En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 4 min 34 sec
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 20 min 59 sec
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 11 heures 48 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 13 heures 1 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 15 heures 22 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 16 heures 23 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 17 heures 9 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 17 min 10 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 11 heures 36 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 12 heures 8 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 14 heures 37 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 15 heures 44 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 16 heures 49 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 18 heures 49 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 19 heures 39 min
En quête de sens

Insoupçonnée : l'utilité des philosophes pour les entreprises

Publié le 05 janvier 2014
Avec
Le philosophe Alain de Botton explique dans le Financial Times que les philosophes permettent notamment aux entreprises de mieux appréhender la question de la satisfaction des besoins et du bonheur des consommateurs.
Gabriel Dorthe est doctorant en philosophie (Université de Lausanne et Paris I Panthéon-Sorbonne), et co-fondateur du Projet Socrate, la philosophie pour le monde du travail.Philip Clark est ancien consultant international, diplômé en philosophie, et co...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabriel Dorthe est doctorant en philosophie (Université de Lausanne et Paris I Panthéon-Sorbonne), et co-fondateur du Projet Socrate, la philosophie pour le monde du travail.Philip Clark est ancien consultant international, diplômé en philosophie, et co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le philosophe Alain de Botton explique dans le Financial Times que les philosophes permettent notamment aux entreprises de mieux appréhender la question de la satisfaction des besoins et du bonheur des consommateurs.
Avec

Atlantico : Les questions et les enjeux auxquels doivent répondre les entrepreneurs (notamment la satisfaction des besoins) ont-ils un aspect philosophique ?

Gabriel Dorthe et Philip Clark : Oui, dans la mesure où ces besoins touchent à des réalités bien plus larges que le seul monde de l'entreprise : réalisation de soi, établissement et entretien de relations profondes et vraies, responsabilité, etc. Des enjeux que la philosophie traite depuis 2500 ans. Le monde de l'entreprise est d'ailleurs de plus en plus conscient de cela.

Mais la définition même de l'entreprise doit être discutée. Dans les théories les plus courantes, l’entreprise chercherait à maximiser son profit et combinerait différents facteurs de production dans ce seul but. Cette conception manque de réalisme : si le profit est une ressource nécessaire à l’action collective, sa quête ne doit pas se faire au détriment des différents objectifs qui expriment la véritable stratégie de l’entreprise. De nombreux acteurs du monde de l'entreprise soulignent au contraire que l’entreprise est d'abord un projet commun, non seulement pour ceux qui apportent le capital, mais aussi pour ceux qui pourront développer dans l’action collective de nouveaux potentiels. Sa cohésion et sa réussite renvoient donc à un projet collectif qui s’inscrit dans la durée et qui exige compétence, autorité de gestion et organisation. Un projet qui va donc bien au-delà de la maximisation du profit qui est d'ailleurs l’injonction de la société anonyme et non pas celle de l’entreprise.

La philosophie quant à elle questionne nos actions, nos désirs, le choix de nos modes d’existence, leur cohérence, leur pertinence. Dans ce sens, elle englobe nécessairement les questions et les enjeux des entrepreneurs. "Nous ne résoudrons pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés" disait Albert Einstein. La philosophie a donc pour but de créer des gabarits qui peuvent rendre compte de l’expérience et par conséquent situer nos actions, les informer, les lier les unes aux autres. C’est-à-dire de choisir la manière dont nous voulons fabriquer le monde. En ce sens, la philosophie est tout à fait partie prenante du projet entrepreneurial comme défini ci-dessus.

Quelles réticences peuvent avoir les entreprises à faire appel à des philosophes pour améliorer leurs performances, reconsidérer leur management ? La philosophie peut-elle avoir un ancrage direct et concret sur les performances d'une entreprise ?

Bien sûr, sinon nous ne serions pas là pour en parler. Alain de Botton, dans un article récent paru dans le Financial Times montre à quel point une réflexion sur le fond, c’est-à-dire sur les motivations réelles mais aussi sur les relations entre personnes, est critique pour les entreprises. Sans cela, elles sont soumises à la loi des grands nombres et encourent le risque de ne pas se différencier. Il prend l’exemple de l’hôtellerie. Si le management d’une chaîne d’hôtels se concentre uniquement sur les équipements comme les draps et les mini-bars, elle passe à côté d’un grand nombre de possibilités qui lui seraient données s'il considérait les situations particulières amenant une personne à passer une nuit dans un hôtel. En outre, il se met en porte-à-faux avec la promesse implicite qu'il fait de nous rendre heureux.

