En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 43 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 8 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 56 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 1 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 55 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim, a refusé la légion d'honneur.
© Reuters
Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim, a refusé la légion d'honneur.
Mic-mac

Un élu PS refuse la Légion d'honneur : quand la gauche confond rejet des élites et principe de méritocratie

Publié le 07 janvier 2014
Le maire socialiste de Kingersheim (Haut-Rhin) a renoncé à sa médaille de chevalier de la Légion d'honneur, jugeant que toute distinction alimentait le "discrédit" de ce qu'il appelle à cette occasion la "démocratie-régime".
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire socialiste de Kingersheim (Haut-Rhin) a renoncé à sa médaille de chevalier de la Légion d'honneur, jugeant que toute distinction alimentait le "discrédit" de ce qu'il appelle à cette occasion la "démocratie-régime".

Atlantico : Révélatrice de l'air du temps, la sortie de Jo Spiegel, maire socialiste de Kingersheim semble évoquer directement la méfiance populaire croissante à l'égard des élites parisiennes. Comment expliquer que le principe de reconnaissance d'Etat, autrefois un véritable Graal, ait tant perdu de sa valeur aujourd'hui ?

Jean Garrigues : S'il ne faut pas généraliser à partir d'un seul exemple, on peut dire effectivement que l'on assiste aujourd'hui à une certaine dévaluation de décorations comme la Légion d'honneur depuis les dernières décennies. Cela peut s'expliquer notamment par un élargissement de cette récompense à des artistes, des sportifs, en provoquant un certain éloignement symbolique. Au départ, la Légion d'honneur était une rétribution pour ceux qui s'étaient distingués au service de la patrie, d'abord sur le plan militaire puis sur le plan civil. La IIIe République en a fait par la suite un symbole fort de la méritocratie républicaine. Autrefois réservée strictement au service de l'Etat, cette décoration a donc depuis perdu sa valeur en voyant ses potentiels candidats se multiplier au fil des années.

Au passage, on ne peut s'empêcher de remarquer toutefois que ce rejet de toute forme de "distinction" au-delà de la simple Légion d'Honneur révèle une certaine méconnaissance de l'Histoire républicaine qui se fonde aussi largement sur le principe de méritocratie. On peut donc aussi voir cet événement comme le symptôme d'une lecture "égalitariste" de la démocratie qui trouve son ancrage dans la gauche de la gauche et les cercles marxistes. Il m’apparaît pourtant nécessaire de rappeler que la démocratie fonctionne par nature sur une méritocratie capable de faire sortir les meilleurs éléments pour assurer un fonctionnement optimal du contrat social. Gare aux contresens donc.

Par ailleurs, la période actuelle laisse aussi penser que ce refus d'un élu socialiste s'apparente comme un désaveu des élites qui l'ont pourtant choisi (la demande devant obligatoirement passer par un préfet puis par un ministre, NDLR). Si, encore une fois, il faudrait éviter de tomber dans la sur-interprétation, on peut à la fois inscrire cette décision comme un révélateur de la crise de confiance généralisée à l'égard des élites, mais aussi de la crise interne à un Parti socialiste où de plus en plus de militants et d'élus commencent à rendre leurs cartes.

Faut-il voir par ailleurs dans ce refus d'un élu local d'être décoré un rejet d'un certain parisianisme qui le distancerait de ses électeurs ?

Absolument, au-delà de la dimension politique (les dissensions au PS) et sociales (le rejet des élites), on peut effectivement ajouter une lecture "géographique" à cette affaire qui concerne un élu local. Tout d'abord, nous sommes en Alsace, région qui a toujours de par son Histoire marqué sa spécificité régionale à l'égard des grands centres de commandement (les Habsbourgs au Moyen-âge, puis la France, NDLR). Cela légitime la théorie d'une coupure qui est aussi territoriale, M. Spiegel ayant effectivement refusé une décoration qui aurait pu l'amalgamer aux décisions nationales prises dans la capitale. On peut donc y voir aussi un divorce du local et du central, observable ailleurs en France notamment à travers le mouvement des Bonnets rouges.

S'il est légitime d'écouter la colère de certains face aux errements de nos élites, ne faut-il pas s'inquiéter en parallèle d'un délitement de ce principe de méritocratie, si essentiel au bon fonctionnement républicain ?

On peut effectivement l'analyser dans ce sens, premièrement parce que cette tendance fait écho comme je l'ai déjà dit à une vision d'une partie de la gauche, d'inspiration post-68, qui voit dans la hiérarchisation une sorte de péché originel. On trouve à l'inverse une gauche plus centriste, plus "historique" incarnée entre autres par Manuel Valls, qui n'a elle que peu ou pas de complexes avec le principe de récompense et d'élévation. Cette méfiance à l'égard du mode de fabrication de nos élites se retrouve aussi toutefois chez plusieurs personnalités politique, certaines ayant notamment demandé la suppression où la réforme de l'ENA (Jacques Chirac, Jean-Michel Fourgous, Hervé Novelli), cette structure étant perçue comme la cause des insuffisances de nos élus nationaux.

Plus largement, cet événement témoigne t-il d'une profonde aggravation de la défiance populaire à l'égard des dirigeants actuels ? Dans quelles proportions ?

Il serait difficile de ne pas dire que la période actuelle est un contexte particulièrement "favorable" au divorce peuple-élites. La succession de mouvements de contestations morcelés (bonnets rouges, mariage pour tous, bonnets verts, pigeons…) représentant toutes les catégories socioprofessionnelles du peuple français n'est, d'un point de vue historique, clairement pas anormal. On ne peut s'empêcher de remarquer cependant que la pratique présidentielle de François Hollande, qui a laissé dans beaucoup d'esprits une impression de faiblesse et d'hésitation face à la crise, joue aussi sur ce phénomène. L'affaire Cahuzac, s'ajoutant à ce sentiment d'impuissance, a causé aussi beaucoup de dégâts en assimilant le socialisme aux forces de l'argent. Sans retour de la croissance et sans affaiblissement du chômage, il m'apparaît donc difficile de voir cette crise de confiance s'atténuer dans les prochains mois.

Propos recueillis par Théophile Sourdille 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glop Glop
- 07/01/2014 - 22:41
@ sanseverina - 07/01/2014 - 17:52
Que de précisions pour dire que gauche de la gauche qui contiendrait donc le PC et l'extrême gauche qui contiendrait les trotskystes... gnagnagna... au final donc, on a bien les mêmes personnes qui craignent qu'on leur applique ce qu'ils sont: l'EXTRÊME en tous points.
Un marxiste quel qu'il soit est déjà une extrême et même une énormité.
jurgio
- 07/01/2014 - 15:48
La Légion d'honneur
est devenu la fève de la galette politco-démagogique.
stendhal
- 07/01/2014 - 10:41
Quelle solution ?
Votre conclusion semble indiquer que la solution la meilleure que vous entrevoyez est économique.
Pour ma part, la crise est d'abord idéologique. Par essence, le moral et la confiance ne dépendent pas d'abord du pouvoir économique.
Mais en société, nous avons perdu les valeurs. Et les valeurs étant la conséquence d'un état d'esprit, nous avons surtout perdu l'esprit.
Dans ce monde, la méritocratie n'est plus qu'opportunisme ou au mieux un écartement des autres.
Je me désengage aussi de cette société collective française pour m'engager dans des groupes locaux dont j'espère plus d'équité, d'humanité et de justice.