En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

07.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 min 55 sec
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 3 heures 53 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 18 heures 3 min
pépite vidéo > People
Epreuve
Meghan Markle se confie sur le harcèlement des tabloïds
il y a 20 heures 41 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 22 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 1 heure 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 2 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Culture

"Fleurs de Légion" de Stéphane Giocanti : un véritable roman d’initiation

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 3 heures 37 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 16 heures 34 min
light > Insolite
"Highway to Hell"
Un informaticien a piraté la billetterie du Hellfest afin de tenter d'obtenir désespérément une place
il y a 19 heures 50 min
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 23 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 23 heures 41 min
Entre 1990 et 2010, le nombre de morts au Mexique et en Colombie dus au trafic de drogue s'établissait à près de 600 000.
Entre 1990 et 2010, le nombre de morts au Mexique et en Colombie dus au trafic de drogue s'établissait à près de 600 000.
Légalisation ou pas

Pourquoi il n’y aura jamais de cocaïne ou de cannabis qui ne soient pas ensanglantés

Publié le 04 janvier 2014
Que les produits soient technologiques ou alimentaires, les consommateurs n'ont pas toujours conscience des enjeux qui se trouvent derrière leur production. Il en va de même pour la drogue, dont la consommation alimente une forte violence. Longtemps concernés par ce phénomène, les pays latino-américains sont désormais rattrapés par les pays occidentaux, qui développent leurs propres cultures et réseaux de distribution.
Diplômé de l'Institut de Criminologie et d'Analyse en Menaces Criminelles Contemporaines à Paris II, Master II "Sécurité Intérieure" - Université de Nice. Animateur du site spécialisé crimorg.com. Derniers livres parus : "La 'Ndrangheta" et "Planète...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Quéré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'Institut de Criminologie et d'Analyse en Menaces Criminelles Contemporaines à Paris II, Master II "Sécurité Intérieure" - Université de Nice. Animateur du site spécialisé crimorg.com. Derniers livres parus : "La 'Ndrangheta" et "Planète...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que les produits soient technologiques ou alimentaires, les consommateurs n'ont pas toujours conscience des enjeux qui se trouvent derrière leur production. Il en va de même pour la drogue, dont la consommation alimente une forte violence. Longtemps concernés par ce phénomène, les pays latino-américains sont désormais rattrapés par les pays occidentaux, qui développent leurs propres cultures et réseaux de distribution.

Atlantico: Entre 1990 et 2010, le nombre de morts au Mexique et en Colombie dus au trafic de drogue s'établissait à près de 600 000. Les consommateurs de drogue ont-ils conscience de la violence générée par leur consommation ? 

Stéphane Quéré: Il est bien évidemment illusoire de croire que les consommateurs de stupéfiants ont conscience (ou même veulent avoir conscience) de l'ensemble de la réalité qu'engendre cette consommation. Ils sont soit dans le désir immédiat (l'usage récréatif, festif,...), soit dans la pathologie (addiction lourde). Leur appréhension de la problématique reste liée à leur univers immédiat (un ami fournisseur ou, au pire, un dealer violent).

C'est d'ailleurs valable pour l'ensemble des consommateurs que nous sommes : nous n'avons souvent qu'une idée partielle des enjeux (géopolitiques, environnementaux, sociétaux, ...) liés aux matières premières de nos téléphones portables, de nos ordinateurs, de nos tablettes numériques... Qui se soucie de la violence liée au coltan en Afrique, des conséquences environnementales de nos déchets électroniques "recyclés" en Inde ou ailleurs, des "diamants de sang"....? 

Parmi les morts liés au trafic de drogue, nombreux sont les passeurs/mules, sans lien direct avec les grands cartels. Pourtant, les médias et les politiques ont tendance à présenter ces homicides comme des règlements de compte entre bandes rivales. Pourquoi entretenir un tel manque d'information auprès du public, et notamment de celui qui consomme de la drogue ? 

Il est faux de dire que les passeurs n'ont rien à voir avec les grands cartels. Ils sont le lumpenproletariat des organisations criminelles, à la fois victimes et complices. Bien-sûr, l'argent du trafic ne leur profite quasiment pas et ils sont en "première ligne" face à la répression, aux réseaux rivaux ou aux "accidents professionnels" (overdose suite à la rupture des sachets de drogue ingérés, par exemple).

Les réseaux de revendeurs font partie d'un ensemble plus vaste qu'on appelle "crime organisé" mais ils font bel et bien partie de cet ensemble. Un passeur victime d'une overdose et un caïd abattu à Palerme, Medellin, New York ou Moscou sont deux faces d'une même réalité criminelle. Evidemment, leurs morts auront des conséquences différentes sur le milieu criminel...

Le fait que les principaux acteurs liés au trafic de drogue vivent loin des pays où se trouvent les consommateurs de drogue (pays occidentaux) alimente-t-il un certain détachement de la part des consommateurs vis-à-vis de la réalité générée par ce trafic ? 