C'est parce que les entreprises sentent de plus en plus le besoin de nouveaux cadres de pensée qu'elles font appel à des philosophes. Souvent d'ailleurs, et ce n'est pas anodin, sans très bien savoir quoi en attendre, en termes de productivité et de performance, comme si ces indicateurs, si vitaux pour la survie d'une entreprise, étaient évidents, ce qu’ils ne sont pas nécessairement. La productivité, avant d'être un mot d'ordre un peu creux, est d'abord une manière de mesurer. Mesurer quoi ? La composition de l'indicateur est de plus en plus objet de débat, voilà la grande nouvelle qui permet la rencontre entre la philosophie et l'entreprise.

Les réticences peuvent venir de la dimension essentiellement subversive de la philosophie, son goût et sa capacité à remettre en cause les vérités établies. Mais, plus souvent, les réticences viennent d'un a priori selon lequel la philosophie serait trop "abstraite", trop "déconnectée" pour avoir sa pertinence dans l'entreprise. Les philosophes qui s'adressent au monde du travail doivent en effet faire un vrai travail de traduction et d'élaboration différents de ce qui se fait dans le monde académique. Et c'est une bonne chose, pour l'entreprise comme pour la philosophie. Mais n'oublions pas que les réticences viennent aussi de l'autre côté : nombreux sont les philosophes universitaires à penser encore que l'entreprise ne pense pas, toute occupée à des activités trop prosaïques pour que la théorie ait quelque chose à en dire et à en apprendre. L'expérience montre que c'est faux : l'entreprise pense, et la philosophie, si elle veut encore avoir quelque chose à dire sur le monde contemporain, doit s'y intéresser de très près, avec, oui, une certaine humilité.

Afin de répondre aux besoins des consommateurs, les entreprises ont généralement recours aux études de marché. Parce que le profit dépend de cette capacité des entreprises à satisfaire les réels besoins des consommateurs, comment inciter les entreprises à mieux considérer cette question de la satisfaction ? Qu'auraient-elles à gagner à adopter une approche philosophique des besoins des consommateurs ? La compréhension de l'âme humaine et le profit sont-ils incompatibles ?

Nous ne le pensons pas. Mais c'est un vaste débat, qui porte soit sur des enjeux idéologiques – bien peu philosophiques -, soit sur des nuances et des proportions. Durant des décennies, il était normal de considérer que l'entreprise n'est pas un lieu d'épanouissement ni de philanthropie. Pensons à Henri Ford et sa Ford T noire, que les consommateurs n'avaient qu'à apprendre à aimer. Mais pensons aussi à l'un des plus grands succès industriels contemporains : Apple. Steve Jobs, adepte de la théorie de la destruction créatrice de l'économiste Schumpeter, ne voulait pas entendre parler d'études de marché, considérant que les consommateurs ne pouvaient pas anticiper l'innovation qui allait changer leurs vies.

Il faut faire attention à ne pas trop en demander aux entreprises. Exiger d'elles, après des décennies de dérives parfois brutales, de considérer "l'âme humaine" dans son ensemble semble un peu exagéré.

Ce qui est en jeu est la capacité des entreprises à se poser de nouvelles questions, d'élargir leur domaine de préoccupation, de se redemander ce qui est véritablement important; de ne pas s'enfermer dans une vision cynique du client comme simple acte d'achat porté au bilan. Et, par là, de se rendre capables d'une action sincère et engagée. De leur côté, les consommateurs savent de mieux en mieux distinguer ce qui répond à de véritables besoins de ce qui les envahit inutilement. C'est dans cette dialectique que la philosophie peut investir ses outils, sa capacité à opérer des distinctions et à proposer de nouveaux agencements de valeurs et de visions du monde.

Le problème des entreprises, d'une manière générale, n'est-il pas le manque de vision globale de l'Homme et de ce qui peut concourir à son bonheur ?

Oui et non. Il est indéniable que l'on demande de plus en plus aux entreprises de prendre en charge le bien-être de ses collaborateurs et de ses clients. Cela est évidemment une bonne chose. Mais on peut se demander jusqu'où on peut exiger cela des entreprises. Le spectre du paternalisme plane encore.

