat social. Gare aux contresens donc.

Par ailleurs, la période actuelle laisse aussi penser que ce refus d'un élu socialiste s'apparente comme un désaveu des élites qui l'ont pourtant choisi (la demande devant obligatoirement passer par un préfet puis par un ministre, NDLR). Si, encore une fois, il faudrait éviter de tomber dans la sur-interprétation, on peut à la fois inscrire cette décision comme un révélateur de la crise de confiance généralisée à l'égard des élites, mais aussi de la crise interne à un Parti socialiste où de plus en plus de militants et d'élus commencent à rendre leurs cartes.

Faut-il voir par ailleurs dans ce refus d'un élu local d'être décoré un rejet d'un certain parisianisme qui le distancerait de ses électeurs ?

Absolument, au-delà de la dimension politique (les dissensions au PS) et sociales (le rejet des élites), on peut effectivement ajouter une lecture "géographique" à cette affaire qui concerne un élu local. Tout d'abord, nous sommes en Alsace, région qui a toujours de par son Histoire marqué sa spécificité régionale à l'égard des grands centres de commandement (les Habsbourgs au Moyen-âge, puis la France, NDLR). Cela légitime la théorie d'une coupure qui est aussi territoriale, M. Spiegel ayant effectivement refusé une décoration qui aurait pu l'amalgamer aux décisions nationales prises dans la capitale. On peut donc y voir aussi un divorce du local et du central, observable ailleurs en France notamment à travers le mouvement des Bonnets rouges.

S'il est légitime d'écouter la colère de certains face aux errements de nos élites, ne faut-il pas s'inquiéter en parallèle d'un délitement de ce principe de méritocratie, si essentiel au bon fonctionnement républicain ?

On peut effectivement l'analyser dans ce sens, premièrement parce que cette tendance fait écho comme je l'ai déjà dit à une vision d'une partie de la gauche, d'inspiration post-68, qui voit dans la hiérarchisation une sorte de péché originel. On trouve à l'inverse une gauche plus centriste, plus "historique" incarnée entre autres par Manuel Valls, qui n'a elle que peu ou pas de complexes avec le principe de récompense et d'élévation. Cette méfiance à l'égard du mode de fabrication de nos élites se retrouve aussi toutefois chez plusieurs personnalités politique, certaines ayant notamment demandé la suppression où la réforme de l'ENA (Jacques Chirac, Jean-Michel Fourgous, Hervé Novelli), cette structure étant perçue comme la cause des insuffisances de nos élus nationaux.

Plus largement, cet événement témoigne t-il d'une profonde aggravation de la défiance populaire à l'égard des dirigeants actuels ? Dans quelles proportions ?

Il serait difficile de ne pas dire que la période actuelle est un contexte particulièrement "favorable" au divorce peuple-élites. La succession de mouvements de contestations morcelés (bonnets rouges, mariage pour tous, bonnets verts, pigeons…) représentant toutes les catégories socioprofessionnelles du peuple français n'est, d'un point de vue historique, clairement pas anormal. On ne peut s'empêcher de remarquer cependant que la pratique présidentielle de François Hollande, qui a laissé dans beaucoup d'esprits une impression de faiblesse et d'hésitation face à la crise, joue aussi sur ce phénomène. L'affaire Cahuzac, s'ajoutant à ce sentiment d'impuissance, a causé aussi beaucoup de dégâts en assimilant le socialisme aux forces de l'argent. Sans retour de la croissance et sans affaiblissement du chômage, il m'apparaît donc difficile de voir cette crise de confiance s'atténuer dans les prochains mois.

Propos recueillis par Théophile Sourdille 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glop Glop
- 07/01/2014 - 22:41
@ sanseverina - 07/01/2014 - 17:52
Que de précisions pour dire que gauche de la gauche qui contiendrait donc le PC et l'extrême gauche qui contiendrait les trotskystes... gnagnagna... au final donc, on a bien les mêmes personnes qui craignent qu'on leur applique ce qu'ils sont: l'EXTRÊME en tous points.
Un marxiste quel qu'il soit est déjà une extrême et même une énormité.
jurgio
- 07/01/2014 - 15:48
La Légion d'honneur
est devenu la fève de la galette politco-démagogique.
stendhal
- 07/01/2014 - 10:41
Quelle solution ?
Votre conclusion semble indiquer que la solution la meilleure que vous entrevoyez est économique.
Pour ma part, la crise est d'abord idéologique. Par essence, le moral et la confiance ne dépendent pas d'abord du pouvoir économique.
Mais en société, nous avons perdu les valeurs. Et les valeurs étant la conséquence d'un état d'esprit, nous avons surtout perdu l'esprit.
Dans ce monde, la méritocratie n'est plus qu'opportunisme ou au mieux un écartement des autres.
Je me désengage aussi de cette société collective française pour m'engager dans des groupes locaux dont j'espère plus d'équité, d'humanité et de justice.