Il y a une triple erreur dans cette question. D'abord, les pays de production (en général pauvres), autrefois épargnés, sont de plus en plus touchés par la consommation de stupéfiants. Certains produits sont même "adaptés" aux populations pauvres : crack, basuco ou paco, toutes des variantes de la cocaïne, autrefois "drogue des riches", depuis largement démocratisée. La consommation de stupéfiants dans le Triangle d'Or est ainsi passée d'une consommation traditionnelle d'opium, socialement encadrée, à une explosion de l'usage d'héroïne (y compris par injection, d'où les cas de sida) et des méthamphétamines.

Ensuite, les acteurs du trafic ne sont pas seulement basés loin des pays occidentaux. Il y a eu, bien-sûr, les grands cartels colombiens, mais désormais les principaux acteurs du crime organisé latino-américains sont les cartels mexicains, basés dans l'arrière-cour des Etats-Unis. Certains dirigeants de ces cartels sont même de nationalité américaine. Dans les pays occidentaux se trouvent aussi les grandes mafias impliquées dans la distribution de ces drogues. On parle de puissants brokers de la cocaïne issus de la Cosa Nostra italienne ou de la Ndrangheta calabraise ; on parle d'alliance entre des Italiens de Montréal avec des gangs de motards ; on parle de synergie entre triades chinoises, "bikers" et groupes criminels de Sydney ou de Melbourne. 

Enfin, les pays de production que je viens d'évoquer sont ceux produisant des drogues "traditionnelles" comme la cocaïne ou l'héroïne. Et si le Mexique reste un grand producteur d'herbe de cannabis, les Etats-Unis et le Canada développent leurs propres cultures, in-door ou à l'extérieur. Même chose pour le Maroc, dont les réseaux de production doivent s'adapter au développement des cultures de cannabis en Europe, qui modifie les réseaux du trafic. Sans parler des drogues de synthèse dont la production se situe au cœur des pays occidentaux.

Quel type d'action pourrait vraiment faire prendre conscience aux consommateurs de drogue de l'impact de leur consommation ? Quels effets pourrait vraiment avoir cette prise de conscience de la part des consommateurs de drogue sur le fonctionnement du marché ? Quel rôle doivent jouer les pouvoirs publics dans cette prise de conscience ? 

Malgré tout ce qui a été dit plus haut, la consommation est déjà en train de changer, de même que les consciences. Ainsi, la résine de cannabis marocain est de plus en plus remplacée par de l'herbe de cannabis produite localement en Europe. Dans certains pays occidentaux, on relève une baisse, parfois forte, de la consommation de cocaïne et, mieux, une dégradation de l'image même de la cocaïne, y compris parmi les jeunes. On a remarqué une modification des comportements addictifs : il y a eu une réorientation de la consommation des drogues "traditionnelles" (héroïne, cocaïne, cannabis) vers les drogues de synthèse, puis désormais vers les médicaments détournés (d'où une augmentation des braquages de pharmacies, des trafics d'ordonnances,...), jugés plus "propres", plus sûrs en matière de composition chimique.

Il est donc difficile de faire prendre conscience des conséquences criminelles de la consommation de stupéfiants alors même que les campagnes basées sur les risques liées à la santé (dépendance, troubles psychologiques, hépatites, sida,...) ont un impact incertain. Prise de conscience écologique oblige, on pourrait imaginer de communiquer sur les risques environnementaux des cultures de plantes stupéfiantes (sur-consommation d'eau et d'engrais, manipulations génétiques, déforestation sauvage,...) et de la fabrication de drogue (produits chimiques dit "précurseurs" déversés ensuite dans la nature...).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

07.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Moulin
- 05/01/2014 - 04:43
Pourquoi ?
Parce que ce n'est pas la "drogue" qui crée le problème, c'est la prohibition. Pas de prohibition, pas de crime; pas de prohibition, pas besoin de couper les produits; pas de prohibition, pas besoin de braquer pour obtenir de l'argent pour acheter la drogue (dans l'industrie pharmaceutique le gramme de cocaïne ou d'héroïne revient à moins d'un euro le gramme) C'est le point essentiel oublié par tous les radoteurs fan de prohibition ... La prohibition n'est pas la solution, c'est le problème !
pemmore
- 04/01/2014 - 17:50
Si le cannabis reste toujours interdit,
les marchands d'équipements pour la culture indoor le font au grand jour.
Chaque grande ville a le sien et tout le monde trouve ça normal.
Pendant ce temps-la, les hopitaux psychiatriques reçoivent des tas de jeunes shyzophrènes, car le thc pendant l'adolescence déclenche la maladie.
Chaque consommateur est un criminel qui s'ignore.
Daimonax
- 04/01/2014 - 17:19
Angle biaisé
C'est bien parce qu'il y a prohibition que les consommateurs s"adressent, à leur corps défendant, au marché noir! Ce sont surtout ceux qui ont édicté ces prohibitions qui sont responsables, bien plus que les consommateurs! On a vu la même chose avec la prohibition de l'alcool aux Etats-Unis, mêmes erreurs, mêmes conséquences, mêmes solutions.