D'autre part, cela n'est pas vrai dans la mesure où les entreprises produisent sans cesse des visions globales, au travers de chartes de valeurs, de "philosophie d'entreprise" ou surtout de plans stratégiques, autant d'outils qui ont vocation à décrire le réel dans de grandes dimensions. Mais, et c'est peut-être là que la philosophie est la plus précieuse, le problème de ces visions globales est justement qu'elles sont trop grandes ; et donc trop imprécises, laissant la place à de nombreuses interprétations différentes et donc à de nombreux malentendus et conflits larvés. Expliciter, distinguer, affiner ces grandes visions, réduire leurs ambitions généralistes pour les rendre plus fidèles au réel, reconnaître la diversité comme une richesse : voilà la vocation de la philosophie.

Le bonheur et la satisfaction des consommateurs doivent-ils être les seules préoccupations d'ordre philosophique de l'entreprise ?

Bien sûr que non. Et ce n'est pas ce que nous observons dans les faits. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à comprendre que le bonheur et la satisfaction des collaborateurs eux-mêmes est une condition fondamentale de leur réussite. Plus largement, à l'heure des crises nombreuses dans lesquelles nous nous débattons, crise environnementale, crises politiques, crise de la confiance notamment, les entreprises sentent très clairement que la question de leurs indicateurs et de leur périmètre (ce qui relève d'elles et ce qui en est exclu) sont à revoir. Derrière ces questions apparemment prosaïques se présentent des questions très fondamentales de valeurs, de visions du monde et de relations. Nous travaillons avec de nombreuses entreprises qui l'ont déjà compris. La philosophie peut les accompagner dans ce questionnement, mais c'est à elles d'élaborer leurs propres solutions, d'inventer. L'innovation est d'abord sociale et immatérielle. C'est une ambiance dans laquelle la philosophie se sent chez elle. Il n'y a donc aucune raison qu'elle ne se sente pas aussi chez elle auprès des entreprises qui s'ouvrent à ces questionnements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 06/01/2014 - 04:32
@ mx.....(fin).......
Et tout ça sans jamais léser ni écraser personne puisque justement personne n'en voulait. Et tout ça avec la considération (à défaut d'estime dont je me passais sans peine !) de mes patrons, trop contents d'en trouver un qui soit (qui plus est !) volontaire pour faire ce dont personne ne voulait ! En fait, ce n'était même pas du donnant-donnant mais plus exactement du "gardant-gardant". Et ça n'a pas entravé ma carrière pour autant. Je n'ai pas volé ma retraite, je ne l'ai pas mendiée non plus. Le monde du travail ne me doit rien et je ne lui dois rien non plus. Et finalement, c'est beaucoup plus sain comme relation que toutes ces merdes "d'adhésion", "d'éthique", de "morale consubstancielle" et autres "bourbouillades métaphysiques" dont on nous gave ici et qui emmerdent tout le monde même si personne n'y comprend rien. Bon courage à vous.
la saucisse intello
- 06/01/2014 - 04:23
@ mx..........
Quand on voit l'avenir qui les attend, ils feraient mieux de se jeter dessous ! Votre point de vue me laisse à penser que peut-être vous êtes-vous trop impliqué ? Pour ma part j'ai eu une démarche "visible" mais qui abritait une démarche "masquée". J'ai beaucoup donné de moi-même et dans des compartiments de travail que personne ne me disputait (matériel, expertise technique, certifications). Avec le souci permanent de donner plus que ce que l'on attendait de moi. Pas pour la gloire, je m'en foutais. Pas pour l'argent, j'étais à l'abri du besoin. Mais cette démarche"visible", qui m'avait conduit à une position enviée par personne donc protégée pour moi, cachait en fait ma démarche "masquée" : Je vous en fais largement pour ce que je vous coûte, vous êtes tranquilles, je vous décharge de choses qui, vous emmerdent, mais en contrepartie, vous me foutez la paix ! Parce que c'est ça, le but : Avoir la paix ! Et je me flatte d'y avoir totalement réussi.
la saucisse intello
- 06/01/2014 - 04:14
Encore un tissu de conneries.............
Décidémment, Atlantico, en ce moment vous les moissonnez ! Le monde du travail, de l'entreprise, je les connais un peu, je viens d'y passer trés précisément quarante trois ans et neuf mois. On se fout de la philosophie, de l'éthique, de la pyramide de Maslow ! On est là pour un échange basique, rudimentaire : Je bosse, tu me payes. Si t'es pas content tu me vires. Si je ne suis pas content je m'en vais. C'est tout et ça ne sera JAMAIS plus. Et trois tonnes de spinoza, hegel, schopenhauer ou autres merdes n'inverseront pas le mouvement.